CRYPTIC VOICE

Death metal mélodique, Suisse

2/12/04

CRYPTIC VOICE ? Un groupe du Jura Suisse formé en 1996. Leur musique ? Du death mélodique à la suédoise (influencé principalement par IN FLAMES et DARK TRANQUILITY). Après ...Retribution Comes sorti en 2002 en autoproduction, ils préparent actuellement leur deuxième album. A découvrir absolument !

Quelle est selon vous la place d'un groupe tel que Cryptic Voice en 2004 ?

Guillaume (basse) : Nous nous plaçons dans le style death mélodique à la DARK TRANQUILITY. C'est un peu notre influence principale et notre source d'inspiration. En 2004, il ne s'est pas passé grand chose pour nous, nous espérons beaucoup plus pour 2005.

Raph (guitare) : En 2004, nous avons surtout composé, et le style a changé par rapport au premier album car nous avons troqué nos six cordes contre des sept cordes, et pour garder une certaine intelligibilité nous avons ralenti un peu les tempos, ce qui se ressent au niveau du style dans quelque chose d'à peine plus lent, et plus construit aussi car nous avons acquis de l'expérience. Donc nous avons surtout passé l'année à préparer cela.

Comment se sont déroulés la composition, l'enregistrement et la sortie de votre premier album...Retribution Comes?

Raph : Les compositions se font toujours selon le même schéma, à savoir que Bendi (l'autre guitariste) et moi-même, nous nous retrouvions avec des idées de riffs, puis Axel (batteur) nous rejoignait pour mettre en place toutes nos idées. Nous nous occupions ensuite des arrangements tous ensemble. Les compositions partent donc essentiellement des trois, puis Timu (chant) nous rejoignait pour poser ses lignes de voix.

Guillaume : En ce qui concerne la basse, j'intervenais quand l'ensemble du morceau était déjà pas mal mis en place, et j'y posais mes lignes de basses au même titre que Timu venait poser ses lignes de chant.

Raph : L'enregistrement a été très long et pas évident du tout, comme pour tout le monde la première fois je pense. Tu ne sais pas quel chemin prendre, tu ne sais pas forcément comment faire les choses, comment lancer les procédés pour que tout soit terminé à peu près en même temps. Nous avons donc fait les choses les unes après les autres, ce qui nous a pris énormément de temps. Nous sommes allés enregistrer la batterie en studio, puis pour prendre vraiment le temps et bien peaufiner les guitares, nous avons fait les prises au local (l'ingénieur du son nous a suivis et y a préparé le son). Il nous a quand même fallu pas mal de mois pour enregistrer, puis nous sommes retournés en studio pour poser le chant, et faire le mixage. C'est seulement après que nous nous sommes occupés du layout du CD (créée par Mike Bohatch – www.eyesofchaos.com - qui a notamment fait des pochettes pour des groupes comme MORBID ANGEL pour ne citer qu'eux). En tout, il nous a fallu quasiment deux ans pour sortir cet album.

Quel a été l'accueil du public ? Des critiques ?

Guillaume : L'accueil du public a été pas mal du tout, les critiques sont excellentes, tant au niveau du public que des magazines. Maintenant, la question que nous nous posons, c'est de savoir, vu l'accueil du public et des critiques, pourquoi cela ne démarre pas pour nous. Nous espérons beaucoup plus pour la suite et la sortie de notre prochain album en 2005.

Sur scène, comment est CRYPTIC VOICE ?

Raph : CRYPTIC VOICE, sur scène, est un groupe qui bouge bien. Comme une pièce de théâtre, un concert, ça se prépare, les gens doivent croire que c'est de l'improvisation, mais il faut que cela soit un minimum préparé. Les gens qui ont écouté le CD nous disent que sur scène c'est excellent. Je pense que nous devons encore travailler les enchaînements entre les morceaux, qui sont actuellement notre point faible sur scène.

Guillaume : En effet, les enchaînements manquent un peu de matière, mais je pense qu'avec l'expérience de la scène, cela va aller de mieux en mieux. Depuis six ans que nous jouons ensemble, nous avons maintenant un bon jeu de scène.

Actuellement, vous bossez sur votre prochain album, où en êtes-vous ? Quel sera son nom, si vous le savez déjà ?

Axel (batterie) : Tout ce qui est instrumental est quasiment en place, il manque maintenant les parties voix. Je pense que nous pourrons enregistrer cet hiver.

Raph : Il nous manque peut-être encore deux ou trois titres. Nous avons commencé à enregistrer une pré-prod, et sommes en train de faire les arrangements. En fait, nous fignolons les morceaux. Pour ce qui est du nom, cela viendra tout à la fin.

Guillaume : Pour ce qui est du titre, il viendra tout à la fin, et sera certainement, comme pour le premier album, tiré d'un des morceaux, celui qui sera selon nous le plus représentatif de notre style. En revanche, la pochette est déjà en cours de réalisation.

Quelle est l'évolution dans le style / dans les textes par rapport à...Retribution Comes?

Raph : Le style, comme dit précédemment, a un peu évolué suite au changement de guitares, car tout ce qui paraissait clair avec des six cordes de l'est plus forcément avec des sept cordes. Donc pour avoir quelque chose d'abouti à la fin, ce n'est pas qu'une question d'arrangements ou de mixage, le travail de composition est lui aussi bien différent avec des sept cordes. Le tempo a par exemple un peu ralenti. C'est clair qu'il y a une évolution. Maintenant, nous n'allons pas prétendre que cet album est meilleur que le précédent, il est tout simplement différent.

Guillaume : Je pense qu'il y a aussi eu une évolution au niveau des influences de chacun. Au début, nous étions influencés par des groupes comme CHILDREN OF BODOM, assez rapides, alors que dernièrement, nous nous sommes tournés vers des choses de plus en plus lourdes, notamment CATACLYSM, et ce qu'on écoute se ressent forcément dans notre musique. Moi qui écoute beaucoup de CANNIBAL CORPSE ou de CRYPTOPSY, je dirais que maintenant nous nous rapprochons plus de ces groupes-là.

Vous êtes actuellement à la recherche d'un label après un premier album auto-produit, pouvez-vous m'en dire plus ?

Raph : Il faut avouer que nous sommes assez des larves (rires)...Nous ne nous sommes jamais vraiment occupés de tout ce qui est management. Le premier album a vraiment été pour nous une découverte. Beaucoup de gens nous ont dit de faire le CD mais pas de pochette ni de mastering, et de le présenter comme cela aux labels (qui aiment en général mettre leur touche personnelle), ce qui avec le recul ne me paraît pas avoir été une bonne idée. Je pense que les maisons de disques, actuellement, veulent des produits finis. Nous avons donc terminé ce premier album nous-mêmes, et c'est ce produit-là que nous présentons désormais, à l'aube de l'enregistrement de notre deuxième CD.

Guillaume : En effet, je confirme que nous sommes des larves ! Depuis quelques semaines, nous avons pris contact avec Céline qui nous manage désormais. Cela nous a redonné un coup de boost, et nous voyons beaucoup de bonnes choses pour 2005. C'est vrai qu'un manager, c'est peut-être ce qui nous manquait pour aller plus loin. Je tiens à la remercier pour ce qu'elle fait pour nous.

Où peut-on se procurer votre premier album ?

Axel : Vous pouvez le commander sur notre site Internet, www.crypticvoice.com.

Raph : Quelques magasins en Suisse le vendent également.

Guillaume : Vos pouvez nous trouver à BURN OUT RECORDS (Genève), ainsi que chez ARCADE MUSIQUE (Chaux-de-Fonds). Et bien sûr, vous pouvez également vous procurer notre album après chacun de nos concerts.

Quels sont les groupes avec lesquels vous rêveriez de jouer sur scène ? Pourquoi ?

Bendi (guitare) : CHILDREN OF BODOM, car j'aime beaucoup ce qu'ils font.

Guillaume : Je pense plutôt que la question devrait être “les groupes qui rêveraient de jouer avec nous” (rires) ! Plus sérieusement, je suis un grand fan de CANNIBAL CORPSE, et cela me ferait chialer de pouvoir un jour jouer avec eux ! Sinon, je citerais CATACLYSM ou encore MORBID ANGEL, qui ont bercé toute mon adolescence.

Raph : Pour ma part, je dirais SOILWORK, qui est mon groupe préféré. IN FLAMES aussi.

Guillaume : Moi, je jouerais bien aussi avec Lorie, parce qu'elle est vachement bonne (rires) !(NDLR : on confirme)

Axel : C'est difficile de vous répondre, car j'écoute un peu tous les styles de metal, du brutal au mélodique, mais je citerais KATAKLYSM ou encore CANNIBAL CORPSE, des groupes qui massent.

Raph : Je rajouterais THERION, car c'est sympa de regarder leur public quand même (rires) !

Si vous pouviez vous poser une question et y répondre ?

Guillaume : La question s'adresse aux maisons de disques : “Prenez s'il vous plaît la peine d'écouter notre album, et dites-nous sincèrement s'il n'est pas valable”.(NDLR : euh...c'est pas une question ça)

Bendi : “Pourquoi ne faisons-nous pas plus de concerts ?” Les gens doivent penser que nous sommes trop connus et donc trop chers !

Axel : “Quel est notre but en faisant notre musique ?” En fait pour moi, la seule chose qui compte, c'est que j'éprouve énormément de plaisir à jouer de la batterie et ce style de musique. Une autre question que je me pose : “Pourrons-nous un jour vivre de notre musique ?” Je pense (j'espère) que oui, si nous arrivons à décrocher un contrat, des concerts, des tournées. Je serais partant pour partir en tournée tout l'hiver et travailler le reste de l'année.

Raph : “Est-ce que franchement je vais continuer très longtemps ?” J'avoue être un peu démotivé que les choses ne bougent pas plus pour nous. Dans la pop, il y a tellement de bons groupes que même en étant bons, tous n'ont pas leur chance. Dans le metal c'est différent, de plus nous avons la chance de ne pas être les pires, les gens ont toujours très bien réagi à ce que nous faisons, nous n'avons jamais eu de déception, mais il nous manque la reconnaissance. J'espère que la rencontre avec Céline(NDLR : leur nouvelle manageuse genevoise, et présidente de Hydrogyn)va nous apporter cela.

Axel : C'est vrai qu'il nous manque aussi le temps pour faire nous-mêmes toutes les démarches qui concernent le management.

Guillaume : Je voudrais rajouter, par rapport à ce qu'a dit Raph, que les maisons de disques sont je pense trop exigeantes, demandent un niveau quasi professionnel de la part des groupes qui les contactent, et je crois que dès lors, beaucoup baissent les bras à ce niveau-là. Cela devient dur de garder toujours la motivation à son plus haut niveau. Et la question qui me vient en tête : “Les maisons de disques qui produisent du metal ne finissent-elles pas par tuer le metal ?” Je crois. Elles devraient un peu moins penser fric et revenir à ce qui compte vraiment : le metal à son état brut.

Black Angel