La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Krohm : A World Through Dead Eyes

KROHM - A World Through Dead Eyes

Vicious recordings, 2003

Black metal, USA

Album CD

Je ne pourrais pas comparer cet albums aux chef-d'oeuvres du genre car une touche personnelle le démarque du lot. C'est une atmosphère bien à part qui s'installe; malsain est le mot que je trouve, mais aussi étouffant. La première piste débute étrangement et puis les guitares entrent en jeu avec un riff déroutant mais surtout hypnotisant. La voix de Numinas, avec son accent américain, ressemble beaucoup à celle de Kvarforth (Shining), écorchée et grissonante. Vers les cinq minutes, le son meurt et une guitare saturée joue une mélodie magistrale...la deuxième moitié de la chanson est là pour nous descendre le morale à zéro. Un chef-d'oeuvre. \"A Lurking Dream\" est un titre hypnotisant par son atmosphère monotone et mort. Vous allez vivre le chaos, vous n'allez rien comprendre en écoutant une musique pareille. Chaque note vous plonge dans la solitude...mais vers les quatre minutes tout s'arrête, un synthé joue une mélodie qui fait pleurer et les guitares s'y ajoutent...c'est un \"rêve\", de quoi? à vous de savoir. Culte. S'enchaîne peut-être la meilleure chanson de l'album,\"The Waning\", avec une mélodie des plus tristes qui rentre dans le cerveau comme un coup de fouet. La basse qui joue est énorme surtout dans les parties calmes. Le synthé aussi...une larme est versée à chaque instant, un instant de suicide intense si vous voulez, la tristesse est supérieure à tout ce qui existe. Vous pouvez acheter cet album juste pour cette seule et unique chanson tellement elle vous possèdera. A ne pas rater. La quatrième piste est pour les psychopathes : une atmosphère macabre, troublante, avec des riffs des plus douteux qui vous immobilisent le cerveau. C'est une chanson des plus spéciales car je ne pourrais la décrire...à consommer avec modération en tout cas, celle-ci me rend fou, surtout les parties sans batterie avec des bruits terrifiants en arrière plan, puis ensuite encore ces touches au synthé si horriblement frissonantes. La chanson éponyme de l'album joue son rôle de chanson principale: dès le début on se sent peu, voir même pas, à l'aise. La voix de Numinas est en pleine puissance ici, elle crie la peur, la souffrance interne, sur une musique très belle - mais inquiétante. D'ailleurs \"inquiétant\" qualifie cette musique parfaitement. Encore une perle. La chanson suivante est aussi inquiétante que la précédente, lente , super déprimante, je me demande comment je suis arrivé à écouter jusqu'ici. Tout est prêt à éclater avec encore un riff d'enfer... Mais je passe à la dernière du CD qui est peut-être une outro peu battable, il est difficile de faire mieux que cette chanson. Un rythme plutôt soutenu qui ralentit vers les deux minutes pour laisser jouer une basse dans le vide...ah quel moment de tristesse lorsque l'atmosphère éclate dans une situation de lenteur et de mélancolie continue! Le synthé ne permet plus de respirer et plonge la personne dans un monde apocalyptique vide - Numinas hurle horriblement, j'ai mal au coeur...ce CD finit terriblement sur une guitare sèche mélangée à un synthé fin et envoutant...une musique meurt pour achever sa victime. Quelle serait la prochaine victime de Krohm...vous peut-être...

Lord of corpse - 8/10