KRYSALID

KRYSALID

Thrash metal mélodique, France

17/11/05

Inconnus de moi, ces outsiders français m'ont mis une raclée dès la première écoute deSecond life, leur premier album. Mes premières amours thrash-métalliques me sont de suite réapparues, et j'ai voulu en savoir plus...Ca tombait bien, puisque THUNDERING RECORDS, leur label, me propose justement un phoner (interview par téléphone) avec eux. A l'heure prévue, c'est Oliver Tix, batteur de son état, qui me contacte pour satisfaire ma curiosité envers KRYSALID.

Salut à toi ! Présente-nous KRYSALID...

KRYSALID est un groupe de Lens, en Picardie ; nous nous sommes formés début 2001.

Savez-vous que vous avez un homonyme français branché goth ?

On n'a pas qu'un homologue, d'ailleurs, on est les seuls avec cette orthographe !

Qu'avez vous sorti avantSecond life?

Second lifeest notre 1er album distribué. Mais nous avions sortiThe begining, en septembre 2003, notre démo auto-produite, qui était un support promo pour élaborer un "press book" ; elle fut même élue "démo du mois" dans le mag ROCK HARD de novembre 03.

Et comment avez vous rencontré THUNDERING?

On a enregistré il y a un an, puis on a démarché avec la maquette, puis on a signé un contrat licence chez THUNDERING début 2005 ;Second lifeest sorti fin octobre. Il s'est donc écoulé 1 an entre l'enregistrement et la sortie. Je connaissais déjà Laurent, boss de THUNDERING par Christopher (YRKOON); notre collaboration s'est décidée au cours d'un voyage en Finlande...

Comment et ou avez-vous enregistré ?

L'enregistrement s'est déroulé à Chalon / Saône chez Fred Rochette (MALEDICTION) : c'était la 1ere prod thrash du P'N'F studio, et ça c'est bien passé.

Vos influences semblent multiples: le thrash nord américain, bien sur...

Ouais, tout a fait !

...Mais aussi la vague heavy anglais des '80s...

Oui, aussi, Nico (guit./chant) était vachement influencé par la puissance US, et aussi la touche mélodique et l'harmonisation des groupes anglais comme JUDAS PRIEST et IRON MAIDEN.

Et les Allemands de BLIND GUARDIAN, peut-être?

Non, on écoute pas, c'est juste une coïncidence.

Tu devrais y jeter une oreille, ça te plaira sûrement ! Il y a enfin le timbre de voix de Chuck Schuldiner?

Tout a fait, Nico en est grand fan ; éloignement volontaire car peur d'être catalogué "Death", même si KRYSALID n'en est somme toute pas trop éloigné.

Vous faites donc du thrash métal...?

"Thrash" signifie beaucoup de choses et rien a la fois ; nous jouons du Thrash mélodique avec des influences Heavy métal.

Pensez vous que le côté mélodique fait la différence avez des groupes plus "basiques", selon vous?

Oui car il y a un gros travail de composition dans KRYSALID : un seul titre est le fruit de plusieurs mois de travail, d'essais, etc. Si chance il y a, ça peut faire la différence vis à vis des autres groupes.

Pensez vous que le thrash n'est pas mort après l'apogée des années '80?

Si ! J'ai découvert à la fin des années '80 des groupes comme TESTAMENT, MEGADETH, SODOM, SEPULTURA...C'était excellent. Mais avec l'évolution musicale et technologique, c'est devenu un style obsolète.

Connaissez vous des groupes français comme NO RETURN ou HORRESCO REFERENS, qui se défendent aussi dans la veine thrash à leur manière?

Je connais pas trop les trucs récents de NO RETURN, mais les 1er albums avec influence thrash puis évolution vers style DM dans les années 90 : préférais largement la lignéePsychological torment.

ANNIHILATOR est –il un groupe facile à reprendre?

Nous avons hésité à reprendre un titre de Death, mais pour la raison déjà évoquée ci-dessus, on s'est finalement rapproché d'un groupe thrash des '90s... peu de groupes reprennent ANNIHILATOR, en tout cas, aucun à ma connaissance.

Le côté mélodique véhicule un certain nombre d'ambiances et d'émotions : avez vous apporté autant de soins à l'écriture des textes, afin de les faire "coller" à la musique?

Oui, on y tient car niveau textes, on n'écrit pas de "beauferies" ou de violence ; beaucoup de groupes font de la bonne zique mais avec des textes limités. KRYSALID possède des textes avec une sensibilité : ils évoquent des choses concrètes sur les rapports humains, ils sont plus psychologiques, plus ancrés dans le réel !

Et peux tu nous dire quelques mots sur l'artwork?

Parti de rien, Nico a tout réalisé. L'idée était aussi de faire un visuel par titre. La pochette représente un personnage dont la face est voilée : une chrysalide cachée derrière feuillage, ce qui donne un coté mystérieux à l'artwork.

Parlez-nous votre scène locale : est-elle bien organisée?

Olivier et moi jouons aussi dans MALEDICTION ; sinon, dans le coin, il y a des groupes excellents comme YRKOON. Il y a une grosse scène métal extrême sur Amiens: DSK, véritable rouleau compresseur, ALTERED BEAST thrash "old school" récent, enregistrement prochain d'une maquette ; à Reims, il y a SYMPHONIA, du métal atmo. avec chant féminin, à sortir bientôt chez THUNDERING.

Avez-vous des side-projects ?

Oliver Tix joue dans un groupe de Death métal hybride TRIDUS ELASTICUS (avec Arnaud de CARNAVAL IN COAL), juste pour se faire plaisir en faisant quelques dates.

Avez-vous prévu de tourner un peu pour promouvoirSecond life?

On cherche des dates ; on a déjà St Quentin le 19 novembre, et à Liège le 10 décembre.
On galère car notre région est isolée, avec peu de contacts metal. THUNDERING est une trop petite structure pour organiser des tournées; on sélectionne un minimum on cherche de bonnes conditions pour jouer.

Des projets?

Et d'un: faire un max' de dates : c'est notre espoir pour 2006. Et enchaîner avec un second album: on met le paquet pour que ça sorte un an et demi aprèsSecond life. On entre en studio dès cet été. Notre but est de faire une percée dans la scène métal.

Que penses-tu du paradoxe actuel concernant le marché du CD, à savoir : les ventes de skeuds sont en chute alors que le nombre de sortie d'albums explosent...

Le constat est simple : il est plus facile de jouer, plus facile d'enregistrer des disques, de trouver des petit labels...Il y a vivier de groupes français, voire "trop" de groupes et petit labels. La scène est une jungle a double tranchant : l'émergence artistique est positive, mais il est impossible d'avoir des prétentions élevées, pour sortir du lot. Il n'y a pas de structure pour faire du live, les CD ne se vendent plus, les magasines disent que "tout est super" dans leurs chroniques... Quel seront alors les critères des acheteurs s'il y a trop de groupes pour le même public?

Tu ne prends que 5 CD avant d'échouer sur une île déserte : lesquels?

MACHINE HEAD :Burn my eyes
FEAR FACTORY :Demanufacture
BIOHAZARD :State of the world adress
SEPULTURA:Beneath the remains
IRON MAIDEN :Somewhere in time

Un dernier message ?

Continuez à écouter du métal et encouragez les groupes qui en valent la peine: faites le tri!

Autocrator