La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Borgne : III

BORGNE - III

Occultum Productions, 2007

Black metal atmosphérique / ambiant, Suisse

Album CD-R

La Suisse n'a pas fini de nous surprendre. Possédant non seulement quelques-uns des pionniers du genre black metal, notamment le légendaire Celtic Frost, et plusieurs des plus grands représentants actuels du genre BM ambiant (en compagnie de l'Allemagne, la proximité des deux pays n'étant sans doute pas anodine), elle accouche actuellement de nombre de nouveaux talents. D'autres groupes, plus souterrains, commencent eux aussi à prendre leur envol.

Bornyhake, le Lausannois touche-à-tout (l'Encyclopaedia Metallum le référant dans près de quatre groupes différents), fait partie de cette dernière catégorie. Bien que formé en 1998, Borgne n'a réellement commencé à faire parler de lui que cette année, avec les sorties successives des albums II et III, le premier édité par Schwarzmetall Productions (original, n'est-ce pas ?) et le second par Occultum, le mal-aimé label du français Voxum.

Si le second opus du groupe, sorti tout juste quelques mois plus tôt, présentait des traits plutôt classiques, III diffère très sensiblement : peu de chansons, aucune d'entre elles ne descendant au dessous de la dizaine de minutes, et présence de deux titres uniquement « dark ambient ». Si l'est une chose dont on peut déjà être sur, c'est qu'avec III, Bornyhake manifeste très nettement son désir d'appartenir à la classe prestigieuse des groupes d'ambiant / atmosphérique helvètes (peut-être même un peu trop, cf. les titres des chansons largement inspirés de ceux d'un autre groupe suisse bien connu des auditeurs du genre). Alors, pari réussi ?

III démarre sur les chapeaux de roue, avec un Akt 1.3 relativement violent. Celui-ci présente les composantes de la musique de Borgne, qui n'ont en soi rien de vraiment révolutionnaire : guitares froides et sursaturées, boîte à rythmes presque inhérente au genre, nappes de clavier glaciales et lointaines. Les vocaux sont quant à eux très saturés mais criards comme le veut le genre, et on pourra simplement regretter le trop peu de variété de ces derniers. Un autre défaut, plus notable cette fois, vient tout de même ternir le tableau : la structure des morceaux n'est pas toujours des plus heureuses, et certains changements de tempo / musique se font un peu lourds.

Quoi qu'il en soit, ce titre forme, avec Akt 3.3, la partie la plus intéressante de l'album. Borgne manque certes quelque peu d'originalité, mais n'omet pas l'élément principal de tout album de BM qui se respecte : l'ambiance. Elle est ici excellemment dépeinte, et c'est sans aucun mal que Bornyhake nous entraîne dans son monde, sinistre et effrayant. La musique est, malgré ses lacunes, hypnotique, et décrit à merveille un futur lointain et apocalyptique ; on imagine aisément un ciel d'un noir de jais recouvrant une planète ravagée par des siècles de conflits.

Il n'est cependant pas possible d'en dire autant des deux plages restantes. Comme malheureusement beaucoup d'autres groupes du genre, Bornyhake s'embourbe dans un simili dark ambient de bas étage, musicalement vide et à l'inexistante substance, n'apportant strictement rien à l'ensemble de l'album. A dire vrai, il m'est possible de créer une ambiance plus malsaine que celle de ces deux titres en réchauffant un plat de pâtes dans mon four à micro-ondes, en tondant la pelouse ou en utilisant mon rasoir électrique. Et j'exagère à peine.

Difficile donc d'attribuer une note à ce III, qui présente d'un côté une incroyable atmosphère le rapprochant quasiment des plus grands, et de l'autre des imperfections montrant qu'il s'agit encore d'un travail amateur. S'agissant néanmoins du premier album de Borgne à user des éléments intrinsèques à l'atmosphérique et à l'ambient, l'œuvre est sans aucun doute vouée à s'améliorer dans les années à venir ; c'est en tout cas tout le mal que l'on peut souhaiter au projet de sieur Bornyhake. En l'état, III est un investissement qui devrait rassasier les amateurs du genre, en attendant du nouveau de la part des maîtres en la matière.

Krieg - 6/10