La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Un Bonheur Insoutenable

Un Bonheur Insoutenable.jpg

Romans, Nouvelles & Théâtre

Ira Levin
1970
370 p.

Li RM35M4419, surnommé Copeau par son grand-père, est un petit garçon de dix ans qui vit dans un monde parfait. L'humanité, qu'on appelle maintenant la Famille, s'est unie et a confié son destin à un ordinateur surpuissant, appelé Uni, enfoui quelque part dans les Alpes Suisses. L'ordinateur veille à ce que les humains vivent en harmonie et sans agressivité. Il n'y a plus d'argent et les hommes sont uniformisés au maximum. C'est Uni qui décide de la carrière de chacun, s'il peut se marier et s'il peut avoir des enfants, le tout dans l'intérêt supérieur et bien compris de la Famille.

La nature humaine étant ce qu'elle est, tous les membres de la Famille doivent se soumettre à un traitement mensuel qui les remet en forme et enraye toute forme d'agressivité. Les déviants sont considérés comme des malades que les membres sains doivent soigner (entendez, le traitement mensuel est plus costaud). Une fois guéri, le malade se rend compte de son erreur et livre ses complices pour les aider à réintégrer le droit chemin.

Dès son jeune âge, Copeau comprend que le langage de son grand-père est à double sens. Quand il vante le régime, cela cache une ironie à laquelle seul Copeau est sensible. Les années passent et des tendances de plus en plus déviantes se manifestent chez Copeau. Bien que régulièrement recadré par l'aide bienveillante des autres membres, il va s'affranchir du bonheur imposé de ses concitoyens et même rejoindre clandestinement d'autres déviants. Mais se réunir n'est pas tout, il faut encore trouver un projet commun.

*
* *

« Un Bonheur Insoutenable » (« This Perfect Day ») d'Ira Levin, se place dans la catégorie des romans dits de dystopie (par opposition à utopie), catégorie où on retrouve notamment « Nous Autres », « Le Meilleur des Mondes », « 1984 » et « Fahrenheit 451 ».

Comme toujours on retrouve un régime totalitaire qui a détruit toute trace d'autonomie chez l'homme. La domination est ici assurée par l'utilisation d'un traitement chimique qui annihile l'agressivité et le libre-arbitre. Même si l'histoire est parfois un peu simple par moment (comme l'expédition contre Uni) elle a le mérite de poser des questions sur le libre-arbitre et sur certains sentiments négatifs (agressivité, envie, etc.) dans la progression de l'homme. Dans le monde d'Uni, ils sont perçus comme les causes des errances de l'homme à travers l'histoire. C'est une idée qu'on retrouve également dans « L'Orange Mécanique » d'Anthony Burgess. Que ce soit pour Burgess et pour Levin, ils constituent un facteur de développement.

La deuxième originalité du livre d'Ira Levin est de s'attacher un peu plus aux structures qui ne sont pas contrôlées par le régime totalitaire. Les autres récits dystopiques contiennent également des groupes dissidents (les Hommes-Livres, les Méphis, etc.) mais s'y attardent assez peu. Ici, avec les Incurables, Ira Levin décrit un monde certes libre mais corrompu et livré à la loi du plus fort. Cela montre que la liberté est souvent plus contraignante que la servitude mais qu'elle permet à l'homme d'être vivant. Il s'interroge aussi sur la nécessité de ces mondes et pourquoi le régime totalitaire ne les annexe pas.

Le livre est disponible chez J'ai Lu, S-F, n°434 et n'est pas évident à trouver. Il est un peu plus facile à trouver en anglais (sous le titre « This Perfect Day »). Rappelons également que Ira Levin, dans un registre plus fantastique, est également l'auteur de « Un Bébé pour Rosemary », porté à l'écran par Roman Polanski (voir rubrique cinéma).

Tryphoninus