La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Naufrages

.jpg

Romans, Nouvelles & Théâtre

Akira Yoshimura
1982
200 pages

Isaku, neuf ans, vit dans un village isolé de pêcheurs d'un Japon immémorial. La vie du village, coincé entre la mer et la montagne, est rythmée par les saisons et les cycles de pêche : poulpes, encornets, maquereaux, etc. Mais la pêche ne suffit pas à sauver le village de la famine. Alors, certains villageois dans la force de l'âge partent travailler – ils se vendent – au loin pour des périodes de trois à dix ans. Cette année, le père d'Isaku est parti pour trois ans et Isaku, maintenant considéré comme un adulte, doit assurer la survie de sa mère, de son frère et de ses deux sœurs.

Mais le village dispose d'une autre source de revenus, encore plus aléatoire que la pêche et la cueillette en montagne. En hiver, il y a des violentes tempêtes au large que certains capitaines de navires marchands sont prêts à affronter pour livrer à temps leur cargaison de riz. Et toutes les nuits d'hiver, les villageois allument des feux sur la côte en espérant être vus d'un bateau en détresse. Se croyant sauvé, le navire met alors le cap sur la lumière ... et vient s'écraser sur les rochers.

Nos braves villageois sont des naufrageurs expérimentés : une fois le bateau accroché sur les récifs, ils achèvent les survivants, s'emparent de la cargaison et récupèrent le bois du navire malchanceux. En quelques jours, toute trace de leur forfait a disparu. L'activité n'est pas sans danger (un jour, ils ont coulé un bateau gouvernemental) mais une seule bonne prise les met à l'abri du besoin pour quelques années et surtout personne ne devra se vendre en ville.

Cela fait tellement partie de leur vie qu'avant l'hiver, ils font des cérémonies pour les divinités de la mer afin qu'elles leur rapportent des bateaux. Mais les divinités soutiendront-elles les villageois quand ils chasseront non plus pour la nourriture mais pour des objets de luxe ?

A première vue, « Naufrages » (Hasen) de l'écrivain japonais Akira Yoshimura (1927 – 2006) ressemble à un reportage de Thalassa sur la vie des pêcheurs nippons, résignés et soumis aux caprices de la nature. Le récit s'écoule lentement au rythme de la vie villageoise avec la pêche mais aussi les mariages, les départs et les deuils. Il n'y pas de tension dans la communauté : l'individu fait partie d'un tout (le village) et c'est le village qui doit survivre. Mais la survie du village est primordiale au point que les villageois n'ont aucune forme de morale. Il n'y a ni bien ni mal et la piraterie constitue une récolte comme une autre.

Pourtant, ce récit simple et monotone mène lentement à un dénouement aussi dur qu'inattendu.

Naufrage est disponible chez Babel (n° 623) et chez Acte Sud.

Tryphoninus