La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Tueur fou au musée de l'Holocauste

Delirium

Un homme présenté par les médias américains comme un octogénaire prônant la supériorité de la race blanche a ouvert le feu en juin 2009 au musée de l'Holocauste de Washington, provoquant la mort d'un agent de sécurité et semant la panique dans le coeur touristique de la capitale.
L'homme est entré dans le musée de l'Holocauste armé d'un fusil et a tiré, blessant l'agent de sécurité et provoquant la riposte des autres gardiens tandis que les visiteurs paniqués se mettaient à couvert.
Le tireur, à son tour blessé par balles, a été hospitalisé dans un état critique. L'agent de sécurité a succombé à ses blessures à l'hôpital.
Le président américain, Barack Obama, s'est dit dans un communiqué "choqué et attristé" par cette fusillade survenue peu avant 13H00 (17H00 GMT) à quelque 500 mètres de la Maison Blanche. "Cet acte ignoble nous rappelle que nous devons rester vigilants face à l'antisémitisme et aux préjugés sous toutes leurs formes", a-t-il dit.
Le motif du tireur restait inconnu, mais selon trois télévisions américaines, il s'agit d'un homme de 88 ans, James Von Brunn. Connu pour avoir des liens avec des milieux prônant la supériorité de la race blanche et des organisations antigouvernementales, il a fait de la prison pour être entré muni d'un revolver à la banque centrale américaine en 1981.
Ni le FBI ni la police ni le maire de Washington n'ont cependant confirmé ces informations ni donné le moindre détail sur le suspect.
Selon Mark Potok, un spécialiste des groupes d'extrême droite américains interrogé sur CNN, Von Brunn est une figure de ces milieux, auteur de livres sur Hitler et l'Holocauste, qui défend la thèse selon laquelle "les juifs contrôlent tous les autres groupes déplaisants, les Noirs, les basanés, les Jaunes, les gays (...) dans le but de détruire l'Amérique blanche et chrétienne".
Ces groupes "sont très actifs depuis quelques mois", et notamment l'élection de Barack Obama, le premier président noir des Etats-Unis, a souligné M. Potok.
Les sites internet américains d'extrême droite se sont enflammés après l'annonce de l'acte de Von Brunn, qu'un commentateur a qualifié de "vrai héros américain".
Un témoin, Angela Andelson, 22 ans, habitant San Francisco (Californie, ouest) était près de l'entrée quand la fusillade s'est déclenchée.
"J'ai vu tous ces agents de sécurité qui se mettaient à couvert. J'ai jeté un coup d'oeil et j'ai vu le tireur qui entrait (...) avec une sorte de longue arme. J'ai couru dans une des expositions pour me mettre à couvert", a-t-elle raconté à l'AFP. "Tout le monde criait et tentait de se protéger en s'aplatissant au sol, sous les bancs".
Cette fusillade intervient quelques jours seulement après une visite du président américain au Moyen-Orient et en Europe, où il a rendu hommage aux victimes de l'Holocauste en visitant le camp d'extermination de Buchenwald en Allemagne.
Plus de 30 millions de personnes ont visité le musée de l'Holocauste depuis son ouverture en 1993, dont 85 chefs d'Etats.
L'ambassade d'Israël à Washington a condamné la fusillade dans un communiqué et indiqué "suivre la situation de près".
Le musée a dû annuler la première, prévue mercredi soir, d'une représentation théâtrale mettant en scène un dialogue entre Anne Frank, la jeune juive dont le journal écrit depuis sa cachette pendant la guerre a fait le tour du monde, et un jeune Noir victime de lynchage dans le sud des Etats-Unis.

AFP