La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Le Roi au Masque d'Or

Le Roi au Masque d'Or, Marcel Schwob, 1892

Romans, Nouvelles & Théâtre

Marcel Schwob
1892
186 pages

Le Roi au Masque d'Or, c'est une vingtaine de nouvelles fantastiques de la plume d'un écrivain français, Marcel Schwob, très connu de son temps, mais mort prématurément, à 38 ans.

Marcel Schwob était un grand admirateur de R.L. Stevenson (l'auteur de L'Ile au Trésor ainsi que de la Mystérieuse Aventure du Docteur Jeckyl et de Mister Hyde) et la plupart des nouvelles sont d'aventure. Il y a les lieux visités (la mer, des terres inconnues, etc.) ou les époques, étrangères et reculées (Antiquité, Moyen-âge, Renaissance) ou encore des circonstances particulières (guerre, peste). Schwob affiche une grande érudition qui fait immédiatement plonger dans l'ambiance de la période visitée, le tout rehaussé d'une petite touche de fantastique ou de merveilleux, voire parfois même un peu de science-fiction.

Ces nouvelles ont pourtant toutes un point commun : la distorsion entre la réalité et les apparences, toujours trompeuses pour Schwob. Concrètement, beaucoup de nouvelles tournent d'une manière ou d'une autre autour du masque.

Cela commence avec la nouvelle éponyme où un roi masqué entretient une cour masquée. Tout se passe bien jusqu'à ce qu'un aveugle vienne lui révéler ce que cachent les masques : les rires sous les masques austères des prêtres, les grimaces sous les masques charmeurs des femmes et les pleurs sous les masques rieurs des bouffons. Et encore, personne ne sait ce que cache le masque du Roi.

Les masques, ce sont aussi ceux portés par les Faulx-Visaiges, bandits de grand chemin qui se cachent sous des masques colorés pour sillonner et ravager les campagnes déjà ravagées par la guerre. Ceux qui sont pris sont pendus avec leurs masques.

Mais le masque peut aussi devenir réalité. Comme ces masques que se confectionnent deux amis de la Florence du XIVème Siècle pour paraître des pestiférés et échapper à la milice ou faire rire. Ou alors, c'est au contraire la réalité qui devient masque comme sous l'effet des embaumeuses d'une ville perdue dans le désert de Lybie.

Il ne s'agit pas toujours de masque tangible. Il y a par exemple celui de cynisme des pirates, fissuré par un vieil homme et sa flûte. Ou encore celui de la jeunesse dans la Grèce Antique quand un miroir montre à des adolescentes coquettes ce qu'elles seront dans cinquante ans.

Et pour compléter tout cela, il y a l'ambiance fin de siècle, un brin décadente. C'est pour cela que les nouvelles sont souvent marquées par la violence ; physique avec des cadavres par ci par là ou morale comme par exemple la jalousie, aussi sordide que grotesque, entre deux vieilles complètement décrépites, prêtes à toutes les mesquineries pour l'amour d'un homme.

Pour les collectionneurs ou les fans de marabout, Le Roi au Masque d'Or existe en marabout (n° 445). Vu que le texte est dans le domaine public, on peut aussi le trouver sur internet (www.marcel-schwob.org par exemple).

Tryphoninus