La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Le Tour d'Ecrou (The Turn of the Screw)

Le Tour D Ecrou The Turn Of The Screw.jpg

Romans, Nouvelles & Théâtre

Henry James
1898
+/- 120 p.

A la fin du XIXe Siècle, une jeune gouvernante est engagée pour s'occuper de deux enfants qui vivent depuis la mort de leurs parents dans un domaine dans la campagne anglaise. Son employeur, l'oncle et tuteur des enfants, est strict sur un point : il reste à Londres et ne veut absolument pas entendre parler des enfants.

A son arrivée, sur le domaine, la gouvernante est accueillie par Mme Grose, l'intendante qui occupe les fonctions de gouvernante depuis la mort de Miss Jessel, la gouvernante précédente. Les deux enfants se révèlent être des modèles de gentillesse et d'éducation.

Un soir, elle aperçoit un homme dans le domaine qui, d'après la description qu'elle en fait à Mme Grose, s'avère être Peter Quint, l'ancien intendant et vraisemblablement l'amant de Miss Jessel. Mais Quint est mort depuis plusieurs mois. Un peu plus tard, elle aperçoit Miss Jessel près d'un point d'eau.

Les deux spectres vont continuer à apparaître dans diverses circonstances mais, hormis les enfants, la gouvernante sera toujours la seule à les voir. Comme les deux domestiques avaient de leur vivant une forte influence sur les enfants, la gouvernante ne tarde pas à conclure que les deux spectres sont revenus pour les posséder.

*
* *

« Le Tour d'Ecrou » (parfois traduit « Le Tour de Vis ») de l'écrivain américain Henry James (1842 – 1916) est un grand classique du roman fantastique ... ou pas. Je m'explique : le texte se présente comme le journal de la gouvernante et est donc écrit à la première personne. Le récit se concentre donc sur sa seule vue de la situation.

Cette approche a pour résultat, volontaire, de laisser une ambiguïté quant à l'interprétation du roman car le récit ne conclut pas si, en fin de compte, les enfants sont vraiment victimes de fantômes. Or la réponse à cette question amène à deux lectures complètement différentes du roman.

Dans le premier cas, on se retrouve dans une histoire de fantômes « classique » (enfin, pas pour l'époque) où une gouvernant fait face seule à deux fantômes. Le récit livre alors toute sa clairvoyance et sa détermination dans un combat où l'issue, même si elle gagne, est violente.

Dans le second cas, il n'y a jamais eu de fantôme et le récit devient une histoire psychologique où une gouvernante, peut-être sous le charme du tuteur absent, projette sur des enfants ses propres hallucinations et où, en essayant de les sauver, elle les perd inexorablement.

Evidemment, le récit est parsemé d'indices qui vont dans un sens et dans l'autre et chacune des décisions prises par la gouvernante peut s'interpréter selon chacune des lectures. A chacun de se faire son idée.

Le livre est facile à trouver en français chez Livre de Poche, Flammarion ou Librio. Pour les motivés, le livre est également disponible en anglais (« The Turn of the Screw ») chez Penguin par exemple.

Tryphoninus