La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Bilocate : Dysphoria

BILOCATE - Dysphoria

Autoproduit, 2005

Death-doom, Jordanie

cd

Mélancolie, le maître mot de cet album, mais pas une mélancolie douloureuse ni furieuse, non, une mélancolie qui n'a pas besoin de nombreux commentaires, elle est là, tout simplement...

Premier constat, premier regret à l'écoute, tous les titres ne se valent pas. Bon, on aurait pu croire que provenant de Jordanie, on aurait eu droit à un barouf plus ou moins mal ficelé, avec des musiciens débutants, mais déjà, ce n'est pas le cas, même si l'ensemble manque de maturité, indéniablement, qu'il y a un arrangement très aléatoire, le fond reste propre, la construction des titres est logique et rend plutôt bien.

Cet album est constitué de deux parties, trois titres (2, 4 et 7) proviennent directement de la démo sortie deux ans auparavant, un peu bricolés, le clavier ne s'intègre pas toujours très bien par exemple dans le second titre mais les variations au sein même du titre rééquilibrent le tout, la première piste d'intro est très sommaire et avec ses sonorités électroniques, on ne voit pas trop où ils ont voulu en venir avec, mais bon, en somme la première partie n'est pas mauvaise, juste pas trop mal faite, sans grandiloquence.
La seconde partie est différente, pas dans les sonorités, mais on voit bien que les deux ans passés à peaufiner ont été mis à bon usage, ça commence très bien avec quelques sonorités black dans un univers doom-death, un tapping utilisé à bon escient, une batterie qui sans être grandiose non plus ne reste pas à la traine.

Maintenant, si vous ne deviez écouter qu'un morceau pour vous convaincre par le premier album de ce groupe improbable, écoutez donc \" A desire to Leave \", plus de 19 minutes qui varient de l'ambiant-black jusqu'au doom avec une assez bonne cohésion, quelques rares dissonances viennent en rupture, voulues ou pas, on n'en saura rien, mais voici donc leur carte de visite.

Un commentaire, surprenant, on ne penserait trouver de telles ressources dans un pays où le métal ne reste qu'anecdotique.

Krur - 7/10