La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Maleficentia : Revelation From The Ancestral Whisper

MALEFICENTIA - Revelation From The Ancestral Whisper

Autoproduction, 2009

Black metal symphonique, France

Album CD

Après cinq ans de pause, Maleficentia livre enfin son troisième album, en autoproduction, cette fois (le label Melancholia Records semble entre tombé dans les limbes de l'UG depuis l'incendie de ses locaux...). Peu importe, le packaging de cette œuvre de Maleficentia est toujours aussi soigné. Musicalement, le groupe affirme franchement sa direction dans le black symphonique : « Revelation From The Ancestral Whisper » emprunte même aux meilleures références du style : le premier titre attaque comme un Emperor époque « In the nightside Eclipse », surtout pour la profondeur de ses ambiances issues des synthétiseurs. Quant aux cris posés sur des mélodies hystériques, cela rappellent le meilleur d'un Cradle Of Filth quand le groupe ne c'était pas encore fourvoyé dans un heavy/black commercial, c'est-à-dire à l'époque « Vampire » et « Dusk And Her Embrace ». Pour les ambiances glaciales et l'emploi conjugué de voix criardes et de guturre (en anglais), on retrouve aussi beaucoup des compatriotes de C.O.F., à savoir Hecate Enthroned. La production est solide et fait bien ressortir les guitares ; justement, la puissance de certains passages et leur sens du riff évoque même certains groupes de death/black scandinaves des années 1990 comme Centinex ou Dissection. Il y aurait même une pointe d'Abigor là dedans que cela ne m'étonnerait pas (titre 2). Et les tempi sont variés, de la rapidité furieuse aux plans plus posés. L'ensemble de cet album est donc bien léché et on sait ou l'on met les pieds. La question est de se demander dans quelle mesure l'effet de surprise posé par tous les glorieux groupes précités dans les années 1990 n'est pas éventé depuis... En tout cas, leurs règles ont été bien digérées ici, et les 50 minutes de ce « Revelation From The Ancestral Whisper » résonne pour moi comme un hommage à ces maitres du métal extrême, froid et mélodique.

Autocratôr - 07/10