La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

LEX TALIONIS (2006)

LEX TALIONIS

Techno Death metal, France

11/072006

Ce groupe du sud-ouest français n'a pas fini de nous étonner : alors qu'il nous avait habitué à un death métal assez personnel, voilà queGuitarscreamachine, son dernier album, se révèle très expérimental, avec la disparition du penchant death métal de LEX TALIONIS. Son guitariste sollicite un entretien pour nous expliquer le pourquoi du comment de ce revirement : même si nous avons peu apprécié cet opus, pourquoi ne pas lui donner la parole? Eh bien, c'est fait :

1.Inutile de présenter le groupe, puisque c'est la deuxième fois que vous passez dans nos pages. En revanche, vous affirmiez jouer du heavy metal dans vos précédentes production, mais ceGuitarscreamachinenous a dérouté, tu as du le comprendre...

Oui, j'aime bien faire du second degré, je pensais qu'il était évident que nos anciens albums ne sonnaient pas vraiment heavy-metal,... C'était pour montrer que je n'aime pas parler de musique en termes de styles. Pour moi, les styles ne devraient pas exister. Notre formule musicale n'a pas énormément changé avecGuitarscreamachine, mais certains développements de nos caractéristiques peuvent être notés.Guitarscreamachineest conçu comme un disque instrumental de guitare. La guitare lead est devenue totalement reine, il y en a de la première à la dernière seconde du disque et elle prend des sonorités et inspirations très variées. La voix est conçue comme un chœur d'accompagnement comme ça se fait dans la musique instrumentale. D'ailleurs, la quasi-totalité du chant est en chœur. Les voix death ont disparu. L'ensemble est très violent, c'est l'autre caractéristique du disque. Notons que Jean-Georges et Yann sont venus renforcer le line-up surGuitarscreamachineet qu'ils ont grandement contribué à cet enregistrement concernant respectivement la batterie et le son. Leur apport est aussi une nouveauté importante de ce troisième album.

2.Il est vrai que vos influences revendiquées étaient très variées, mais le death metal y tenait tout de même une place prépondérante...

Oui, tu as parfaitement raison, c'est finalement l'influence death de notre musique qui a été estompée (ou est totalement morte diront les puristes) puisqu'il n'y a pas de voix death ni de riffs de ce type. Les guitares rythmiques n'ont qu'un rôle d'accompagnement et sont très saccadées, l'influence FEAR FACTORY, MESHUGGAH et SYL est par contre assez présente, il me semble.

3.Quel en a été l'accueil dans le milieu UG métal ? Je n'ai lu qu'une newsletter a fait une chronique peu envieuse de votre opus. Mais quand est-il ailleurs?

En fait, c'est très varié. On a eu des chroniques géniales qui ont tout compris de notre démarche et qui nous ont fait extrêmement plaisir ou des chroniques catastrophiques qui montrent une véritable incompréhension de notre musique et je ne m'attarde même pas sur les appréciations techniques hilarantes tellement elles sont à côté de la plaque. C'est très amusant de constater ces avis très extrêmes et opposés, surtout qu'avant on avait 99% d'excellentes chroniques. En fait, je pense queGuitarscreamachines'adresse à des gens qui écoutent du métal depuis très longtemps et qui cherchent un truc nouveau, une évolution. Mais si dans le milieu métal les réactions sont très extrêmes et partagées, ce disque nous a aussi ouvert un nouveau public. À ma grande surprise, le milieu de la musique expérimentale semble aimerGuitarscreamachine. Nous allons d'ailleurs sortir un disque dans cette scène grâce à un label de musique expérimentale/contemporaine de Chicago. Je dois avouer avoir été surpris d'avoir un bon accueil de la part de cette scène car je pensais que l'aspect extrême de Guitarscreamachine le prédestinait uniquement à la scène métal...

4.Peux-tu nous éclairer sur le shred, cette méthode qui vous inspire...quel en est l'histoire, les précurseurs et les continuateurs? De quel courant musical se nourrit-il?

Je ne suis absolument pas un spécialiste de musicologie journalistique donc je préfère être court. Je ne pense pas que le shred est un style de musique. « Shredder » est un terme facile pour désigner tous les guitaristes qui jouent très vite et qui ont pour objectif de pousser leur technique instrumentale dans leurs albums. J'en ai découvert de tous styles : jazz (Lane, Sbar,...), expérimental (buckethead, je trouve aussi que SATRIANI est très expérimental sur certains disques...) néoclassique, (Mac Alpine, V. Moore), metal (Cooley, Romeo,...). LEX TALIONIS a toujours été très inspiré par ces guitaristes, mais sur Guitarscreamachine cette influence est particulièrement présente puisque l'album a été structuré comme un album de guitare instrumentale.

5.Quelle émotion souhaites-tu transmettre par le biais de ceGuitarscreamachine?

On ne fonctionne pas du tout comme ça. Nous ne faisons pas une musique pour transmettre une émotion prédéfinie. C'est de l'émotion que nous ressentons que vient la musique. Guitarscreamachine est l'image sonore de plusieurs émotions ressenties pendant le processus de composition. Je ne tiens donc pas à les définir, la musique devrait suffire.

6.Recherchez-vous plutôt à faire des prouesses techniques ? De nombreux groupes techniques et démonstratifs (surtout dans le heavy) ont déjà exploré cette démarche. Que peut apporter au métal LEX TALIONIS à ce sujet?

Nous ne cherchons pas à faire des prouesses techniques. Nous cherchons à faire des trucs intéressants à la guitare. Je ne connais pas de groupes de heavy dont l'objectif principal est de faire la musique la plus technique possible, je ne peux donc pas te dire si nous nous sentons proches d'eux. Il m'a toujours semblé que le heavy était surtout une musique puissante et pas spécialement centrée sur la technique.
Nous ne cherchons pas non plus à apporter au metal, mais nous tentons plutôt de faire des choses intéressantes et nouvelles à la guitare. De ce point de vue, je pense que notre jeu et notre son sont vraiment intéressants. Par exemple, j'utilise pas mal de guitarsynths (instrument pas mal utilisé dans le jazz-fusion : Metheny, Currel, Holdsworth) que ce soit en solo ou en rythmique et je pense que c'est assez nouveau pour une musique puissante et dramatique comme la nôtre. Mes sons et mon jeu sont très liés et je pense que la personnalité de chacun de ces paramètres rend l'ensemble assez intéressant pour peu qu'on ne soit pas réfractaire aux phrases très rapides.

7.L'artwork deGuitarscreamachineest terrible, et reprend la précédente pochette alors que le contenu est très différent ; est-ce fait pour créer un lien dans la discographie de LEX TALIONIS?

Merci pour l'artwork. Il a été réalisé par Sebastien Hayez qui fait tous nos visuels depuis le premier album. La pochette du troisième rappelle les deux albums d'avant (peut être même plus celle du premier) car nos réalisations sont toutes liées. Il y aura probablement un clin d'oeil aux anciens disques dans les pochettes des prochains. Je ne trouve pas queGuitarscreamachinesoit si différent des autres albums, il y a juste assez de nouveauté pour que ça reste intéressant, selon moi.

8.Tu penses plus que jamais que le métal est extrême dans certains domaines et qu'il est impossible d'aller plus loin, donc ?

Je n'en sais rien. Je n'ai pas d'avis arrêté sur le metal. En fait je m'en fiche un peu. Je tente juste de faire une musique intéressante. AvecGuitarscreamachine, il s'agissait de faire un disque de shred avec un fort aspect dramatique et un son très puissant utilisant au maximum les possibilités offertes par les nouvelles technologies et je pense que le résultat correspond bien à cet objectif.

9.D'après toi, qu'est- ce qui a déterminé RUPTURE MUSIC à vous signer ?

Même si ça peut paraître totalement dingue, je pense que Virgil, le bosse de RUPTURE/SEVERALBLEEDS a aimé notre musique. C'est un passionné de musique qui écoute du metal depuis longtemps. C'est vraiment excellent de l'avoir comme label manager. Il a probablement pensé que notre musique pouvait intéresser des gens comme lui qui connaissent bien le métal, n'y trouvent plus rien d'excitant et cherchent quelque chose de nouveau tout en y retrouvant les caractéristiques qu'ils aiment.

10.Selon toi, est-il encore possible de repousser des limites dans une prochaine production de LEX TALIONIS ?

Nous ne considérons pas chaque album comme une étape ou une limite à dépasser. Nous ne considérons pas chaque album comme meilleur que le précédent. Chaque disque de LEX TALIONIS a sa propre personnalité et représente une expérience musicale. Chacun de nos disques est unique et définitif. Nous changeons à chaque fois d'objectif et nous donnons le meilleur de nous-même. Ainsi, nous ne pouvons aller plus loin dans cet objectif particulier. Notre prochain disque a son objectif propre et nous ne cherchons pas avec celui-ci à dépasser l'une de nos précédentes réalisations. Nous cherchons juste à ce que chaque disque soit le meilleur possible dans son domaine. Par contre, je dois dire qu'a posteriori, je suis très satisfait de ce troisième album, nous avons beaucoup eu de chance et le son dépasse ce qu'on avait imaginé.

11.Bonne continuation à vous, quelque soit votre voie musicale, métallique ou non.

Merci. Nous allons tenter de continuer à proposer une musique intéressante et bien faite.

Turannos