La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Le Marin rejeté par la Mer

Le Marin Rejete Par La Mer.jpg

Romans, Nouvelles & Théâtre

Yukio Mishima
1963
180 p.

Noboru est un petit garçon de treize ans vivant à Yokohama au début des années 60. Il découvre par hasard dans la cloison de sa chambre un trou qui donne dans la chambre de sa mère. Il l'observe parfois.

Noboru fait partie d'une bande secrète de six garçons de son âge sous la houlette d'un chef cynique de treize ans qui prône un mépris total pour le monde des adultes et ses compromissions. Ces jeunes nihilistes, tous de bons élèves issus de familles aisées, se veulent de vrais durs, déterminés et insensibles à toute forme de sentiment ou de passion.

La mère de Noboru rencontre Ryuji, un marin de la marine marchande. Lorsqu'elle le ramène à la maison pour la nuit, Noboru ne perd rien de leurs ébats. Impressionné par la démonstration de virilité de Ryuji et la vie aventureuse qu'implique son métier, Noboru l'idéalise comme le parangon des vertus défendues par la bande à laquelle il appartient.

Le marin avait certes des rêves de gloire au début de sa carrière mais il commence à en avoir assez de la vie en mer et de ses aléas. Sous l'influence de la mère de Noboru, il l'épouse, reste à terre et se propose de travailler avec elle dans son magasin de luxe.

Une telle attitude, couplée à son caractère de brave type de Ruyji va évidemment à l'encontre de l'idéalisation de Noboru. Alors, la bande doit intervenir.

*
* *

« Le Marin rejeté par la Mer » est un livre étrange et malsain. Si le thème général tourne autour de l'adolescence et le risque pour des adolescents d'être influencés ou manipulés, on ne sait pas dans quelle mesure les thèses défendues par le Chef de la bande, nihilisme et destruction de ce qui est faible, ne reflètent pas les propres conceptions de l'auteur.

Kurio Mishima (1931 – 1970) est un auteur japonais qui a été très tôt en contact avec la culture littéraire occidentale. Au cours des années 60, il va se tourner vers la culture japonaise traditionnelle et finalement se diriger vers un nationalisme de plus en plus dur qui se terminera sur son suicide spectaculaire en 1970, par éventration (seppuku) en conformité avec les rites japonais.

Au-delà des conceptions de l'auteur, le livre montre comment des adolescents en manque de repères peuvent être manipulés, même de manière inconsciente, et sombrer de plein gré dans la barbarie. En croyant s'affranchir des dogmes d'une société qu'ils rejettent, les adolescents n'ont fait qu'en créer une autre, encore pire et plus absurde. A cet égard, le personnage du chef de la bande est des plus intéressants même s'il n'est qu'entrevu dans l'ouvrage.

Le livre, à défaut de l'auteur peut-être, démontre par l'absurde que le fanatisme est toujours néfaste, peu importe la cause défendue. Tout cela prend un écho particulier si on le ramène à certains discours de true black metal. Cela permet de rappeler si besoin était qu'aucune thèse ne dispense de faire preuve d'esprit critique.

Le livre est disponible chez Folio (n° 1147).

Tryphoninus