La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Mysticum : In the streams of Inferno

MYSTICUM - In the streams of Inferno

Peaceville, 2013

Black Metal Industriel, Norvège

CD

(Attention, il s'agit de l'édition remasterisée que je me propose de vous commenter, pour vous éclairer sur un éventuel achat, l'album original étant sorti en 1996 chez Fullmoon)

Avant de sortir le second album de Mysticum, Peaceville a perduré dans sa tendance hasardeuse de capitalisation sur le passé des groupes (oui, c'est super risqué de ressortir la discographie complète de DARKTHRONE ou KATATONIA avec des bonus à la con tels que Fenriz sous la douche se gargarisant sur le thème de Panzerfaust, plutôt que de signer de nouveaux groupes, après faut payer ces charges en fin de mois).

Donc le label anglais a réédité en 2013 les deux CD des norvégiens adeptes de stupéfiants, à savoir Lost Masters of the universe , compilation de titres démo, remasterisé, pourvu pour l'occasion de l'intégralité de l'excellente démo Piss Off !!! à la place de deux titres rares, et l'unique album (à l'époque) In the Streams of Inferno . Cette version, pourvue d'un livret copieux, des deux titres manquants de Lost masters... et d'un DVD live, a été remasterisée et cette œuvre culte accède ainsi à un niveau inimaginable.

Détenteur des versions Old School, au son par moment plus que limite, je n'ai eu d'autre choix que de donner des sous au label anglais. Sage décision, car le lifting de cet album est extraordinaire et le rendu final, sensationnel. Je dois concéder que la version de 1996 m'avait fait préférer les morceaux des démos à leurs variantes sur album. Sur cette version, ils accèdent enfin à la qualité sonore qu'ils méritaient, un son puissant sans être surproduit (compressé comme on entend partout), qui conserve le coté Raw/crado qui sied si bien à l'imagerie perverse du groupe, tout en étant pleinement intelligible.
Musicalement, les connaisseurs le savent, il s'agit de Black Metal de la seconde vague, en provenance de Scandinavie, avec un chant criard et des riffs nucléaires, qui se distinguait de la concurrence par une approche industrielle inédite, on peut même dire, avant-gardiste. La programmation et les sonorités de la B.A.R., ainsi que les claviers hypnotiques conféraient à ce Black norvégien une ambiance poisseuse et post apocalyptique, une torpeur maléfique que je ne retrouvais (dans un style quelque peu différent) que sur les premiers EMPEROR (le Split et Wrath of the Tyrant ). Les morceaux sont tous excellents, et rendront les plus âgés nostalgiques de cette période où naturel et spontanéité primaient sur le paraître...

Du grand art donc, magnifié ici pour une dimension inédite, un must-have que chaque fan de musique sombre doit posséder dans sa discothèque.
Après il y a un DVD bonus, deux petits concerts bootleg filmés en 1996. Sauf pour les curieux ou les fans Die Hard (ou pour ceux qui furent présents là-bas), l'intérêt m'a paru fort limité, compte tenu de la qualité très moyenne (à la limite du passable pour le second), je ne pense donc pas regarder ce DVD plus d'une paire de fois. Mais bon, il fallait appâter le poisson. Les deux titres bonus sont sympathiques, en particulier celui qui passait pour un avant-gout de l'arlésienne Planet Satan, Black Magic Mushrooms , avec sa programmation HardTek et son chant effrayant sur fond de Transe hystérique.

Pour conclure, détenteur de la version de 1996, laissez-vous tenter par cette version mercantile, qui, à l'instar de la réédition du premier ARCTURUS, magnifie un chef-d'œuvre. Buy or die.

Alœrw - 9/10