La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Munruthel : Oriana's Tales

MUNRUTHEL - Oriana's Tales

Oriana Production (K7), Eastside (CD 2004), Gardarika Musikk (2009), 1999

Orchestral ambiant, Ukraine

K7 & CD

En guise de préambule, j'avouerai sans honte que ce cd a été difficile à chroniquer puisqu'il s'agit d'ambiant, et que ce style m'est tout à fait étranger. M'attendant à du black, mes shakras se sont refermés dès que les titres se sont enchainés... une intro...oui cool...merde une autre intro... l'avance rapide m'a permis de constater que soit c'était une compilation d'intros, soit...oh my dog, c'est horrible. Oui c'est de l'ambiant. En laissant mes a priori de côté j'ai tenté l'expérience. Pour resituer le contexte, ce groupe est à la base un projet d'un des gus de NOKTURNAL MORTUM. Premièrement sorti en format cassette en 1999, une version CD avait suivi avec un bonus live (?) et surtout avec seulement trois pistes. GARDARIKA a réédité l'album en format digipack (magnifique lay-out du livret), en zappant le live et en ajoutant à la place un titre de 2008 (un single). Concernant l'album, le bon point est que dans ce genre, l'emprise du temps est faible, pas d'effet de mode dans l'écriture ou dans la production. Comme précisé plus haut on attaque par des titres de pur ambiant, à savoir nappes de synthés aux relents d'intros, pas les plus intéressants à mon sens. C'est en effet quand le sieur se lance dans l'ambiant orchestral que ça commence à devenir plus intéressant. Pourquoi ? Parce que les mélodies sont prenantes, l'ambiance dégagée est forte (heureusement pour ce style) et plonge sans mal l'auditeur dans un environnement champêtre et glacial (enfin quand on a de l'imagination). J'écouterai pas ça tout le temps, toutefois pendant la lecture d'un roman ou pour sonoriser un jeu de rôle, ça semble parfait. J'ai beaucoup moins apprécié les incursions électro avec beats qui vont avec, même si ça crache bien avec une voix black par derrière, ça détonne de trop par rapport aux titres d'ambiant pur. Les parties orchestrales sont parfois à la limite du pompeux ( The Brilliance Of The Thundering Swords ) même si les sonorités ne sont pas loin de celles trouvées chez LIMBONIC ART. D'ailleurs ça sonne de suite mieux quand ce titre vire au black symphonique. Ça sera le seul titre en rapport avec le metal, mais efficace, comme un pavé lancé au milieu du lac placide. Ensuite viennent des titres intéressant, dont The Mysteries Of Rusaliyas And Wormwood à la tournure médiévale réjouissante. L'album est très agréable à l'écoute finalement, et ravira tous les amateurs d'ambiant à tendance heathen/pagan.

Dr J. - 7/10