La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Le Rond des Sorciers

Le Rond Des Sorciers.jpg

Romans, Nouvelles & Théâtre

Claude Seignolle
1945 - 1966
238 pages (version Pocket)

Dans les campagnes de Sologne, le christianisme, malgré ses efforts, n'a pas réussi à éradiquer ou à infiltrer les anciennes superstitions. On y croit encore aux sorciers, aux jeteurs de sort et aux malédictions.

Ces croyances de gens simples peuvent mener à des drames, comme quand Firmin Sainjean voit des traces autour de pas autour d'un de ses chênes ou que les fils du Sylvain attendent un jeteur de sort pour l'abattre. Mais les superstitions peuvent se révéler fondées. Ainsi Martin n'aurait pas dû traiter à la légère une proposition de quelqu'un qu'il sait apparenté au diable. Et le vieux Bolasec aurait du faire attention à ce qu'on trouve dans les grimoires.

Il y a aussi cet écrivain qui va se trouver l'objet de la vengeance d'un sorcier contre un autre sorcier. Une peau de sanglier, une bêche et un curé un peu givré seront suffisants.

Mais ce n'est pas tout. Il n'y a pas que des sorciers, il y a aussi des revenants, des apparitions, des animaux du démon et tout ce que des générations de paysans ont pu imaginer ... ou constater.

*
* *

Les nouvelles qui composent ce recueil ne sont pas des originales en ce sens qu'elles ont toutes été publiées dans d'autres recueils de Claude Seignolle. Je l'ai pris malgré tout parce qu'il est plus facile à trouver que les éditions originales et qu'il donne un bon aperçu de l'imaginaire de Claude Seignolle.

Claude Seignolle a commencé sa carrière comme ethnologue recensant les coutumes et légendes de Sologne. Mais l'ethnologue est aussi un infatigable conteur qui écrit ses propres nouvelles fantastiques. Il ne faut cependant pas se méprendre sur la signification de conteur. Les contes de Seignolle ne sont pas des histoires merveilleuses pour enfant mais bien des nouvelles cruelles et souvent ironiques. Elles sont façonnées dans une langue dure qui sent la campagne et le parler des paysans.

L'imaginaire de Claude Seignolle rappelle un temps (pas si éloigné) où quand on avait un problème, on allait voir le rebouteux, puis le curé puis enfin le médecin. L'irrationnel fait ici partie de quotidien et il n'a pas du tout anormal de penser qu'on est victime d'un jeteur de sort.

C'est ainsi que dans la nouvelle éponyme, Claude Seignolle dit par le prêtre : « Si le dimanche, à la messe, on compte encore bon nombre de fidèles, il ne faut pas se hâter de conclure à la finale victoire de Dieu. Mieux que quiconque, le prêtre sait que beaucoup viennent là pour accomplir un acte païen de contre-mal, paradoxalement flanqué d'une neuvaine. (...) Autrefois, il y a bien longtemps, l'Eglise a cherché à faire siennes beaucoup de croyances, respectant mais christianisant, seulement elle n'a jamais complètement réussi à vaincre cette sorcellerie qui parfois n'est plus entre les griffes du diable, mais des seuls humains... Et si l'homme méchant vaut dix Satan, l'homme crédule subit dix peurs qui risquent de le rendre mauvais comme vingt diables. »

Mais les représentants de christianisme ne sont pas logés à meilleure enseigne parce qu'eux aussi ont la même logique. Dans toutes les nouvelles, on les voit se battre à coups de superstitions, d'exorcisme, de reliques et de processions. Ils sont simplement dans l'autre camp mais jamais au dessus de la mêlée.

Les nouvelles Claude Seignolle ne sont pas toujours faciles à trouver parce que certaines ont été publiées seules et que les recueils originaux sont assez difficiles à trouver. En général, il n'y a souvent que des recueils qui compilent des nouvelles existantes. Pour un aperçu général de l'Ĺ“uvre de Seignolle (romans et nouvelles), je vous conseille le site www.hérésie.com/Seignolle.

Tryphoninus