MORTIFERA

Mortifera

Black metal, France

01/07/2015

Orphelin de CELESTIA, le monde du Black Metal retrouve son pendant maléfique, MORTIFERA, toujours mené d'une main de maître par NOKTU.

A l'époque du premier album du groupe, celui-ci était analysé comme une version plus Brutale et moins éthéré que ne l'était Celestia. 3 albums et pas mal de changements de line-up plus tard, comment définirais-tu Mortifera ?

Oui, j'ai toujours souhaité que Mortifera soit un projet différent de Celestia. Il est vrai que sur les premiers enregistrements nous pouvions trouver quelques similitudes au niveau de certains riffs, mais je pense désormais que nous avons pris définitivement nos distances avec Celestia et ceux depuis plusieurs albums maintenant. Difficile pour moi de définir Mortifera, ce serait peut être un magma en fusion qui ne cesse de prendre de l'ampleur. Mais il reste bien entendu une ligne directrice qui nous guide dans nos compositions et mes textes. Sur le dernier disque, ce fut d'ailleurs un peut un retour aux sources, mais vu d'un angle différent. Je n'aime pas refaire les mêmes choses mais je pense qu'il est important de rester dans le style de musique et le concept du groupe. Je suis favorable à l'évolution, mais je pense qu'il faut savoir respecter ses racines.

Peux-tu nous présenter les musiciens qui t'accompagnent sur ton dernier album en date ?

J'ai enregistré le dernier disque avec Spektor (basse/guitare) et A.E qui lui a assuré la batterie. Ce sont des musiciens qui me suivent depuis pas mal d'années maintenant et je les considère comme membres à part entière du groupe. Le groupe est actuellement basé sur Marseille, les deux guitaristes (musiciens de session), le bassiste et le batteur et nous avons notre propre local de répétition. Je pense pouvoir dire que nous avons un line-up stable et j'espère que nous allons pouvoir continuer dans cette direction.

Tu as mis six ans à sortir ton deuxième album, trois pour le troisième, et une seule année pour le quatrième. Est-ce conjoncturel ou débordes-tu d'idées ?

Mortifera étant aujourd'hui un groupe à part entière, composer et quelque chose de plus aisé et depuis 2010 nous avions pu composer pas mal de choses. En sachant qu'il y avait trois compositeurs, les choses sont allées assez vite et nous avions pu enregistrer deux albums avec c'est vrai un délai assez court. (1 an entre chaque disque). Nous ne nous fixons pas de contrainte au niveau du temps, si nous estimons que nous avons assez de titres pour enregistrer un disque, nous le faisons. Il y aurait de quoi en sortir un nouveau d'ailleurs car les titres sont plus ou moins prêts. Mais nous verrons au moment opportun. Nous n'avons pas d'impératif et nous voulons absolument garder une certaine liberté. Surtout continuer à sortir des disques que nous estimons être de qualité et satisfaisant pour nos oreilles. Dans ce "marché" du Black Metal plus que saturé par la médiocrité, nous nous devons de rester en haut et ne pas sombrer dans la facilité en sortant trop de productions qui ne seraient pas vraiment à la hauteur.

Compte tenu de la proximité de leur sortie, ces deux derniers albums peuvent-ils être considérés comme complémentaires ou la discographie de MORTIFERA constitue-t-elle un tout qui se joue du temps ?

Les albums ne sont pas vraiment complémentaires car ils sont dans un style vraiment différent. En fait, j'ai enregistré le "Bleüu de Morte" avec Nigl qui avait composé pas mal de choses. "Bleüu de Morte" est au final un album très "Rock". Donc, il y a vraiment peut de points communs entre les deux disques au final. "IV: Sanctii Trithess" lui est un album bien plus dynamique. Donc, ces disques ne se complète pas vraiment car ils ont chacun leur propre identité. Nous le ressentons quand nous jouons des titres de chaque album sur scène. Du coup, nous essayons de jouer les titres de chaque album à la suite les uns des autres. C'est un peut étrange, mais ça fonctionne de notre côté et le public semble suivre également.

Peut-on s'attendre à une cinquième oeuvre cette année ?

Cette année non, c'est certain. Nous avons pas mal de nouvelles compos et il va falloir que nous nous penchions sérieusement sur la question. Donc, même si nous rentrions en studio cette année, je ne pense pas qu'il y ait une nouvelle sortie pour 2015.

Tu sembles vouloir te produire sur scène, où en es-tu dans ce projet ?

Nous avons déjà assuré à la fin 2013 une tournée en Europe en tête d'affiche avec le groupe Totalselfhatred de Finlande ainsi que d'autres dates. Nous jouons aux USA à la rentrée et nous devrions faire aussi une tournée au Japon pour le tout début 2016. Par contre, nous n'avons rien de prévu pour l'instant en Europe. Quelques offres mais rien de concret. J'avoue que nous ne cherchons pas spécialement à nous produire sur scène, j'ai plutôt tendance à attendre que les offres tombent et nous refusons au final pas mal d'offres de concerts. Je préfère être sur que nous allons jouer dans de bonnes conditions, à notre place et dans des lieux ou nous pouvons nous exprimer en toute sérénité. Nous préférons donc jouer moins, mais jouer dans des conditions optimales pour nous et les gens qui nous apprécient.

A quoi faudra-t-il s'attendre ? la sophistication propre au show de l'époque de Celestia ou une plus grande sauvagerie ?

Ni l'un, ni l'autre je dirais. Il faut juste s'attendre à voir et entendre du Mortifera. Nous essayons d'interpréter l'ambiance de nos albums sur scène. C'est assez froid je dirais, mais cela correspond à notre musique et notre façon de concevoir la musique. On nous avait reproché cette froideur d'ailleurs. Mais notre définition du Metal n'est absolument pas festive. Nous représentons je pense le dernier rempart de résistance de ce qu'était le Black Metal du début des années 90. Une musique froide, haineuse, nostalgique et revendicatrice d'une certaine forme de pensée anti-conformiste, opposé à toute forme de religion ou dictature bien pensante. Pour les gens qui n'aiment pas ça, ils leur restent de toute façon des festivals genre Hellfest où ils peuvent se déguiser en Spiderman, écouter du Black Metal "culte" et faire du manège.

En parlant de CELESTIA, ce fantastique groupe n'est plus. Pourquoi ce choix de mettre fin à un tel projet alors que tu fêtais cette année les 20 ans du groupe?

Toutes les bonnes choses ont une fin je dirais. Il n'y avais plus de place pour nous dans la scène actuelle. Le projet était resté fidèle à ses racines et ne pouvait plus évoluer. Un peut à l'image d'un arbre arrivé à maturité et qui ne pourrait plus pousser car le sol ne serait plus assez fertile. J'avais aussi abordé des thèmes qui était devenus difficile à cerner, je le reconnais. J'ai l'impression de m'être noyé dans mon propre vomit et je ne pouvais plus rien envisager pour ce projet dans un avenir proche. Par contre, étrangement, je continue à composer du Celestia, mais juste pour ma propre satisfaction. Je n'ai cependant pas l'intention d'enregistrer de nouveaux titres. Il faut s'attendre à ce qu'il y ait quelques sorties du groupe car il y a 3 ans de ça nous avions enregistré ce qui devait être le dernier album du groupe, donc un jour, probablement, je déciderais de le sortir. Mais je ne sais pas quand exactement. Le split du groupe étant encore frais et je n'ai pas envie de me replonger dans l'univers de ce projet pour l'instant. Et puis, autant, il ne sortira jamais. Je ne sais pas et ce n'est pas vraiment important au final.

C'est une question que je t'ai posé facilement 2 ou 3 fois, mais bon tu as le recul pour y répondre: quel regard portes-tu sur la scène Black Metal actuelle?

C'est un peut toujours la même chose, il y a du bon et du mauvais. Des gens qui jouent avec sincérité et des gens qui sont là pour la gloire ou l'argent ou même les deux à choses à la fois ! Il est facile de les reconnaitre à mon niveau mais je sais que certaines personnes peuvent se tromper. Après, il en faut pour tout les goûts, certains vont aimer des choses qui n'en valent pas la peine car ils ne savent pas qu'il y a eut bien mieux avant et je pense aussi qu'ils s'en moquent. C'est surtout je crois sur la durée que nous pouvons apprécier l'intégrité d'un groupe. Ils sont peut nombreux à avoir mon respect et ce sont souvent ceux qui était là au début des années 90 pour la plupart. Après, il y a de très bonne choses dans les nouveaux groupes. Je n'écouterais plus ce style de musique sinon.

Qu'en est-il des activités de DRAKKAR, quelles sont vos dernières sorties?

Comme je te le disais nous allons ouvrir ce qui sera probablement le plus gros magasin de disques spécialisé Metal Extrême en Europe. Donc ce projet nous prends pas mal de notre temps. Nous espérons pouvoir ouvrir les portes de ce lieu pour la rentrée 2015. Ce sera bien plus qu'un simple magasin de disques, il y aura bien d'autres choses. Mais je ne préfère pas en dire davantage pour l'instant.

Noktu, te remerciant, je te laisse conclure

Je te remercie pour le soutien depuis toutes ces années et je te souhaite une excellente continuation dans tous tes projets.

Aloerw