La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

"Dr Love" prèche le sexe en Indonésie

Dr love

Delirium

Tout ce que les Indonésiens ont toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander: voilà ce que promet "Dr. Love", un Singapourien qui lance cette semaine un ambitieux programme éducatif dans le plus grand pays musulman du monde.
Le contenu se veut interactif, moderne et anonyme, en deux volets: un site internet et un service de questions/réponses par SMS, ces courts messages transmis par téléphone portable dont sont très friands les Indonésiens.
"La meilleure option n'est pas seulement de dire aux gens quoi faire ou éviter de faire, mais plutôt de créer un grand forum en utilisant le multimédia. C'est ainsi qu'on arrive aux véritables questions", affirme Wei Siang Yu, surnommé "Dr. Love" en raison de son enseignement sexuel atypique à Singapour qui l'a rendu célèbre.
"Parler de la sexualité reste encore très tabou en Asie", poursuit le médecin de 37 ans formé en Australie. A fortiori en Indonésie, où le parlement discute depuis plusieurs années d'un projet de loi très controversé "anti-pornographie" et où les scènes de coït sont censurées au cinéma.
Avec sa chemise blanche sans boutons, ses lunettes de marque branchées, son pantalon à carreaux et ses chaussures blanches, M. Wei ressemble davantage à un disc-jockey qu'à un médecin. Mais il vante le sérieux de son programme.
Tous les SMS envoyés ne recevront peut-être pas de réponse personnalisée, admet-il, mais les questions seront compilées pour être traitées sur le site internet "Love Airways".
Il explique que ce site parrainé par Fiesta, un important fabricant de préservatifs en Indonésie, sera supervisé par des médecins indonésiens. Un personnage virtuel prénommé "Nova" répondra et donnera des conseils visant à des meilleures hygiène et qualité sexuelles.
"Jusqu'à maintenant les campagnes d'éducation sexuelle qui se sont déroulées dans le monde présumaient que les gens allaient suivre ce que préconisait le système", affirme le médecin, selon qui l'inconnu demeure sur le comportement et les aspirations réels de la population.
"Les Indonésiens et les Singapouriens pourraient avoir une différence d'appréciation sur ce qu'est une sexualité de bonne qualité. Je pense que les gens ici sont plus relax. Ils sont conscients que la qualité est très, très importante", dit-il.
Dr. Love ne craint pas d'avoir maille à partir avec la minorité de musulmans fondamentalistes indonésiens, toujours rapides à dénoncer les "perversions" venues de l'étranger.
"Nous ne sommes alignés sur aucune religion. Nous n'imposons pas de contenu étranger à une culture (locale)", assure-t-il.
En plus du site internet, d'abord en anglais et bientôt en indonésien, Dr. Love prévoit d'éduquer grâce à un magazine, Love Airways, déjà vendu à Singapour. Il couvrira des sujets divers, des maladies sexuellement transmissibles (MST) aux destinations touristiques romantiques.
Wei Siang Yu envisage enfin de lancer une émission en deuxième partie de soirée sur la télévision indonésienne et d'étendre son service interactif de SMS à la Malaisie, la Chine et l'Inde.

AFP