La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Zonaria : Infamy and the breed

ZONARIA - Infamy and the breed

Pivotal Rockordings, 2007

Death/black indus, Suède

Album CD

Soyons le moins antipathique possible aujourd'hui et agissons tel un vrai chroniqueur, de manière professionnelle, tout du moins le plus possible. Commençons donc par le début, avec une (courte) biographie sur ce groupe Suédois. Zonaria s'est formé en 2002, grâce à la volonté de Simon Berglund, guitariste et vocals du groupe. Ils nous sortiront deux démos, « Evolution Overdose » en 2005 et « Rendered in vain » en 2006. Avec de nombreux problèmes de line-up, le groupe arrivera néanmoins à enregistrer « INFAMY AND THE BREED » en 2007, toujours sur Pivotal Rockordings (Vous ne connaissez pas? Moi non plus...). La fierté commune du groupe, à n'en pas douter, ne réside non pas dans cet album, mais bel et bien dans le fait d'avoir ouvert pour les « legendary Finnish black metallers IMPALED NAZARENE  » sur une tournée européenne. Je parie ma paye de ce mois-ci qu'ils vont vous le rappeler à chaque futures interviews! Qui sait, ils ont peut-être même une petite statuette de Mika Luttinen, alias Sluti666! Trêve de plaisanterie, passons au contenu.
Au cas où ça ne se serait pas fait ressentir en cet exorde de chronique, je n'ai pas accroché à la musique du groupe. C'est à mes yeux du death/black indus banal. Le groupe nous explique que ces influences vont de DIMMU BORGIR à ARCH ENEMY , et je ne peux que les rejoindre sur ce point! C'est un mélange des deux groupes cités, avec l'originalité et le talent en moins. Aucun sentiment ne s'est dégagé après une écoute, c'est beaucoup trop, à mes oreilles, formaté. Cet aspect, immonde, et surtout mécanique ne m'a que très peu satisfait. L'utilisation, effet de mode oblige depuis quelques années, de la double grosse caisse devient vite gavant. Les morceaux sont vraiment, mais vraiment très proche d'un point de vue musical entre eux, difficile de reconnaître quelle piste on écoute. C'est à mon humble avis, et là se portera ma conclusion, un album « de plus » d'une scène metal qui commence sérieusement à devenir homogène. Rien de neuf apporté ici, et les éléments repris sont loin d'être le « top du top » de ces dernières années. Mais ne nous méprenons pas, je ne serais pas surpris de découvrir que le groupe, d'un point de vue commercial, d'ici quelques mois, fonctionne à merveille...

Caedes - 4,5/10