La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Arcturus : Aspera Hiems Symfonia

ARCTURUS - Aspera Hiems Symfonia

Profound Lore Creation, 1996

Black Metal Symphonique, Norvège

CD

La musique, les sentiments, c'est plus ou moins la même chose. Votre album favori est un peu comme l'amour de votre vie : souvent un véritable coup de foudre, plus le temps passe plus vous lui trouver de petits détails qui le rendent indispensable. Et c'est cette passion inébranlable qui le rend différent des autres : les albums coup de coeur voit leur intérêt diminuer, parfois jusqu'à la nausée, restant de petites infidélités qui n'éclipsent pas la référence de l'album phare d'une discothèque. Vous lui revenez toujours, même après un certain laps de temps. De même, vous avez conscience de ces défauts, mais cela contribue à son charme, et le petit coup de vieux qu'il peut prendre créer en vous ce sympathique sentiment de nostalgie qui émeut les plus vigoureux.

Vous l'aurez compris à la lecture de cette longue intro, ce disque est l'album qui m'a le plus marqué, découvert il y a presque 20 ans grâce aux conseils avisés d'un responsable de distro lui aussi sous le charme, connu pour ces superlatifs pompeux concernant ses propres productions. Je voulais un album plus majestueux que « In the Nightside Eclipse », et bien j'ai été servi. En fan aveugle je vous le dis : tout est parfait dans cet opus : les claviers inspirés de la Grande Musique (un travail remarquable), loin du cache misère ou du superflu plastique auquel on aura tant droit quelques années plus tard, des riffs dynamiques et hypnotiques à la fois, une batterie, heu, tenu par HellHammer qui réussi à mettre de la sensibilité dans sa frappe. Et ce chant. Diantre, jamais vocaliste, que dis-je chanteur de Metal extrême n'avait offert une prestation pareil. Garm est un dieu vivant et sur cet album. C'est bien simple, il excelle dans tous les registres, chant saturé, criard et haineux ; clair et incantatoire, voire solennel dans un registre grave, quasi-religieux. Sa prestation est parfaite, éclipsant celle, déjà impeccable offerte sur le premier ULVER. Exit Ihsahn et ses choeurs clairs de Inno a satana, ma référence jusqu'alors, vive sa majesté Garm.

Pour simplifier, on a là le meilleur album de Black Symphonique et Progressif jamais réalisé, qui aura peu de concurrents, si ce n'est le premier Tartaros ou Quadrivium. Mais aussi excellent soient ces groupes, ils ne surent atteindre le niveau de perfection de cet album ultime. Bon, je mets le mode fan sur Off, il faut reconnaître que le son manque un peu de pêche, sa réédition remasterisée quelques années plus tard me fera m'écrier « tiens, y a une basse ! », le chant Black de Garm, avec le recul, manque un brin de puissance, mais malgré ces quelques détail, cet album reste pour moi indétrônable.

Aloerw - 10/10