La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Wolfhowl : The Purity Of Mother Nature

War Productions, 2016

Black Metal, Grèce

EP CD

Né en Grèce, Wolfhowl compte parmi cette myriade de one-man band qui pullulent dans le black metal, chapelle qui affectionne particulièrement ces loups solitaires qui ruminent leur haine et leur dégoût du conformisme dans la pale clarté d'une nuit d'hiver. Pourtant, Faethon, le maître des lieux, n'a nul de besoin de recourir aux artifices formels habituels à base de corpse paint et de poses étudiées prises au milieu d'une lugubre forêt, s'affichant au contraire fièrement dans le plus strict dénuement.

Car malgré ce que son nom pouvait laisser peut-être deviner, son projet n'appartient pas à la mouvance true ou dépressive dont il partage toutefois un même terreau hivernal et ténébreux, lui préférant au contraire une expression plus épique et païenne, tranchante et abrasive quoique mélodique qui n'est parfois pas sans évoquer les atours ferrugineux d'un Winterfylleth. Bien que formé en 2009, Wolfhowl ne possède pourtant dans sa besace qu'une petite poignée d'offrandes (le EP My returns To The Mountains en 2012, le split To The Misty Void l'année suivante), ce que l'écoute de The Purity Of Mother Nature, édité en CD par le label lusitanien War productions, ne peut que nous faire regretter.

En quatre épopées pour à peine plus de vingt minutes de musique, le reclus des îles Ioniennes, forge un art noir empreint d'une sombre majesté et d'une efficacité mordante dont la forme artisanale n'en anesthésie ni la force granitique ni la beauté galvanisante. By The Power lance l'écoute sous les meilleurs auspices, lancinant et hypnotique tout d'abord, plus acéré et furieux par la suite mais toujours envoûtant car irrigué par des riffs aux allures de lames aiguisées trempées dans le sang ancestral qui scarifient la peau. Si Enos The Great Mountain arbore des traits pesants, creusés par cette guitare d'airain, véritable gouvernail dirigeant le navire à travers ces vastes étendues, Mother Nature's Revenge se montre rapide comme un torrent en crue, grondant d'une noirceur orageuse et secoué par des spasmes thrashy. Catharsis, enfin, renoue avec une lenteur majestueuse, fermant déjà ce (trop) court menu en évoquant une géographie belle et sauvage tout ensemble.

Son allégeance à un black metal connecté à une nature froide et indomptée dicte à Wolfhowl une création aussi efficace que noble. A quand un premier véritable album maintenant ?

Childeric Thor - 7/10