La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Deinonychus : Warfare Machines

DEINONYCHUS - Warfare Machines

My Kingdom Music, 2007

Black Doom Depressif, Pays-Bas

Album CD

Occultant ses obscurs méfaits depuis déjà 15 ans, on peut dire que Deinonychus n'en est pas à son coup d'essai, 7ème album pour les tyrannosaures hollandais qui pratiquent un black/doom de haute facture. Bien qu'assez vieux dans le milieu, le groupe est toujours resté dans l'ombre, sans histoire, plaidant son mal de vivre à qui veut l'entendre, et évoluant dans une direction de plus en plus dépressive et apocalyptique. Suivi depuis 5 ans par My Kingdom Music, c'est une fois de plus sous le drapeau du label italien qu'ils enregistrèrent il y a peu ce nouvel album.

On a beau dire voir certains petits groupes nous sortir des premièrs releases fabuleux, je pense à des groupes comme Alcest ou Seth, rien à faire, l'expérience dans le milieu de la musique, il n'y a que ça de vrai. Et ça se sent chez nos Hollandais, surtout dans la voix : et quel voix mes amis ! A mi-chemin entre le black dépressif et le doom metal, avec même une pointe de metalcore me rappelant As I Lay Dying, ce chanteur qui œuvra également chez BETHLEHEM, possède un timbre de voix extrêmement dépressif et puissant en même temps, sans doute le plus gros atout de la musique de Deinonychus ! Avec ça, aidé par d'autres musiciens (et pas des moindres, Bartsch de BETHLEHEM à la basse, Arkdae de DARK SANCTUARY aux synthés, Guiseppe Orlando de NOVEMBRE à la batterie), il assure des riffs bien contrôlés et place des ambiances tantôt doom, tantôt black, il est vrai que la batterie a parfois un peu de mal à suivre, mais bon ce n'est pas l'élément principal de ce style, c'est donc bien vite pardonné !
L'album commence sur une intro où un message nous est passé par le chanteur d'une façon calme et brutale grâce au contraste fait entre la voix et la musique. « There's no God to witness this relentless horror », maintenant que le décors est planté, on peut y aller à toutes vitesses ! Les morceaux suivants se valent, je préfère tout de même la piste 4, qui allie très bien les différents types d'ambiances que peuvent créer le groupe.
Au final l'écoute se fait avec beaucoup de plaisir (pour les amateurs bien sûr ! les morceaux n'ont rien d'une partie de plaisir !). Mais Deinonychus ne surprend plus, il nous exécute avec maestria son savoir-faire, pas de mauvaises notes, pas de bafouilles, du Deinonychus tout simplement...
Sans pour autant être un pilier dans la discographie des tyrannosaures, Warfares Machines est une excellente approche du concept très particulier qu'est ce groupe. A découvrir pour ceux qui ne connaissent pas, à savourer tranquillement pour les connaisseurs.

Jolly Jumper - 8,5/10