La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

DISASTER : The Battle Esclavates

DISASTER - The Battle Esclavates

Rewolucja Records, 2008

Death metal, France

Cd

J'ai découvert DISASTER il y a maintenant quelques années grâce au four ways split Da Grind en compagnie d' ELYSIUM , SICKBAG et DESECRATOR . J'avais alors gardé le souvemir d'un groupe carré proposant un death grind de qualité atomisant tout sur son passage...The Battle Escalates est le premier album officiel de la formation et je dois dire que mon avis n'a toujours pas changé au niveau de la capacité que les gonzes ont de nous atomiser la boîte crânienne. J'ai retrouvé ce que j'avais aimé chez le groupe à savoir une musique rentre dedans alliant riffs simplistes accrocheurs blast et vocaux proche d'un DEVOURMENT en manque de chair fraîche. Cependant il y a quelques points noirs au tableau, tout d'abord on retrouve trois des six titres présents alors présents sur Da Grind , quel est donc l'intérêt de réenregistrer des titres qui avaient été déjà exécutés à la perfection? Aucun si ce n'est que de pouvoir satisfaire les personnes qui n'ont pas eu la chance de se procurer le split en attendant j'ai un peu l'impression d'avoir été rouler quelques peu...Ensuite ce qui me rebute fortement chez DISASTER ce sont les paroles que l'on peux trouver dans le livret parce qu'il ne faut pas me raconter de conneries, le chanteur préfère gerber ses boyaces à tout va oubliant au passage les paroles dont il se serait apparemment fait chier à écrire! Avec DISASTER on fait dans le social, on a là bel et bien un groupe de death grind brutal avec des paroles digne d'un groupe de... reggae!?! Ah, c'est beau l'amour, les petites fleurs qui poussent, les oiseaux qui chantent ! Mais attention, la « chasse aux méchants » bien lourdingue et manichéenne existe aussi, à travers des titres moins « cools » comme « SsarKKKonazi » (On tombe droit dans le piège de médiatiser encore plus le Président de la République), « Ghetto Djeuns Vs Nazi Squad » (ce vieux trip hip-hop glorifiant les banlieues pourries), « Neocolonialism The Slavery Continues » (un peu de repentance tiers-mondiste) : ces texets risuqnet de mal vieillir. Il serait temps de sortir de la crise d'adolescence et de faire des textes réellement extrêmes collant à la musique ! Pour résumer, DISASTER joue du bon death grind saupoudré de paroles naïves et ultra-conformistes ! Je vais donc mettre une note pour la musique et une autre pour les paroles et faire la moyenne: musique 8/10 et paroles 0/10 la moyenne nous donne 4/10!

Maxtician - 04/10