La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Le terme 'rock' galvaudé ?

Musique

Ca faisait longtemps que je mûrissais ce coup de gueule, et mes potes m'ont déjà largement entendu parler en long, en large et en travers de cette récente tendance qui m'énerve sérieusement : le pervertissement du mot rock. Pour moi rock est à prendre au sens large, ça peut aller de la pop énervée (genre Placebo) au métal (même le plus bourrin), en passant par le punk et le hard-rock. Paradoxalement, il semble que, même si la musique rock soit en perte de vitesse au profit de la pop molle, de la mouvance reggae/ska, du rap et des ses avatars r'n'b, le terme en lui-même revête toujours un fort pouvoir attractif. Et ce même si ce qui se cache derrière est tout sauf du rock. Quelques exemples ? C'est parti...

D'abord la trahison la plus énorme et la plus médiatique : la radio FM Skyrock qui porte désormais si mal son nom. A ses origines en 1986, la radio veut proposer de la musique 'pop, rock et contemporaine'. Dix ans après, elle décide pour conserver son auditoire de prendre un tournant radical en misant sur les musiques urbaines (rap et r'n'b). Jusque là pas de problèmes, " business is business " comme on dit et si la radio se sentait incapable de survivre malgré la diversité des musiques rock (spectre qui va de la pop au métal quand même), libre à elle. Mais maintenant que Skyrock est la radio " première sur le rap ", ne serait-il pas temps de faire preuve d'honnêteté et de se rebaptiser Skyrap ? Je n'ai rien contre le rap (j'en écoute même encore) mais je trouve que c'est une insulte qu'une radio qui porte dans son nom le mot rock passe exclusivement du rap et de la r'n'b. Et en plus c'est malhonnête. D'ailleurs je pense que les nouveaux aficionados de la radio ne doive pas vraiment se retrouver dans l'appellation de leur FM fétiche non plus...

Ensuite à un niveau plus local, et c'est vraiment ce qui m'énerve le plus, le baissage de culottes de quelques festivals qui ne sachant promouvoir le pourtant si bouillonnant vivier rock ont décidé de se renier, sans toutefois changer l'identité visuelle de leur manifestation. Je parle précisément du Rock'n Poche de Haute-Savoie et du Vernier-sur-Rock de Genève. Deux festivals qui, tout en cherchant soigneusement à suivre le sens du vent en retournant consciencieusement leurs vestes pour attirer le chaland ont soigneusement veillé à conserver leur nom de base, même s'il y a tromperie sur la marchandise...

Parlons d'abord du désormais mal nommé Rock n' Poche. Libre au comité d'organisation du festival de changer la ligne artistique des groupes programmés, mais ce qui était à la base un festival qui accueillait principalement des groupes rock (les Thugs, les Wampas, Nada Surf, Mass Hysteria...) tout en laissant une place à d'autres styles (Zebda, Gnawa Diffusion...) est devenu, cette année en particulier mais c'est une tendance de fond depuis 2000, exactement le contraire. Ska'n Poche (ou Reggae'n Poche comme vous voulez) propose essentiellement des autres styles de musique avec un peu de rock dans le tas. Regardez seulement la programmation 2007 (affiche dispo ici : http://www.rocknpoche.com/article-album.php3?id_article=6&debut_image=12) et vous vous en rendrez compte : seuls Nadj, Luke et Eiffel sont des groupes estampillés rock, et encore ça flirte dur avec la pop molle pour les deux derniers ! Les cinq autres groupes c'est du reggae dub, de la nouvelle chanson française (ah ce que je hais ce terme !), du ska... Bref, tout sauf du putain de rock qui arrache ! Heureusement que l'équilibre est mieux préservé sur la scène régionale puisque le premier jour du festival ne voit que des groupes rock régionaux (pour le second c'est du rap, de la chanson française, etc.). 50% c'est déjà ça. L'ouverture à d'autres styles c'est bien, l'assumer c'est mieux ! On peut pas prétendre être un festival rock quand 5 groupes sur les 8 de l'affiche principale sont hors de ce style. Tout cela est d'autant plus agaçant que les festivals authentiquement rock se font de plus en plus rares dans le coin.

J'aborde pour finir la plus grande déception, je parle même de trahison tant ça me sort de mes gonds. Le Vernier-sur-Rock devrait être traîné devant les tribunaux pour publicité mensongère tellement l'imposture est grande. Voilà un festival qui dans ses grandes années a accueilli Sepultura, Machine Head, Slayer, Meshuggah, Fear Factory, Motörhead et j'en passe... C'était un festival rock-métal, avec du très bourrin et aussi du plus léger, mais toujours de la guitare qui crache et de l'énergie plein la scène. Et voilà qu'en 2007 (après une affiche 2006 prémonitoire dans la médiocrité) un nouveau concept foireux voit le jour : 3 jours de festival, un style différent chaque jour. Premier jour (et je cite leur site web, allez voir si vous ne me croyez pas : www.vernier-sur-rock.ch) : soirée ska punk métal. Wééééééé, super ! Mais c'est le deuxième et le troisième jour qu'on touche le fond : une soirée reggae et une soirée rap ! Si ça c'est pas suivre le vent des modes tels de bons moutons de Panurge, c'est que j'ai raté quelque chose. Encore une fois pas de problèmes pour organiser un festival reggae, ska, rap, variétoche, ce que vous voulez (j'irais pas, c'est tout). Mais de grâce, ne continuez pas à l'appeler trompeusement Vernier-sur-Rock ! Créez le " Vernier Festival ", le " Vernier Urban Fest " ou que sais-je... Mais laissez le rock tranquille ! J'attendais chaque année avec impatience le line-up de Vernier, parce que pour moi le Vernier-sur-Rock c'était Slayer et Sepultura à Genève, merde, quoi ! Et au lieu de me dire que ce festival est mort on travestit la vérité en capitalisant sur son nom tout en changeant sa raison d'être : c'est pas honnête, c'est tout.

Qu'on laisse à ceux qui ont la légitimité de le faire l'utilisation du mot rock dans le nom de leur festival. Légitimité signifie que la programmation doit refléter clairement une orientation rock, sinon trouvez autre chose pour que ça sonne bien et laissez le rock à ceux qui le promeuvent vraiment et qui continue à le défendre même quand les modes changent.

Yamine, métalleux ouvert mais excédé par le galvaudage du mot rock

Minsk, oct 2007