La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Isengard : Spectres Over Gorgoroth

ISENGARD - Spectres Over Gorgoroth

Autoproduction, 1989

Black/death old-school, Norvège

Demo

Si vous connaissez Isengard, c'est sans doute grâce à Hostmorke . Si c'est bien le cas, Isengard vous a sans doute déçu. Car Hostmorke était bel et bien décevant venant de la part de son compositeur qui signa les années précédentes certains des plus grands chef-d'œuvres du black metal. En 1995 on avait tendance à sauter sur tout ce qui était marqué « True Black Metal Norvégien », mais très vite la passion pour cette contrée s'apaisa, au vu de certaines productions complètement puantes dont faisait partie Hostmorke . Bien qu'ayant des idées fraîches dans un black folk instrumentalement correct, le vide de cet album et la monotonie de celui-ci l'écartèrent du panthéon norvégien qui, en cette année transitoire que fût 95, marquait un temps d'arrêt avant de renouveler l'année suivante sa domination avec des groupes comme Hades, Arcturus, DHG, qui sortaient leur masterpiece.

Isengard n'a jamais eu de réel présent, juste une passade comme on en voit des tonnes en musique... Isengard n'a pas de présent mais appartient à un certain passé, un passé désormais oublié car supplanté par une nouvelle vague de metal. Ce passé, c'est bien-sûr le death metal norvégien. Qui retient-on réellement du Death metal norvégien ? Le premier Darkthrone ? Je ne crois pas, trop faible pour l'époque : Soulside Journey manquait cruellement de puissance. On retient quelques noms, comme Thou Shalt Suffer, Amputation ou Old Funeral qui marquèrent l'histoire pour s'être transformé en les plus grands groupes de black metal. Mais soyons sincères : qui a déjà prêté une oreille réellement attentive aux productions de ces groupes ? Sincèrement on s'en bat les couilles, avouons-le.

Mais le Death metal norvégien n'est pas pour autant privé d'histoire, certes éphémère par l'arrivée du BM, certains groups défendirent quelques temps les couleurs du death metal dans ce froid pays. Ils s'appelaient Vomit, j'en avais déjà parlé ( voir nos pages ), Impostor, buveurs de bières aux discours politiques vaseux qui accueillirent un certain Messiah (ancien chanteur chez Mayhem), Decomposed Count, une démo signée Bard Faust Eithun, le très bon Thyabhorrent, groupe mené par le célèbre Stian Occultus et le seul de ceux-ci à avoir produit quelque chose d'officiel (un excellent EP du nom de « Death Rides At Dawn » en 1990), et enfin ce Spectres Over Gorgoroth , première alliance du Seigneur des anneaux à la musique extrême.

Quant à sa musique, elle est « Celtic frostienne », avec une touche de Death, une voix fort rauque et une production « qu'elle est pas géniale mais bon ça va quoi ». Avec ces allures de metal old-school, Spectres over Gorgoroth saura ajouter cette froideur à la musique Death, chose souvent échouée par ses anciennes influences, souvent trop rentre-dedans (je pense à Bulldozer ou Holocausto...). La démo est courte, trop courte au vu de l'abandon du style pratiqué dessus et elle est loin d'égaler le EP de Thyabhorrent, mais on ne peut pas dire que Fenriz ne nous gâtera pas autrement...

Ceci est la meilleure production d'Isengard, entre autre preuve irréfutable que le Death en Norvège avait un avenir, certainement pas aussi rayonnant que celui du black, mais un avenir quand même. Elle est limitée à 200 exemplaires mais on peut la trouver sur la compilation Vinterskugge sortie en 1994 chez Peaceville.

Jolly Jumper - 6/10