La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Requiem Laus : The eternal plague

REQUIEM LAUS - The eternal plague

666 Productions, 2008

Dark metal, Portugal

Album CD

Deux ans après son mini-cd autoproduit de 2006, Requiem Laus sort déjà son premier album, enfin tout est relatif sachant que la carrière du groupe a démarré concrètement en 1994, qu'il n'a sorti que 5 productions entre 1994 et 2006, l'histoire du groupe semble donc s'accélérer un peu... le promo 2006 ayant probablement permis au groupe d'enfin se faire connaître et finalement de signer sur 666 Productions, un label français étrangement plutôt porter sur les choses modernes. Comme le présentait le promo 2006, notamment avec ses bonus video anciens, Requiem Laus semble un peu osciller entre death, doom et black. Et avec cet album, il semble avoir plutôt pencher pour quelque chose de plus clairement death et rentre-dedans, très marqué sur les premiers morceaux. Mais là aussi tout est relatif, plus rentre-dedans certes sans pour autant se départir de l'aspect mélodique qui le caractérise et qui le rend d'ailleurs intéressant avec ce sens des mélodies des années 90. On est loin du brutal death mais loin aussi du death hyper mélodique d'aujourd'hui. La voix est plus death que jamais, elle me rappelle un peu la gravité de Septic flesh, il en est de même pour leur style bien que sans aucune orchestration, d'ailleurs il n'y a même pas de synthé ici. Comme je le disais à propos du promo 2006, Requiem Laus ne propose rien de bien innovant et ne dépasse absolument pas les piliers du genre, il en est même loin, mais il a le mérite de perpétuer le style dark metal des années 90, le groupe ayant traversé ces années, certes en groupe de dixième zone. Disons que Requiem Laus arrive à sortir de la partition actuelle avec d'un côté des groupes de death hyper mélodiques qui perdent en émotion et en agressivité à cause de mélodies à la Helloween et de l'autre des groupes qui misent sur la brutalité par peur d'avoir des consonances gothiques. Requiem Laus nous rappelle donc la bonne époque des années 90 où les genre dark metal sont nés, mélangeant agressivité, noirceur, mélodies et émotions (pas au sens gothic metal popisant d'aujourd'hui). Requiem Laus évoque plein de choses déjà entendues en ces années. A titre d'exemple, \"Hatred Guilt\" pourrait rappeler Bolt Thrower en moins massif. Ne nous enthousiasmons pas trop non plus, Requiem Laus n'apporte strictement rien, à l'inverse par exemple d'un groupe moderne comme Inactive Messiah. Il y a également des choses qui gâchent cet album, qui font qu'il ne peut avoir l'aura des piliers des années 90, peut-être aussi le fait de manger à tous les râteliers. Et puis Requiem Laus ne tente vraiment rien, seul un titre sort un peu du lot, \"Gallery of lies\" avec un son plus metal-indus, mais dans ce cas aussi rien de nouveau. Pourtant l'ensemble est agréable et efficace, même si émotionnellement là aussi il manque quelque chose (une dose en plus de noirceur?), malgré de bonnes intentions et la mise à distance de la fadeur moderne. L'oscillation entre agressivité et mélodie est complétée par deux morceaux instrumentaux acoustiques ainsi qu'une outro qui s'achève pas le bruissement du vent, traditionnel là aussi. Les textes eux se veulent littéraires, là aussi du classique dans la démarche, et ont été écrits par un écrivain portugais contemporain du nom de Jorge Ribeiro de Castro. Un bon album qui n'invente strictement rien, et qui rappelons le est bien plus axé death que les précédentes réalisations du groupe, mais qui a une fois encore le mérite de se méfier des choses modernes et de rendre hommage aux années 90...

Adnauseam - 7/10