ANCIENT RITES

Ancient Rites - Gunther

Black / heavy metal, Belgique

avr. 2003

A l'occasion de la sortie de 'And The Hordes Stood As One' et de la tournée qui l'accompagne, Gunther, le sympathique et très Flamand chanteur de Ancient Rites a bien voulu répondre à nos questions par téléphone, dans un très bon anglais, en cette soirée du 28 avril 2003.

Carcharoth : Après quinze ans d'existence, on ne présente plus Ancient Rites? Peux-tu quand même nous faire un résumé de cette longue carrière ?

Günther :Nous avons débuté à la fin des années 80, portés par la vague heavy-metal de l'époque, puis nous avons subi l'influence des mouvements death et black du début des années 90 pour aboutir à notre style propre. Il y a eu depuis nos début de nombreux changement de line-up, deux étant liés à des décès : notre guitariste est mort dans un accident, et notre batteur de l'époque s'est suicidé? A partir de ce moment, le groupe a commencé à s'internationaliser : nos membres viennent bien sûr de Belgique, mais aussi de Hollande et de Finlande ! La distance qui nous sépare a été très difficile à gérer au début, mais on à appris à travailler comme çà : on communique par lettres, par mails? Le groupe est composé de musiciens aux influences très diverses, allant de Deep Purple à Iron Maiden, en passant par Motorhead et par la scène black et death. Toutes ces influences ne se sentent pas directement : elles sont digérées pour faire la musique si particulière d'Ancient Rites.

Et peut-on espérer entendre encore parler d'Ancient Rites dans quinze ans ?

En fait, pour l'instant, nous tournons à travers l'Europe pour promouvoir notre live " And The Hordes Stood As One ". Cet été, nous allons participer à plusieurs grand festivals, puis nous prendrons un peu de repos. Ensuite, nous travaillerons sur le prochain album? Nous verrons bien ce que l'avenir nous réserve pour les années futures ! Nous préférons vivre au jour le jour sans se soucier du lendemain : profiter du moment présent est le plus important pour nous.

Vous venez de sortir votre premier live? Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?

Et bien, nous voulions sortir un album de grande valeur. Beaucoup de groupes aujourd'hui sortent des lives dans une démarche purement commerciale, mais ils ressemblent plus à des " bootlegs " qu'à autre chose : ils volent pour ainsi dire l'auditeur sur la marchandise. Nous avons donc attendu d'avoir les moyens d'offrir au public ce qu'il était en droit d'espérer de nous. Nous voulions vraiment satisfaire nos fans avec un produit de qualité et un son très puissant, ce qui est maintenant chose faite avec ce live ! Ce live est incroyable : longue durée, son clair et puissant, public omniprésent? J'avais parfois l'impression d'écouter un live d'Iron Maiden ! Merci beaucoup, c'est un grand compliment ! Bien sûr, nous ne sommes pas Iron Maiden : nous n'avons pas leurs moyens, leur expérience, mais il est vrai que notre live peut s'en rapprocher sur certains points. Cela vient sûrement de nos influences heavy, mais aussi du public qui reprend en chantant chaque ligne mélodique. Mais ce que nous cherchions avant tout, c'était de faire le live le meilleur possible pour Ancient Rites, tout en laissant transparaître le plaisir artistique que nous avons à jouer sur scène.

Arrêtes-moi si je me trompe, mais je trouve que vos morceaux prennent une dimension encore plus épique sur le live que sur album, surtout je pense grâce à un public exceptionnel qui fait office de ch?urs ! Est-ce ainsi à tout vos concerts ?

J'aimerais beaucoup ! (rires) En fait, ce concert était très risqué puisque c'était un concert unique destiné à être enregistré. Il y avait toute une logistique à mettre en place, avec des équipes techniques internationales, venant d'Allemagne, de Finlande, avec les problèmes que cela implique. Il fallait aussi acheminer tout le matériel par camions, ce qui n'est pas facile en Belgique à cause de la circulation et des éventuels embouteillages? Malgré quelques petites difficultés, on s'en est plutôt bien sorti, mais il nous est matériellement et financièrement impossible de faire çà à chaque concert !

Pour ce qui est d'Ancient Rites en studio, votre dernier album en date est " Dim Carcosa "? Quand sortira le prochain, et à quoi faut-il s'attendre ?

En fait, actuellement, nous sommes en pleine promotion de notre album live. De plus, cet été, nous jouerons lors de quelques festivals européens. C'est après que nous entamerons l'écriture du prochain album, d'ici l'automne je pense. Nous avons bien quelques idées, mais rien de vraiment concret ; je ne peux donc pas te dire pour l'instant à quoi ressemblera ce nouvel album. En fait, nous ne nous disons pas " Tiens, on va faire un album comme ceci ou comme cela "? On compose en fonction de ce que nous ressentons à un moment donné, et il est donc beaucoup trop tôt pour t'en dire plus !

Textuellement parlant, quel message veux-tu faire passer ? Quel est le thème général de vos albums, ou le concept s'il y en a un ?

Ce que je cherche avant tout, c'est élaborer un concept qui soit historiquement véridique. Je suis passionné d'histoire, et je veux donc que mes textes sonnent vrai, et que la musique d'Ancient Rites en soit le reflet. Mes textes, tout comme la musique, sont aussi influencés par mes nombreux voyages de part le monde. Bien sûr, j'ai été bercé par l'histoire de l'Europe, qui est la plus proche de moi : c'est celle que je connais le mieux. Mais je suis aussi fasciné par l'Egypte ancienne, la civilisation Inca? Tout ces lieux, toutes ces cultures m'influencent. Les lieux où je passent laissent leur empreinte dans mes paroles et dans la musique : un temple, un château? sont autant de symboles de la déchéance des civilisations qui nous ont précédé. C'est tout cela qui fait Ancient Rites !

Vous tournerez avec Septic Flesh, Thyrfing, Primordial pour ne citer qu'eux, ce qui est un éventail assez large de la scène extrême actuelle? Après quinze ans d'existence, quel regard portes-tu sur cette scène ?

Et bien, il y a de bonnes choses et de moins bonnes? D'un côté, il y a des groupes qui cherchent à varier leur musique en mélangeant les influences et les sonorités et qui font donc évoluer la scène extrême. Et puis il y a ceux qui se contentent de copier leurs prédécesseurs, sans apporter aucune originalité. Je préfère nettement la scène extrême de l'époque, de laquelle se dégageait un esprit très particulier. A l'époque, il fallait être vraiment bon pour sortir un album, mais aujourd'hui, les groupes apprennent à se maquiller avant même de savoir se servir d'un instrument ! Et puis, de nos jours, il est beaucoup plus facile d'être signé, malgré une certaine compétition entre les groupes : à son niveau, le milieu metal fonctionne comme les Spice Girls ! (rires) Tous les groupes sont un peu victimes de la mode et de la loi du marché.

Pour finir, as-tu un message à faire passer à vos fans français ?

Je suis vraiment heureux de revenir en France ! De plus, je suis passionné par les voyages, et la France a beaucoup à offrir de ce point de vue. Cà fait vraiment plaisir de jouer ici, mais il n'y a pas que la musique, il y a aussi tout ce qui est autour : découvrir d'autres mentalités, rencontrer de nouvelles personnes, profiter des paysages, manger la nourriture locale, boire les bières et les vins du coin? C'est un des bons aspects de la vie, et je suis vraiment ravi d'explorer votre pays une nouvelle fois !

Carcharoth