La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Un amoureux des bêtes...

Delirium

COUERON (AFP)- mercredi 10 décembre 2003

Alli somnolait sous la table basse, l'un de ses endroits préférés dans le salon de son maître, mais l'arrivée du visiteur a dérangé ce grand timide. Le saurien s'est précipité derrière le canapé d'où il émet un sifflement peu rassurant.
Alli et son frère Gator, deux alligators âgés de 6 ans et longs de 2,50 m, coulent des jours tranquilles auprès de Philippe Gillet. Ce spécialiste des reptiles les élève dans la maison qu'il occupe avec femme et enfants à Coueron près de Nantes.
Les deux animaux évoluent librement dans une bonne partie de la villa, au contraire des centaines de mygales, scorpions et serpents de toutes sortes qui peuplent la cave. Si Mme Gillet interdit la cuisine aux "crocos", ils s'autorisent parfois une escapade dans la chambre des parents. Mais c'est surtout dans le salon qu'ils ont leurs habitudes. Philippe Gillet a installé un petit bassin près du canapé. Alli aime s'y rafraîchir, quand il ne se prélasse pas aux pieds de son maître, sur lequel il porte de longs regards impénétrables.

"Je n'oublie jamais que ce ne sont pas des animaux sauvages dotés d'une très grande force", rappelle l'autodidacte au style de baroudeur. Ce spécialiste des venins s'enorgueillit, à 51 ans, de ne jamais avoir été mordu par un reptile.

Il y a une dizaine d'années, Philippe Gillet a obtenu l'autorisation très rare d'abriter légalement ses reptiles. Intarissable sur les soies vibratiles du scorpion, expert de la fossette thermique du crotale, il se définit comme "une espèce de croisement entre un scientifique et un montreur d'ours" et milite sans relâche pour la vulgarisation.

Régulièrement, il parcourt la France avec d'astucieuses expositions pédagogiques interactives, qu'il installe dans les galeries des centres commerciaux. "La formule m'intéresse parce que elle est gratuite pour les visiteurs", explique-t-il : "On touche vraiment le plus grand nombre".

Son credo: "La peur est mauvaise conseillère. Je veux aider les gens à se sauver en ne perdant pas le contact avec la faune qui les entoure. Si on ne connaît pas la faune, on la craint, on la détruit et on met en danger notre propre espèce."


D.R afp