La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Yggdrasil : Kvaellningsvindar över Nordrönt Land

YGGDRASIL - Kvaellningsvindar över Nordrönt Land

Det Germanske Folket, 2007

Folk metal, Suède

Album CD

Du folk metal suédois...c'est presque un pléonasme. Un duo trop attendu. A tel point qu'à première vue, je vous avoue avoir craint qu'il s'agisse d'un avatar de fantasy metal « à-trois-faux méchants-et-une-potiche », une niaiserie de plus, façon Seigneur des Anneaux.

Pourtant, j'ai été très agréablement surprise.

Malgré son étiquette « folk metal », Yggdrasil nous laisse entrevoir une diversité de variantes metal, en mêlant progressif, heavy et black. Le groupe s'est formé en 2001, et s'est bâti une réputation dans l'underground suédois. Il sort deux démos en 2002 et 2003, avant de sortir ce premier album en 2007.
Le folklore, on le retrouve du côté des paroles, toutes composées en suédois, et qui vantent la beauté des paysages préservés de leur terre natale. Dans la mythologie scandinave, Yggdrasil (en Français, « destrier du Redoutable », le Redoutable étant Odin) est l'Arbre-Monde, un frêne sans mesure sur lequel reposent les neuf mondes terrestres.

Kvaellningsvindar över Nordrönt Land est un album qui se défend plus qu'honorablement. Moi qui ne suis pas friande de l'épique surfait (pléonasme, un de plus!), j'ai pourtant énormément accroché sur des titres comme I Nattens Timma, ou dont les mélodies, bien que misant sur une certaine redite (un zeste d'Amon Amarth par-ci, un peu de tribute to Bathory par-là...), sont à la fois puissantes et entraînantes. Le chant est tantôt en voix claire, tantôt en chant hurlé. C'est pourquoi Yggdrasil pourra séduire les amateurs de genres plus agressifs.

Quelques passages maladroits viennent brouiller le paysage idyllique précédemment décrit. J'avoue par exemple avoir tiqué, puis pouffé, à l'écoute du titre I nordens rike , où l'on perçoit un long cri improbable... Très certainement le fruit d'un appareil respiratoire défaillant, type ex-alcoolo-tabagique tuberculeuse qu'on égorge. En fait, à la première écoute, j'ai même cru qu'il s'agissait d'un mec prenant une voix de fausset.

Passé ce détail affreusement déstabilisant, les titres portent chacun leur lot de merveilleux passages. Frid est un titre particulièrement mélodieux. Les voix masculines et féminine s'accordent avec harmonie, et l'air nous reste forcément en tête. Il en est de même pour «Vinter » ou Nordmark , qui marquent l'esprit à long terme.

Discret hors de ses frontières, Yggdrasil mérite sans nul doute un écho plus large. Cette reconnaissance passera peut-être par le successeur de Kvaellningsvindar över Nordrönt Land, qui devrait sortir courant 2008.

Myrha - 7/10