La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Morts Violentes

Morts Violentes.jpg

Romans, Nouvelles & Théâtre

Ambrose Bierce
1891
230 p.

Les nouvelles qui composent ce recueil ont toutes pour toile de fond les combats de la Guerre de Sécession, qui dura de 1861 à 1865 et fit près de 600.000 morts. Dans chaque nouvelle, Ambrose Bierce raconte l'aventure d'un soldat ou d'un officier, en général nordiste, et sa fin tragique, d'où le titre français du recueil (« Morts Violentes »).

Ambrose Bierce a participé à cette guerre du côté nordiste en tant qu'officier cartographe de 1861 à 1864, avant d'être rapatrié suite à une blessure à la tête. Donc, il sait de quoi il parle et cela donne un certain réalisme chaque nouvelle. Le coté réaliste et froidement technique des descriptions est destiné à susciter chez le lecteur un sentiment d'horreur. C'est en cela qu'Ambrose Bierce se distingue d'Edgar Poe. On a souvent comparé les deux auteurs parce que le sentiment d'horreur est un dénominateur commun à leur Ĺ“uvre. Mais Bierce décrit l'horreur sans aucun recours au fantastique mais simplement à donner une vision crue de la guerre au travers d'histoires insolites.

On peut citer par exemple « Le coup de grâce » où des cochons attaquent des soldats blessés, « La Brêche de Coulter » où un artilleur n'hésite pas à utiliser le sang répandu autour de lui pour refroidir son canon, ou encore « Chickamauga » où un enfant hébété voit venir vers lui une masse indistincte de blessés rampants après une bataille.

Bierce, qu'on surnommait Bierce l'Amer (Bitter Bierce) n'hésite pas à relever ces nouvelles d'une bonne dose d'humour noir et d'ironie notamment pour dénoncer l'absurdité de la guerre. Il dépeint l'indifférence des officiers supérieurs et des politiciens devant certaines scènes de massacre. Dans « Combats d'avant-postes », un politicien se retrouve par hasard en première ligne et voit les combats et la différence avec les parades militaires. Dans une autre, un officier provoque sciemment une bataille entre des unités du même camp pour nuire à son général.

Mais Bierce dénonce également le caractère fratricide propre à la Guerre de Sécession. Dans plusieurs nouvelles, on voit des militaires originaires du Sud engagés au Nord par conviction être obligés de combattre sur leurs terres contre leurs amis et leurs familles.

Enfin, il est difficile de parler de ce recueil sans évoquer la place qu'y tient la peur. Il y a bien sûr la peur de la mort. D'ailleurs, les personnages centraux sont peu à terminer les nouvelles en vie. Mais il y a aussi la peur irrationnelle, comme celle de cet officier pourtant aguerri qui doit passer la nuit avec un cadavre (« Une Rude Bagarre »), ou celle de ce tireur d'élite coincé dans une maison en ruine avec son propre fusil pointé sur son front (« Porté Disparu »).

Le livre est disponible chez Grasset (Les Cahiers Rouges) mais également chez d'autres éditeurs. Pour ceux qui veulent lire en anglais, il faut faire attention parce que le titre américain du recueil est « Tales of Soldiers and Civilians ») et que son titre en Angleterre est « In the Midst of Life ».

En 1893, Ambrose Bierce a écrit un recueil de nouvelles fantastiques, « Nouvelles Impossibles » (« Can Such Things Be ? ») et son fameux Dictionnaire du Diable en 1911.

Tryphoninus