La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Annthennath : State Of Liberating Departure

ANNTHENNATH - State Of Liberating Departure

Pictonian Records, 2010

Black metal, France

Album CD

Né dans l'Ouest de la France, Annthennath n'en est plus à son coup d'essai. Ce groupe m'était pourtant inconnu jusqu'à l'écoute de State Of Liberating Departure , qui constitue d'ailleurs pour moi une excellente surprise. Peut-être parce ses membres ne sont point des novices dans l'Art noir : en recrutant chez DEATHSPELL OMEGA, SAEL et ANGMAR, Annthennath s'affirme comme résolument black metal. Tout aussi bon, sans être vraiment une pâle copie de l'un ou l'autre de ses groupes d'origine, Annthennath propose un black metal puisé aux meilleures sources des années 1990, en en retenant surtout le côté mélancolique et froid. Pourtant, l'envergure de tous les titres permet d'accoucher d'une œuvre très noire et unique, prouvant ainsi que l'inspiration peut pousser le style black métallique toujours un peu plus loin à défaut de toute façon de le réinventer. Nul besoin de décrire en détail la basse très audible et bien ronde qui joue sa propre partition, ni de gloser sur ces riffs black fouillés aussi souvent mélodiques que vengeurs selon les titres ; pas plus de discours à faire à propos de cette batterie qui peut aussi bien pilonner que se faire légère sur les plans les plus tourmentés (Helwin est originellement un frappeur de grind)... Il faut juste signaler que le chant de Shaxul (ex-DEATHSPELL OMEGA) est bien rocailleux mais s'impose aussi plus criard que ce que nous pouvions entendre dans D.O. Les textes, totalement en anglais, suintent, que dis-je, transpirent la tourmente spirituelle et le blasphème. L' artwork , lui, est purement « orthodoxe », avec son dessin occultiste blanc sur un fond noir uni. Notons le livret, forgé dans un grain de carton peu courant. La production est bien claire, et la set-list est conséquente, avec environ une heure de musique pour huit morceaux. Nous sommes là bien loin des approximations que l'on reproche souvent à la scène BM française, car la réalisation de cet opus est très soignée à tous niveaux. La Scandinavie, en déclin depuis les années 2000, n'a plus qu'à expirer, car la relève viendra de l'Hexagone ! Et le label PICTONIAN (SAEL, QUINTESSENCE, etc.) a semble-t-il eu le nez creux en ajoutant cette meute démoniaque à son catalogue. A découvrir absolument et à ranger avec les valeurs UG montantes françaises comme GLORIOR BELLI, ANGMAR, SUPPLICIUM ou autres HELL MILITIA.

Autocratôr - 9.5/10