La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Vastator : Machine Hell

VASTATOR - Machine Hell

Inferno Records, 2010

Heavy Metal Old School, Chili

CD

Si vous avez toujours amèrement regretté de n'avoir pu assister aux première répètes des MAIDEN dans le garage des parents de Steve Harris (on suppose) ou à leurs premier concert dans un quelconque pub londonien, alors cet album a été enregistré pour vous.
La comparaison avec la Vierge de Fer semble difficile à éviter à l'écoute de ces choeurs ou ou ces chevauchées guitaristiques qui font immanquablement penser aux premiers opus de la bande à Bruce Dickinson. D'ailleurs (sans doute pour que l'hommage à leurs héros de jeunesse soit complet) le chant lorgne parfois fortement du côté du Prêtre de Judas. Mais qu'en est-il de la valeur propre de cet album ?
Fortement marqué par la NWOBHM, celui-ci n'offre pas beaucoup d'innovations en termes de style (j'ai l'impression d'écrire ça à chaque fois que je chronique un album de Heavy) mais il a le mérite de s'inspirer du meilleur qu'il y ait à tirer de ses devanciers pour en sortir une oeuvre plus qu' honorable. Certes, le bruit de machine qui ouvre l'album ressemble plus à celui d'un compacteur qu'à une hypothétique «machine infernale ». Pour le reste, les différents titres sont pêchus et retranscrivent bien toute l'énergie que dégage le Heavy, hors bien sûr l'inévitable (et souvent dispensable) ballade, même si cette dernière s'avère pour le coup intéressante à écouter.
Pour être bien sûr que l'auditeur n'oublie pas à quels groupes il est fait référence, Vastator débute un de ses titres par le ronflement du moteur d'une motocyclette... Ce titre aura au moins l'originalité et le mérite de nous prouver que l'espagnol est une langue qui convient parfaitement au Heavy.
Quelle note donc attribuer à un tel album ? Une note basse se justifierait par la régression stylistique à laquelle se livre le groupe. En même temps, le vouer aux Gémonies pour ce motif reviendrait à condamner une bonne part de ce que le Heavy/True Metal a pu produire depuis des années, à quelques exceptions près (RHAPSODY...).
Saluons donc le fait que chaque titre possède sa propre force et que ceux-ci soient parfaitement exécutés.

Sargon - 7/10