La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Whispering Tears : Sous la poussière

WHISPERING TEARS - Sous la poussière

Great Dane records, 2009

Dark death metal, France

Cd

Une intro aux synthés qui flirtent avec la vague de black sympho dont on a tant soupé dans les années 90, c'est pas ce que j'appelle une bonne entrée en matière. Des a priori, tss! Cette intro bien branlée n'est qu'un prélude à une musique puissante à bien des niveaux. Sur un plan bassement matériel, on saluera l'excellente production qui accompagne parfaitement les ambiances véhiculées par le groupe. Côté compositions, que dire sinon que l'album marie des genres déjà bien flous du death et du black. Mais cette engeance bâtarde ne lorgne pas vers le style diminué au rang de war metal. Si le groupe joue du death très personnel, on sent que l'âme black metal est bien ce qui guide l'ensemble. Il en résulte un album à l'ambiance épaisse et presque hermétique. J'ai eu beaucoup de mal à me faire à ces ambiances chavirant entre la brutalité spirituelle du death et la noirceur propre au black. On ne pourra pas reprocher à ces mecs pompent à droite et à gauche tant la personnalité de leur musique est unique. La forme est largement conditionnée par le fond, à savoir des élans death metal puissants suivis (ou coupé) des ambiances ténébreuses du black, schizophrénie des genres marquée par l'ambivalence des voix black (forcée mais pas gueularde) et death (comme un putain de bouc en rut, fabuleux!). L'album se prend comme un tout, une plongée dans l'obscurité dans laquelle on se fait allègrement bastonner. La musique est dense et il y a autant pour combler le fan de musique que le fan d'ambiance, c'est dire que cet album a une durée de vie illimitée. Difficile de sortir un titre plutôt qu'un autre car vu l'homogénéité de la composition on ne pourra qu'accrocher ou rejeter en bloc. Il y a tout de même quelques passages me rappelant des ambiances distillées par ORAKLE, mais de manière diffuse, voir même OPETH sur le dernier titre, et dans leur période la plus sombre (3e album). Ceci dit, ça reste bien plus brutal à tous les niveaux. Que dire de plus ? Textes en français bien chiadés, digipack (gnn!)... mon seul reproche sera l'hermétisme relatif de l'album mais c'est également ce qui les démarque de la masse des produits jetables pour metalleux consommateurs. Bel effort.

Dr Jabuse - 8/10