La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Machina Deus Ex : Figurines

MACHINA DEUS EX - Figurines

Symbol Musik, 2008

Gothic metal, France

Album CD

Amateur des premières formations de gothic metal qui étaient un prolongement du doom avec Theatre of Tragedy et les débuts de Tristania, je me suis toutefois détourné de cette mouvance qui s'est malheureusement vite égarée, enfantant soit des groupes à chanteuse à la mélancolie grand public, soit des groupes s'intégrant dans ce nouveau marais \"Goth/electro/metal\", seul Draconian témoigne encore d'un encrage dans le doom. Machina Deus Ex appartient à cette deuxième mouvance. M'étant fortement désintéressé de cette scène, j'étais pourtant curieux après le premier mini-cd Unease d'entendre ce que donnerait le premier album qui est dans sa droite lignée à tous les niveaux, on y retrouve d'ailleurs deux titres, le très bon \"On the verge\", et le \"theaterien\" \"So tired\"; le touchant \"Last scene\" y aurait été le bienvenu; le mini cd étant téléchargeable sur le site, ce n'est pas perdu...

Figurines témoigne qu'on peut encore faire quelque chose de bon en gothic metal. Pourtant il ne révolutionne pas le style: il s'agit de gothic metal avec un chant double: un chant clair masculin et un chant féminin, d'égale proportion, qui souvent se mêlent ou s'entrecroisent, accompagnés de bidouillages électroniques qui parsèment la musique. Cet usage n'est pas novateur, et je ne suis pas partisan d'utiliser des sons électroniques comme agrément sans réelle utilité, mais ici la sauce prend, par contre les quelques incursions de piano sont elles bien utiles et ajoutent de l'émotion; dans tous les cas ces éléments sont secondaires, il n'y a d'ailleurs pas de membre attitré en charge de ceux-ci. Le groupe pêche cependant à mon avis par deux fois, d'abord avec le morceau \"Deep coma\" qui semble être établi comme un hit, alors qu'il représente au final mal le style du groupe avec cette mélodie qui rappelle l'un des clips de Rammstein, et puis il y a cet abandon à la manie des remix importé de la scène gogothelectro en remixant en fin d'album \"Carcinogenic\". Il s'agit toutefois d'une version réussie, non boum-boum (avec également une fin cachée en electro symphonique) flirtant peut-être plus avec le trip-hop donc quelque chose de plus intimiste, qui fait écho à l'instrumental \"enioreh ym; n'oublions pas que le groupe se présentait au début comme du \"trip metal\". Espérons toutefois que le groupe ne s'égare pas en si bon chemin car, pour faire un clin d'œil au titre du mini-cd, s'il n'est pas facile d'exprimer ses émotions, Machina Deus Ex a une facilité à créer une musique émotionnelle. D'autant que l'expression des émotions est ce qui est au cœur de Machina Deux Ex, le titre Figurines , étant évocateur, les figurines étant à la fois fragiles et des personnages que l'on peut faire parler, ce que n'hésite pas à faire le groupe en exprimant des émotions à travers l'utilisation de personnages (cf interview). Pour être plus concret, on peut ressentir, entre autres, Lacuna Coil comme influence, même si a la chanteuse a une voix plus douce mais intense, moins mise en avant mais omniprésente. Et malgré un chant masculin particulier (dans la lignée de groupe comme Entwine) omniprésent (à la différence de Lacuna Coil), le chant produit à partir de ces deux voix qui s'entrecroisent, crée quelque chose de très émotionnel. La musique est plutôt entraînante, avec des mélodies accrocheuses. Je n'adhère pas à tout dans Machina deus Ex, certains passages sont plus insipides en ce qui me concerne, mais très vite oubliés par des moments très émotionnels, Machina Deux Ex ne faisant pas dans le cool ou le léger, sans aucunement faire dans le grandiloquent ou dans le pseudo romantique, mais il distille une mélancolie humble, mais touchante, à l'aide d'un gothic metal entraînant et mélodique, soigné comme l'esthétisme de ses pochettes.

Adnauseam - 8/10