MANUFACTURE

MANUFACTURE - GROUPE

Hard Rock / Heavy, France

27/04/2013

Le Metal old school a t'il de l'avenir ? Il semblerait bien que oui à l'écoute de MANUFACTURE, un groupe Nantais qui a bien voulu répondre à nos questions suite à la sortie de son premier EP.

1 - Pour votre première interview pour la Horde Noire, pouvez-vous nous présenter le groupe ?

Nous sommes basé sur Nantes, cela fait quelques années qu'il y a ce projet de groupe, mais il a fallu du temps pour trouver un line-up stable. Nous avons commencé à donner quelques concerts en 2011 et avons ensuite poursuivi en 2012, en sortant un EP 4 titres au mois d'avril. Depuis ce temps nous avons joué essentiellement sur Nantes, mais depuis peu, nous arrivons à nous exporter un peu ailleurs, à Rennes par exemple.

2 - Pourquoi avoir choisi ce patronyme ?

Ça vient d'une vieille habitude avec le gratteux avec qui j'avais formé le groupe. Durant tout un hiver nous traversions la ville à pied tous les samedi soirs afin de se rendre dans le quartier de la gare et des cheminots de Nantes. Des rails, des immeubles en briques et une pluie fine suffisaient à nous inspirer. Cette ambiance industrielle nocturne nous ramenait aux images que nous avions des grands groupes comme Iron Maiden, Judas Priest ou Black Sabbath qui ont grandi dans ces banlieues ouvrières anglaises, on s'assimilaient un peu à ça en quelque sorte. Vu que le quartier s'appelle Manufacture, un soir ça a fait tilt et je me suis dit que c'est un nom qui sonne bien, en plus c'est pas ce qu'il y a de plus courant comme genre de nom pour un groupe de hard, ça brouille les pistes, donc ça nous a plu. En plus ce mot existe aussi bien en anglais qu'en français.

3 - Quels sont les thèmes que vous abordez ?

En fait, ce qui a été à la base du nom du groupe nous a aussi permis de forger l'identité visuelle et le concept du groupe. Au tout début nous voulions faire du glam, nous adorons ça et personne n'en faisait. On imaginait alors les gars de Mötley Crüe qui bossent à l'usine et qui viennent de se faire licencier. Il y a cette idée d'excentricité du rock 'n' roll que l'on positionne face à la dure réalité du quotidien, social notamment, ce qui est tout sauf glam ! Nous ne sommes pas intéressés par faire du rock pour parler du rock et de nos cuites, on aime bien traiter de sujets à la fois plus durs, plus concrets, et les déformer parfois en y incluant un vocabulaire plus contemplatif, utiliser des métaphores. On adore vraiment la façon d'écrire d'un Jim Morrison pour sa manière d'utiliser les allégories. Enfin, je ne me compare pas à lui non plus hein !

4 - Comment procédez-vous pour composer ?

A l'ancienne, tout se passe dans le local de répètes, sauf pour les textes. Ces derniers proviennent de l'un d'entre nous et les autres y proposent parfois des aménagements, voir y ajoutent des bouts de textes qu'ils ont écrit, si ils voient que ça peut coller au sujet. Sinon la musique est composée collégialement. Ça part le plus souvent de riffs, ou parfois de rythmes. Tout le monde jam et apporte ses idées. Tout le monde a son mot à dire, si un riff ne plaît pas à l'un d'entre nous on l'abandonne ou on essaye de le réaménager. Tous les morceaux sont le fruit de tout le groupe, c'est important pour nous.

5 - D'ailleurs qu'est-ce qui vous inspire, quelles sont vos influences ?

Musicalement on ne s'est pas cantonné au glam car, justement, nous écoutons beaucoup de choses différentes, et pas que dans le hard ou le metal. On reste quand même attaché à garder une approche rock 'n' roll propre à nos plus grandes références : Iron Maiden, Judas Priest, Black Sabbath, Thin Lizzy, Led Zep, les Guns... Après il y a des musiciens qui ont un très fort impact sur un ou plusieurs membres du groupe, depuis plus ou moins longtemps, comme par exemple Rush, King Crimson, Kreator, The Hellacopters, Sepultura, Megadeth, Creedence Clearwater Revival, Savatage... Ça va dans beaucoup de directions ! Et encore là je reste sur des exemples rock et hard. Le jazz, le blues, les musiques orientales, l'indus, le rock sudiste ont beaucoup d'influence sur nous. Le concept du groupe est aussi influencé par de nombreux domaines : les écrits politiques, la bande dessinée, les arts plastiques, la culture nerd, les bouquins de Gombrovicz et les films de Tarkowski font partis de notre univers et nous ne nous privons pas de les intégrer à celui du groupe.


6 - Quelles ambitions nourrissez-vous pour le groupe ?

Jouer indéfiniment sans être payés. Ah non ça c'est ce qu'il se passe déjà... Comme beaucoup de groupe on veut pouvoir tourner un maximum, partout, et bien sûr à l'étranger. Je pense qu'il est important pour un groupe de vite sortir de son trou. A la grande époque les groupes forgeaient leur son en tournant, y a pas de secret, et quand on voit les difficultés pour tous les groupes à caler des dates, on comprend pourquoi beaucoup d'entre eux lâchent l'affaire, c'est vraiment dur, on se démène pour ça. A notre niveau, continuer en permanence à composer et faire évoluer notre style au gré de nos nouvelles influences est quelque chose de primordial. On ne sait pas réellement à quoi ressemblera notre musique dans 2, 3, 5 ans. On fera toujours du rock, mais à notre façon. On ne tiens absolument pas à se ranger dans la case confortable de "heavy old school" ou je ne sais quelle connerie "à la machin". D'ailleurs notre EP n'est qu'un premier jet issu de ce qu'était le groupe à ses débuts, en un an notre style a déjà évolué, il faut l'affiner sans cesse. Avoir la possibilité de tourner beaucoup, de se faire connaître voir, je vais dire un gros mot, d'en vivre, est bien entendu une ambition que l'on nourrit, mais cela n'aura jamais d'influence sur la musique que l'on écrit. Après, le fait d'avoir des structures qui assurent ta promo, te fais tourner, te fais enregistrer, cela permet réellement de ne laisser au groupe que le souci de la musique, le plus important. Aujourd'hui on demande aux groupes de tout faire.

7 - Pourra t on vous croiser en concert, festival, tournée ?

Nous aurions vraiment aimé pu tourner en Lorraine pour soutenir les métallos licenciés à Florange, ça aurait été vraiment MANUFACTURE ! Plus sérieusement nous avons quelques dates de programmées pour l'instant, dont une nouvelle fois à Rennes début juin. Mais actuellement nous gérons beaucoup de détails qui commencent à devenir important pour le groupe, pour démarcher. Nous planifions de tourner pas mal à partir de la rentrée, et de refaire quelques belles dates à Nantes. Ne manquez donc pas de suivre les infos sur notre page facebook : https://www.facebook.com/pages/MANUFACTURE/112466928840959?ref=ts& fref=ts

Peut-être nous trouverez-vous bientôt dans l'usine qui ferme près de chez vous.

8 - Et philosophiquement vous êtes plutôt sex, drugs et rock n' roll ou eau d'Evian, méditation tantrique et rock n'roll ?

Aujourd'hui on pourrait plutôt dire Geek, chômage et rock 'n' roll ! On manque pas souvent l'occasion de faire la teuf c'est clair, parfois de manière un peu bizarre d'ailleurs, mais je ne rentrerais pas dans les détails... Après on n'est pas du genre à avoir des ardoises partout aussi. On aime bien lire des bouquins et s'informer sur ce qui se passe. J'ai toujours pensé que les artistes doivent former une sorte d'avant-garde, ou au moins avoir cette perspective "d'aller de l'avant". Donc faire la teuf ouais, mais faire de la musique juste pour les potes ou les vieux fans d'AC/DC, ça nous ennuierait vite.

9 - Des projets à court ou moyen terme ?

Comme je l'ai dit nous allons essayer de pas mal tourner à partir de la rentrée, travailler sur un show plus pro et cohérent. Nous composons aussi beaucoup et un prochain EP devrait bientôt commencer à se préparer. J'aimerais bien une sortie en 45 tours, je sais c'est à la mode, mais ça fait un bel objet en cette ère de dématérialisation. On essaye aussi de planifier quelques shows spéciaux, dans des cadres un peu extra-musicaux. En attendant on va répéter encore et encore. Et puis envoyer des millions de mails aussi...


10 - Et pour finir, comme tous les grands musiciens (Bono, Justin Bieber...) vous avez un avis sur l'évolution du monde ou tout est d'ores et déjà foutu alors on s'en cogne ?

En tout cas je n'irais pas faire comme Bono et aller demander son avis au Pape. Quant à Bièbière je n'arriverais jamais à arriver à la cheville de son concept. Il est clair que la crise que nous traversons actuellement est celle d'un système entier en décomposition, elle ne passe pas juste nous faire chier 5 ans pour se barrer ensuite, c'est une guerre sociale ! Vu la situation on ne sait pas ce qui peut se passer dans un mois, mais je ne veux pas non plus m'embourber dans la vision noire et fataliste classique. Je pense qu'aujourd'hui il faut vraiment prendre conscience de qui sont nos adversaires. Ce climat de peur et de stigmatisation permanente vise à ce que cela ne se produise pas. En attendant faire notre musique librement me semble déjà être aujourd'hui un acte significatif.

Merci encore pour toutes tes questions et à ceux qui nous lisent : venez nous voir en concert et stay open !

Sargon