HssH

Black metal électro / indus, France

juin 2003

Hssh

Hssh

Hssh

HssH est un personnage très actif dans l'UG puisqu'il officie dans un groupe éponyme (HssH, justement !), mais aussi dans Hail Satanas et Habacus Sucabah, tout en gèrant le webzine DIAHABLERIE ; faisons le point sur toutes ces activités?

1. Hailz ! Présente-toi aux loosers qui ne te connaissent pas encore.

Hellz ! La meilleure façon de parler de mon art est d'inciter les gens à prêter une oreille attentive à mes compositions. Mais tu sais, je n'ai pas une notoriété aussi importante que cela , même si j'officie dans l'underground depuis 99. Il n'est donc pas surprenant que HssH n'évoque rien pour bon nombre de personnes. Ca ne fait pas d'eux des loosers pour autant. On ne saurait être partout à la fois, et vu le nombre collossal de groupes existant, il est facilement compréhensible qu'HssH ne puisse être connu de tous. L'essentiel est que les amateurs de black metal et d'indus viennent un jour ou l'autre vers mon art. J'invite aussi tous les curieux portés sur d'autres musiques, métalliques ou non. Pour le moment, pas moins de 8 distributeurs, dont plusieurs labels, ont accepté de me soutenir, en distribuant ma dernière réalisation.

2. Quelle est ton actu ?

Dans l'état actuel des choses, un split cd avec un autre groupe français est en préparation. Cette fois-ci, il sera réalisé de façon pro. Je ne peux pas t'en dire davantage si ce n'est que je proposerai 7 nouveaux morceaux, ou plutôt 5 morceaux et 2 remix et que c'est sous le patronyme d'HABACUS SUCABAH que l'ensemble sortira.

3. Ta dernière production " Same " est limitée à 150 ex.? Quels en ont été les retours ?

Dans l'ensemble, la tape a reçu un accueil très enthousiaste depuis sa sortie fin 2002, notamment dans la presse française. Les chroniques sur le site d'HssH parlent d'elles-mêmes. Bien sûr, et comme toujours, certains ont été un peu surpris et peu emballés, mais les échos ont été majoritairement favorables et c'est ce qui importe. D'ailleurs comme je te l'ai dit, plusieurs distributeurs ont accepté de prendre la tape en distro et ça, c'est très significatif. 58 tapes ont déjà été écoulées.

4. L'étiquette de black indus / électro te convient-elle ? Que réponds tu à ceux qui diront que HssH n'a plus rien à voir avec le B.M. ?

Que l'on mette l'étiquette que l'on veut, peu importe. L'important est que l'étiquette que l'on impose à un genre musical le reflète au plus près, de manière à ce que les gens soient bien orientés au moment de se proccurer la stuff. Il est vrai que HssH développe à la fois des sonorités black, indus et électro. Si tu connais un peu ces styles musicaux, ça te sautera aux yeux. Maintenant, la musique d'HssH ne saurait s'y réduire. Si certains estiment que ma dernière réalisation n'a rien à voir avec le black metal, c'est qu'ils ont une idée bien précise de ce que ce genre musical doit être. Ca les regarde, et je ne me proposerai pas de les contredire pour le plaisir. Il n'en demeure pas moins qu'HssH expose bel et bien des sonorités très black dans les vocaux, certains riffs et dans les arrangements.

5. Cette approche des arts extrêmes peut dérouter plus d'un auditeur : décris-nous les ambiances que tu souhaites faire ressortir, et quels sont les moyens que tu as utilisé (le matos sono, quel est ton instrument que tu maîtrises le mieux?).

De façon globale, HssH exprime les ténèbres intrinsèques à l'Homme. Ces zones d'ombres qui incubent à l'état latent dans nos organismes offrent bien des surprises lorsque nous les laissons se développer naturellement, radicalement, de façon absolue selon nos confrontations avec le réel. Sur la base de ces éléments, chacun peut trouver ce qu'il veut dans les ambiances que je délivre et ressentir des émotions personnelles ou, pourquoi pas, collectives. Il n'y a rien de définitivement figé dans HssH. Il semble que j'ai une approche très personnelle dans la manière d'amener mes compositions - on me le dit souvent - et on m'interroge aussi régulièrement pour savoir comment je gère l'ensemble et avec quels outils. Eh bien, sur cet aspect technique, je préfère toujours ne donner aucun élément de réponse. C'est le résultat final qui compte et non la façon d'y parvenir. La seule chose que je laisse échapper en revanche, est que je suis bassiste de formation et qu'il m'a été donné de jouer dans des formations métalliques plus classiques par le passé.

6. Quelles sont tes sources d'inspiration pour accoucher d'une musique si noire et novatrice : Actualité, lectures, films, expériences perso? ?

Tout, absolument tout ce qui me passe par la tête et que j'emmaganise ou que j'ai emmagasiné en mémoire sont sources d'inspiration.

7. Eclaire-nous sur cette scène restreinte et très UG : quel en est l'esprit ? Quels en sont les tenors ? Les inspirateurs ? Connais-tu Melekh-tha, Stigma Diabolicum? Si oui, qu'en penses-tu ?

Je ne suis pas très au fait de cette scène, si scène il y a. Je ne suis donc pas le mieux placé pour répondre à ta question. En ce qui me concerne, j'écoute beaucoup de musiques différentes et je ne me soucie pas de savoir quels en sont les préccurseurs. Mais je peux te citer quelques groupes qui génèrent chez moi beaucoup d'émotions : Asphyx, Angizia, Laibach, Muslimgauze, King Diamond et Mercyful Fate, MZ412, Lisa Gerrard, Abigor, Neurosis, Eros Necropsique, Triakel, Malicorne, Stille Volk, Forge, Shadow Project, System of a Down, Mutiilation, Graveland, Orphaned Land, Disharmonic Orchestra, Dismember, Sopor Aeternus. Il y en a bien sûr beaucoup d'autres. Des deux groupes que tu as cités, je ne connais que le premier. Son répertoire est très intéressant.

8. J'imagine qu'il y a une telle scène à Paris : comment la décrirais tu, ainsi que le rest e du métal extrême sur la capitale ?

Je ne sais pas s'il existe réellement une scène dans la lignée de ce que je fais et sur la capitale. L'association du black, de l'indus et de l'électro, est à mon avis encore trop peu usité pour prétendre à une scène bien implantée. Par contre, on peut largement l'envisager comme naissante, à l'état embryonnaire tout au moins. Je suis d'ailleurs en contact depuis peu avec quelques artistes qui évoluent dans une approche pas si éloignée que cela de la mienne. Mais bon, encore une fois, c'est bien trop récent pour en dire davantage. En revanche, il y a bien une scène extrême confirmée à Paris au vu des nombreux concerts de black et de death metal.

9. Que veux-tu y apporter avec HssH (et tes autres projets ?)

Je cherche avant tout à me faire plaisir, exprimer ce que je sais exprimer et le partager avec ceux qui le voudrons. Générer et engendrer des émotions chez des gens disposés à s'imprégner de sonorités nouvelles, à la fois extrêmes, froides, martiales, métalliques, industrielles et j'en passe, tel est mon souhait et mon désir le plus profond.

10. D'ailleurs, souhaites-tu nous livrer ce que signifie HssH ? Es-tu conscient que ce nom peut prêter à confusion (ainsi qu'un des titres " Nordiste ou Nazi ? "), alors que ton webzine " filtre " justement les groupes suspect d'une certaine idéologie... Quelle explication as-tu à cela ?

Ce nom prête à confusion dès lors qu'il devient difficile de se débarrasser d'un passé historique bien connu, vécu comme une douleur personnelle et parfois collective. Hors HssH n'a rien à voir avec ça. Le nom a été choisi pour faire un lien de parenté avec Habacus Sucabah, ni plus ni moins. Il n'y a aucune signification politique particulière derrière ce patronyme. Et pour ce qui est du titre Nordiste ou Nazi ? le morceau traite de la trivialité humaine. Les hommes, souvent, adhèrent à des idées qu'ils évitent de nuancer, quitte à sombrer parfois dans la caricature involontaire. Par ce titre, je voulais juste montrer que les choses ne sont pas forcément si simples et que les relations humaines sont beaucoup plus complexes qu'il n'y paraît. J'aurais pu aussi intituler ce morceau : blanc ou noir ?, ying ou yang ?, haut ou bas ?, dominé ou dominant ? Je ne m'intéresse pas davantage à une quelconque idéologie pré-fabriquée. Je suis musicien et le domaine politique au sens politique politicienne n'est absolument pas mon terrain d'investigation.

11. Justement, venons en a DIAHABLERIE : As tu fondé le webzine pour soutenir tes groupes, ou le webzine t'a t il motivé pour lancer ta propre musique ?

Dans l'état actuel des chosesDiahableriesest un webzine ouvert à toutes les musiques extrêmes : black, grind, death, indus & co ! Le nom de ce zine est le même depuis le départ et n'a jamais subi de modification. Je n'ai bien évidemment pas attendu de faire naître ce bébé pour m'investir dans mon art musical. Je joue de la basse depuis 16 ans. Autant dire que je ne pouvais penser, il y a encore une dizaine d'années, que je tiendrais ces quelques pages sur le réseau.

12. Quelles sont les productions de DIAHABLERIE ?

Il n'y a pas de label au sens maison de disques, donc pas de productions. Si j'envisage de fonder un label, tu en seras le premier averti.

13. Quelle est la taille, la philosophie, et l'aire de distribution de DIAHABLERIE ?

Diahableriesest un webzine underground sans philosophie particulière.

14. Quelle est ta position vis a vis du web, puisque tu sembles bien connecté, alors que des labels préfèrent s'y refuser pour rester UG ?

Chacun voit la chose comme il veut mais selon moi, lorsqu'on tient un label, le but est de mettre en place les moyens de communication permettant de faire connaître les groupes l'on produit. En terme de communication le web s'impose.

15. Cd thèque idéale ? dernier cd acheté ?

La mienne ! eh,eh... Dernier cd acheté tout fraîchement ? Candlemass Doomed for live... grandiose !!!

16. Film préféré ? dernier vu ?

Pas de film über alles pour moi, mais j'aime beaucoup Profondo Rosso de dario Argento, Le Jour de la Bête de Alex de la Iglesia, Don't torture a duckling de Lucio Fulci, Tokyo Fist de Shinya Tsukamoto, Nekromantik 1&2 de Jörg Buttgereit, Crash de David Cronenberg, Assassin(s) de Mathieu Kassovitz, pour ne citer que ceux là. Le dernier film que j'ai regardé?ça fait un moment?Starship Troopers de Paul Verhoeven.

17. Quel pays admires tu et pourquoi ?

Aucune admiration quelle qu'elle soit pour un pays en particulier. Je ne voyage pas beaucoup, mais je trouve toujours des choses captivantes à observer et à retenir où que j'aille, que ce soit dans les régions de France ou à l'étranger. Récemment, j'ai eu l'occasion de me balader en Belgique et aux Pays-Bas. Excellents ces petits pays !

18. Quelle personnalité médiatisée détestes-tu ?

Aucune ! je n'en connais aucune suffisamment pour me permettre un jugement de valeur à son égard.

19. Que penses-tu du live: ton style s'y prête-t-il ? La démarche t'intéresse-t-elle ? connais tu d'autres formations qui en font ?

La musique d'HssH est difficilement retranscriptible en live, car le live suppose d'ajouter des musiciens si tu ne veux pas tromper le public avec des agencement sonores pré-programmés. Mais l'expérience doit être très intéressante car tu ne délivres pas du tout le même son, et cela peut être très enrichissant de proposer des versions différentes de tes morceaux. Rien de pire que de reproduire à l'identique ce qui a déjà été enregistré sur maquette. Je n'ai pas eu d'écho de formations que je connaisse bien qui se seraient livrées à cet exercice. Mais j'ai eu l'occasion d'en voir une à un concert en province. Seulement voilà, le groupe n'avait pas encore de stuff à son actif. Difficile donc de comparer l'expérience studio du live dans ce cas.

20. Un dernier message ?

Merci à toi pour m'avoir accordé cette tribune et longue vie à Osirion et la Horde Noire.

Autocrator