La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Supplicium : Magna Atra Missa

SUPPLICIUM - Magna Atra Missa

THOSE OPPOSED RECORDS, 2010

Black metal, France

Album CD

Supplicium aime à faire les choses dans l'ordre : après une démo et un mini-CD, cette entité alpine sort maintenant son album, mais sous une nouvelle bannière, celle des Français de THOSE OPPOSED RECORDS. La langue sacrée latine lui va si bien, et c'est donc une intro à l'ambiance liturgique convenue qui inaugure cette galette. Puis on se rend vite compte que, à l'image de ses deux précédentes œuvres, Magna Atra Missa semble forgé dans la glace la plus cassante, et pétri de la noirceur la plus incommensurable : pour en résumer l'essence, ces huit titres sortis d'Outre-tombe redonneront le moral à tous les fans déçus par le dernier album de WATAIN. Le duo emmené par Urgarr-oth s'est étoffé de deux musiciens de cession. Avec cet assaut, la personnalité du black metal joué par Supplicium m'apparait plus évidente : on mise beaucoup sur la mélodie, le reste du morceau étant construit autour, les autres riffs n'ont que pour mission de la mettre en scène et de la porter aux nues pour mieux la graver dans notre crâne. On retrouve un SETHERIAL dans cette voie-là, mais en beaucoup plus épuré, donc plus digeste. Pari risqué, car le compositeur se doit posséder un bon sens de la mélodie, pour en trouver qui soient du genre simple et entêtante, comme savait si bien le faire les groupes nordiques de black/death ou de black metal dans les années 1990. Mais avec Magna Atra Missa , le pari est largement réussi. Pari d'autant plus judicieux qu'il faut se forger une personnalité, objectif malaisé quand on joue du black orthodoxe en 2010. Même si cet album comporte donc moins de rythmiques fouillées comme savait le faire un DEATHSPELL OMEGA, nous retrouvons évidemment des plans furieux et rapides plus classiques, mais ils sont toujours bien trouvés. Pas de remplissage chez Supplicium. L'esprit souffle dans son intégralité ou n'est pas. La pochette reste classique, une gravure énigmatique sur fond noir, et la prod aussi cristalline et froide : à la fois puissante et sale, elle sied parfaitement à la musique de Supplicium. Notons enfin que, parmi les huit titres proposés, nous retrouvons un des trois morceaux du précédent mini-CD, réenregistré pour sonner uniformément avec le reste de l'album : il s'agit de Diaboli Cultus , marquant pour son riff d'interlude un peu rock et obsédant. L'outro, elle, n'est qu'un souffle de tempête qui emportera vos restes au loin... Ainsi, Supplicium prend la relève nationale d'un DEATHSPELL OMEGA qui a changé de cap, et accompagne d'autres combos « orthodoxes » comme GLORIOR BELLI ou ANNTHENNATH sur le chemin de la Reconquête du trône conquis puis avili par les vieilles gloires scandinaves. Car si l'on veut de la musique qui soit du vrai black metal, qui ne soit pas honteusement clonée, qui ne soit pas en plastique, mieux vaut investir dans cet assaut d'un Supplicium en ascension que dans celui d'un WATAIN sclérosé.

Autocratôr - 10/10