La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Maggot Breeder : Myiasis

MAGGOT BREEDER - Myiasis

Walnut Locust, 2007

Dark ambiant, Canada

Album CD

Maggot Breeder est l'une des premières réalisations de WALNUT+LOCUST , label et webzine initialement français, depuis son expatriation à Montréal, qui n'est autre que le label dirigé par le leader des excellents .CUT FEATURING GIBET, qui compte principalement des productions underground françaises et canadiennes mais également un live bootleg devenu officiel des maîtres du bruit japonais MERZBOW.

Maggot Breeder qui sort ici son premier album n'en est cependant pas à ses premières expérimentations, il semblerait que l'unique protagoniste de ce projet ait commencé à composer sous ce patronyme dès 1984 même si concrètement il n'a publié ses réalisations qu'à partir de 1999 proposant le titre \"Ghosts have warm hands\" sur la compilation canadienne Coalescence , puis deux autres titres ont suivis sur des compilations du label Walnust+Locust: \"Passchendaele\" sur Red en 2004 et \"Ugorot\" sur Tribute to analog en 2006, trois titres inclus parmi les neuf proposés ici, et depuis Myiasis un inédit a été proposé pour la compilation Delicatessen . Entre 1984 et 2006, Reuel Ordonez n'est cependant pas resté inactif: entre 1991 et 1997 il a été membre d'un groupe de hardcore nommé RHODODENDRON, puis de LEGUMO avant de former SQUELOR un trio instrumental de doom/sludge, une variété musicale qui ne peut qu'être enrichissante.

A voir la pochette, avec ce qui semble être un phare inquiétant et ce patronyme de \"éléveur de asticots\" on ne sait pas trop à quoi s'attendre. Maggot Breeder propose en fait un concept sur la Première Guerre Mondiale qui est ici considérée d'après les rares sources disponibles sur Maggot Breeder comme étant avant tout une guerre impérialiste qui a accéléré la modernisation et formaté le 20ème siècle et dont on sent toujours aujourd'hui l'impact en terme de technologie, culture, politiques et conflits. On est donc bien loin d'une optique telle que celle développée par des projets comme LJDLP ou encore FOLKSTORM, donc bien loin d'une musique totalitaire, martiale, guerrière ou chaotique. On comprendra également au regard du parcours musical de Ordonez que celui-ci ne semble pas se limiter à tourner des boutons et samples comme bon nombre de formation de dark ambiant, et effectivement la première source sonore de Maggot Breeder est la guitare; bien évidemment il ne s'agit que d'une source sonore et non pas d'un instrument à part entière, qui est donc trafiquée, modifiée, modulée, dans la même optique donc que FINAL (le side projet de Justin K. Broadrick de JESU). Et effectivement, le premier morceau, et à mon avis le meilleur, \"Passchenaele\", fait ressortir clairement ces sonorités de guitares ambiantes, on ne tombe pas dans l'éceuil du noise, mais plutôt dans des nappes ambiantes très saturées et sonnantes, avec un coté probablement involontaire à la ASMOROD Derelict (l'un des meilleurs albums de dark ambiant indus pour ma part...), avec sonorités sombres dissonantes sur ce titre. Je dois avoué cependant que les morceaux suivants sont beaucoup plus monotones et moins captivant que ce premier morceau réellement excellent qui n'est pas représentatif de l'album, le coté \"guitares\" et saturation ressortant bien moins, et proposant donc un dark ambiant indus plus classique. Il ne s'agit certes pas d'un ambiant éthéré, mystique ou rituel mais toujours d'un ambiant indus avec un fond de bruit (pouvant évoquer parfois des sonorités d'avions ou de soudures), beaucoup de reverb, des sonorités répétitives, dissonantes, grinçantes, sombres, austères des sons qui raclent mais moins captivant que le premier morceau et avec le côté peut-être plus soporifique (volontairement) du dark ambiant. \"Igorot\" pour sa part intègre des sons de cloches avec des voix incantatoires féminines, quant à \"Myasis\" qui clôt l'album on sent à nouveau les sonorités de guitares plus présentes. \"Pity of war\" avec son côté plus éthéré me rappelle un peu la Bo de POLO VUH pour Nosferatu avec de la saturation en plus, et se révèle là aussi être un morceau captivant. L'ensemble est un album de dark ambiant intéressant qui aurait pu être plus captivant au vue de certains morceaux.

Adnauseam - 6,5/10