La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

M6 dévoile ses "secrets d'actualité"

Musique

Décidément, la chaîne commerciale M6 n'aime pas le métal en général. Et le black métal en particulier. Cela n'avait pas échappé aux nombreux métalleux téléspectateurs, ni à l'équipe de la Horde Noire. De "Zone interdite" à "Ca nous intéresse", nous avions découvert en vrac que nous étions des nazis, gothiques, satanistes profanateurs en pleine crise d'adolescence.
Fin 2006, c'était au tour de "Secrets d'actualité" présenté par Eric Delvaux d'en remettre une couche, au cas où le bon peuple n'ait pas encore bien saisi que le métal est à éradiquer comme le SIDA... Mais de quoi se plaint-on ? Entre un épisode sur la fille cachée de ce vieux grigou de Mitterrand et l'argent sale des pourris du foot, "secrets d'actualité" nous fait l'honneur d'une émission complète intitulée : "Les soldats de Satan". Wouah ! Ca en promet ! Et dès le début, Eric Delvaux apparente le black métal au nazisme, aux sectes et à la criminalité ! Ce nouveau pieu dans le cœur de notre musique favorite prend ensuite la forme de 3 reportages, tous filmés comme des docu-fiction, cette mode horipilante pour faire plus d'audimat avec rien ! Mais ici, fini les mamans pleureuses professionnelles devant les T-shirts de Marylin Manson de leur morveux de 14 ans mal éduqué. M6 dégaine maintenant l'artillerie lourde :

Premier crachat : on cogne sur ce jeune couple breton "bizarre" (comprendre habillé de noir et piercé) qui avait la particularité de profaner des lieux de culte chrétiens : quatre cimetières et des églises rurales dans les environs de St Thurien (Finistère) en janvier 2006. L'ineffable Jacky Cordonnier, spécialiste auto-proclamé, est bien évidemment là pour commenter les croix retournées, 666 et autres runes. Un autre commentateur en déduit même que le message est clair : le règne de Satan arrive ! Le vandalisme, c'est pas bien du tout. 20 000 bagnoles de "Français moyens" qui partent en fumée pendant un mois d'émeutes ethniques, ça mérite de négocier avec des Imam puis de verser des subventions. Des lieux de culte vides et moisis taggués, c'est autrement plus grave. Au passage, on va jusqu'en tôle norvégienne pour interviewer Varg Vikernes sur ses idées NS BM. L'affaire est entendue, black metal=nazi. Aucune excuse pour la musique black métal.

Mais ce premier trait n'était qu'un début. Un petit tour à Toulon exhume (c'est le cas de le dire !) l'affaire de profanation dans la nuit 9 juin 1996 par le groupe de BM Funeral, en reconstituant toute l'histoire de manière sensationnelle : bande sonore effrayante, commentaires grandiloquents, effets spéciaux à gogos, actes et objets explicites : un vrai thriller ! L'auditeur lambda en a pour son argent, avec frissons garantis ! Les images d'archives du cercueil nous sont exhibées, histoire d'inspirer d'autres jeunes peut-être pour des émissions futures.... Le présentateur regrette au passage que les peines de prison en fasse des héros du satanisme actuel ! A qui la faute ? balayez devant votre porte, médias pourris ! Le "hic" est que les faits complaisamment disséqués remontent... à plus de 10 années ! Et leurs auteurs, 4 ado bourrés (dont une mineure), n'ont pas le droit de refaire leur vie, bien qu'ils aient payé à la justice pour leurs actes. Peu importe, ils sont encore stigmatisés par la "TV-spectacle" ; et oui, la rémission n'existe que pour les petites racailles des grandes banlieues, excusées d'avance et subventionnées ensuite pour s' "intégrer" ! Les dépositions des accusés sont complaisamment lues pendant l'émission. Et les fanzines et liens NS BM présents chez eux ne leur donnent aucune excuse. Black metal = profanateurs. A noter que le choc créé par cet acte odieux a conduit le préfet du Var à annuler un concert de NTM ! Comme quoi, il n'y a pas eu que du négatif dans cette affaire !

Voici maintenant le coup de grâce : on accrédite l'idée qu'après s'en être pris aux morts, les adeptes de black métal peuvent passer à l'acte meurtrier : l'affaire du meurtre du prêtre percé de 33 coups de couteaux de chasse par David Oberdorf, un jeune black métalleux de 18 ans de Kingersheim en décembre 1996 est tournée cette foi comme un film d'horreur. Les gens en pleurs en parle, sur un fond d'arpèges mélancoliques à la guitare. Nous montons en Alsace pour découvrir le profil-type du black métalleux forgé par M6 : un jeune déséquilibré écoutant de la musique très fort pendant des heures et portant des T-shirts noirs. Il entend même des voix au nom du satanisme. Merci pour le cliché ! Même si on est habitué, cela fait toujours plaisir. En plus, ce gars connaît Anthony, le meneur de Toulon. Un ami de la bande en parle très bien, anonymement. Mais le meurtrier se repent au procès, ce qui finit bien ce reportage 20 ans tout de même ! Rappelons que le père du petit Grégory, lui n'a écopé que de 4 ans de prison ferme pour avoir tué son cousin Laroche sans preuve, et a eu le droit de changer d'identité ensuite...Bref, black metal = meurtrier.

En guise de conclusion, nous avons le droit un échange entre "spécialistes" d'une partialité inégale : F. Lenoir, directeur de la revue "Le monde des religions", rappelle (enfin !) que la violence satanique est ultra-minoritaire. Moins moraliste (il est aussi romancier, passionné de sorcellerie) : merci, mais le mal est fait. J.M. Roulet, président de la MIDILUVE (mission interministérielle de surveillance des dérives sectaires) nous décrit un satanisme prosélyte (Quand est-il des autres les sectes monothéistes, au fait ?), en expansion, dangereux, dont les rangs seraient formés uniquement d'ados rebelles en crise. Curieusement, la culture gothique n'attire pas les foudres, cette fois-ci.

Certes, nous ne pouvons que condamner ces dérives violentes assimilées au black métal ; mais rappelons que la forme de ce reportage est scandaleuse en elle-même : fond sonore délivrant des sons effrayants ou hypnotiques pour mettre dans l'ambiance, commentaires catastrophistes de la voix off, découpage et titres rappelant les Séries TV populaires, reconstitution dramatico-kitsch, interviews édifiantes de témoins bons croyants effrayés sur commande... . Le but du reportage est d'accréditre la thèse selon laquelle le black métal, et par -association satanisme - forment un réseau structuré, les protagonistes des trois affaires décrites dans l'émission se connaissant plus ou moins. Par contre, aucune référence aux autres formes de satanismes plus "adultes" ou aux autres courants de pensée traversant le black métal.
Cette émission sur la satanisme n'est, une fois de plus, qu'une accumulation de clichés réducteurs, nous servant la ficelle éculée de la "théorie du complot" : tel Al Qaida, le black metal semble créer un réseau, entretenir des agents dormants, à l'écoute des messages subliminaux contenus dans les CD, et prêts à tuer dans toute la France pour instaurer le IV° Reich ! C'est racoleur, c'est injuste, c'est faux ; bref, c'est ordurier ...Et c'est sur M 6 !

Autocratôr