La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Profundae Libidines : Evangelium Secundum Mattahaeum

PROFUNDAE LIBIDINES - Evangelium Secundum Mattahaeum

Autoprod', 2011

Black old school, France

CD

Présenté par Philoxera, son géniteur (qui est aussi bassiste de KREPUSKULE, INBORN SUFFERING et TALES OF BLOOD), comme un projet qui «ne prêche aucune idéologie particulière et se contente de mettre à mal les dogmes établis, tous castrateurs d'une spiritualité potentielle et du développement personnel », Profundae Libidines (comprendre : le gouffre des passions) est un exercice solo musicalement typé Black Metal.
La pochette parle déjà d'elle-même puisqu'une bonne soeur semble accoucher d'un énorme lombric dont la tête évoque un Christ en plein martyr (une fois que la couronne d'épines est passée, le reste glisse tout seul...). Les titres quant à eux reflètent largement cette influence Black old school : guitares étiques, rythmiques répétitives... Le rendu est intéressant, mais n'innove en rien sur un plan musical.
Cependant Profundae Libidines ne saurait se résumer comme étant un énième groupe de Black de plus.
Pour reprendre par l'artwork, l'intérieur du livret cite des extraits de la Bible (évangile selon St Matthieu, l'épisode de la Passion du Christ en l'occurence) en latin dans des enluminures de type médiéval. Ensuite, l'intro de l'album (dont le son évoque les enregistrements des premières décennies du XXème siècle) semble être un chant de messe exécuté par une cantatrice et des chœurs et accompagné d'un piano. Quelques touches musicales apportent des couleurs inhabituelles (harmonica sur le titre Matthaeum 5 / la Mission des Douze ) dans le style.
Le chant constitue néanmoins la vraie particularité de cet album, puisque pas moins de dix âmes damnées viennent poser leurs vocalises sur ces titres. Celles-ci évoluent dans des registres assez diversifiés, du cri primaire (souvent) au lyrique (parfois) et se répondent à travers les douze titres de cet Evangelium Secundum Mattahaeum .
Quoi qu'ayant manifestement travaillé son concept (qui compte douze titres, référence aux douze apôtres), Philoxera n'oublie pas de lui apporter une pointe d'humour via sa reprise de Jésus revient parmi les siens. Serait-ce un moyen de prendre de la distance par rapport à un sujet peu en odeur de sainteté dans le Metal ?
Or donc cher lecteur, si vous cherchez un album de Black dont la philosophie sort des sentiers battus et qui sache affirmer son originalité (si difficile à trouver parmi les wagons d'albums qui sortent pourtant chaque mois), Profundae Libidines devrait avoir les arguments pour vous satisfaire.

Sargon - 7,5/10