SYPHILIS

syphilis-band

Brutal death metal, France

Février 2011

Ce groupe de death brutal surgi de Picardie s'apprête à répandre l'épidémie portant son nom sous un line-up rénové depuis 2010. Avec ce CD déjà très mature dans la besace, SYPHILIS devrait monter prochainement sur scène... Rentrez femmes & enfants, ça va chauffer !

1.Hailz à vous, les SYPHILIS ! SYPHILIS... Entre les PSYCHO, SCHIZO Et autres CANCER, les futurs groupes de death ou de thrash n'auront bientôt plus de nom de maladies en stock pour se baptiser !?

Ely : Haha, c'est pas faux...Faut avouer effectivement qu'on n'a pas recherché l'originalité avec ce nom. Au départ on était partis pour faire du death/grind et au fur et à mesure on a fait évoluer le côté technique et mélodique et c'est vrai qu'aujourd'hui notre musique ne correspond plus forcément à ce qu'on s'attend à entendre en voyant un nom pareil...Mais bon ça fait aussi partie de la personnalité du groupe !

2.Vue la jeunesse de votre formation, dites-nous comment s'est formé le groupe. D'ailleurs, un nouveau membre vous a rejoint depuis...

Med : En fait le groupe a eu deux naissances en quelques sortes, d'abord début 2009 avec un line-up complètement différent, il n'en reste qu'Ely (qui était alors bassiste) et moi. Mais je ne pouvais pas composer librement comme aujourd'hui, j'étais plus limité et il n'y avait pas l'osmose qui existe maintenant dans le groupe. Début 2010 on a donc fait appel à Fuch et Fatal que l'on connaissait déjà bien avant et qui se sont tout de suite intégrés, le « vrai » Syphilis a réellement débuté à ce moment là. Seb nous a rejoints il y a quelques mois, ses influences sont plus punks que métal et ça apporte quelque chose de pas mal dans son jeu avec le groupe.

3.Vous n'avez pas froid aux yeux en sortant directos un album, sans démo, sans label préalables... Etiez-vous si confiants dans la solidité de ses titres sans passer par la « case départ » ?

Med : Et bien en fait on a sorti une démo en septembre 2009 avec l'ancien line-up, mais c'est vrai qu'on ne lui fait plus de pub car elle n'est pas représentative de ce qu'on fait aujourd'hui. Et pour l'album à la base ce n'était pas vraiment prévu, on comptait sortir un EP 4 ou 5 titres et finalement j'ai été plus inspiré que prévu et on avait 10 titres alors on a pris cette décision.

4.D'ailleurs, quels ont été les retours de Ride The Sickness ? Qu'en attendez-vous exactement ?

Med : D'après les premières chroniques les retours sont plutôt bons, en tout cas l'album à l'air de plaire aux amateurs de ce genre. Nous sommes nous-mêmes assez satisfaits même si on sait que c'est un premier album et qu'il faudra faire encore mieux pour le prochain. Concernant nos attentes nous n'en avons pas vraiment, juste nous faire connaître par ceux qui aiment ce style de musique et pourrait apprécier l'album. On préfère attendre le prochain pour essayer de démarcher un label.

5.Expliquez-nous le choix de cette cover : les dessins flashy sont monnaie courante dans le style. Vous appréciez la BD ?

Ely : Non en fait on n'est pas spécialement amateurs de BD, on a juste essayé de faire un truc qui nous ressemble (notre chanteur est un grand fan de lapins !). C'est Med qui l'a dessinée, et c'est vrai que dès le départ l'idée c'était de se démarquer des stéréotypes du genre (têtes de morts, couleurs sombres et compagnie), d'où le thème de la fête foraine (qui n'est pas très répandu dans le milieu métal) et les dessins enfantins. Jusqu'à maintenant ça a plutôt fonctionné vu les débats qu'elle a crée, certains adorent d'autres détestent, mais tout le monde la remarque !

6.Vos influences sont-elles majoritairement françaises (MASSACRA, AGRESSOR, LOUDBLAST, BENIGHTED) ou plutôt américaines (SUFFOCATION, CANNIBAL CORPSE & Co) ? Vous reconnaissez-vous dans les groupes cultes cités ci-dessus ? En aurais-je oublié ?

Ely : Les deux en fait, on a des influences très variées. On écoute certains des groupes que tu cites (BENIGHTED, CANNIBAL CORPSE par exemple), on ne peux pas lister tous les groupes qu'on écoute et qui nous influencent, mais par exemple au niveau français on adore DILUVIAN et GOROD, et au niveau international, BENEATH THE MASSACRE, ORIGIN, ABORTED, CRYPTOPSY, THE FACELESS, DYING FETUS, THE BLACK DAHLIA MURDER, etc...

Med : Oui voilà on a des influences très variées, même dans le black ou le death plus mélodique. Je pense qu'il y a des caractéristiques de chacun de ces styles qui se retrouvent dans nos compos.

7.Quels sont précisément les thèmes que vous aimez aborder dans vos textes ?

Med : Euh...Les lapins. Plus sérieusement Fuch aborde des thèmes assez différents : la folie humaine, la guerre, des trucs gore genre autopsie dans « Purulent Autopsy » ou bien l'expérimentation sur des humains dans l'espace dans « Human Corpse in a Black Hole ». Après on a aussi des délires plus personnels comme dans « Giant Blue Rabbit Apocalypse » qui raconte comment un lapin devenu géant après Tchernobyl vient jouer au Godzilla dans une ville.

8.Med, puisque tu es guitariste, dis-nous comment êtes-vous accordé, et quel est le rendu que tu en attends ? Le death brutal est-il forcément technique pour les gratteux?

Med : On est accordés en drop de do. Je recherche plutôt un son à la fois lourd et précis vu que nos riffs s'enchainent rapidement dans les graves et les aigus. Je ne sais pas si on peut vraiment dire que le Death Brutal est forcément technique pour les gratteux mais il y a forcément un minimum de technicité à avoir pour gérer la vitesse élevée des enchainements de notes. Après ça peut être plus ou moins technique selon le type de riffs, par exemple pour nous « I am Death » est très rapide mais pas forcément très technique alors que d'autres morceaux comme « Purulent Autopsy » sont plus lents mais plus techniques à cause des sweepings entre autres.

9.Vous savez que le créneau du death brutal est particulièrement prolifique, voire encombré, même en France avec d'autres combos de qualité qui tournent pas mal pour émerger... Concurrence ou fraternité entre vous?

Ely : C'est plutôt cool justement qu'il y ait autant de bons groupes de death brutal. La concurrence ne servirait pas à grand-chose, c'est déjà assez difficile de faire du métal, pour trouver où jouer etc. Surtout dans des genres aussi extrêmes que le Brutal Death, on a plutôt intérêt à être solidaires je pense. Après on est dans un milieu où la majorité des gens sont eux-mêmes musiciens et jouent dans des groupes plus ou moins actifs, à partir de là c'est normal d'être fier de son groupe et de vouloir lui trouver une place et un public, mais pas au point de dénigrer les autres formations. Au contraire comme on l'a dit plus haut on est fans d'autres groupes de brutal death français (DILUVIAN !).

10.Parlez-nous de la scène extrême picarde : quels sont vos alliés, les espoirs (à part SYPHILIS) , voire les rock stars à brûler ? Par exemple, DSK est toujours dans le circuit ?

Med : Alors bonne question pour DSK, on ne sait pas vraiment, en tout cas ça a été une de nos premières influences picardes quand on était plus jeunes. Sinon on ne peut pas dire que la scène métal picarde soit très extrême ; il y a quelques groupes de brutal death, notamment nos potes de ReididTnoM avec qui on prévoit un split cette année, ou d'autres comme SPIRITUAL DISSECTION. Ici c'est peut-être plus le métal hardcore/métalcore qui est écouté et on fait parfois figure de « gros bourrins » à côté.

Ely : On tient aussi à faire un coucou à d'autres groupes de métal picards qu'on soutient comme NEUROSPHOBIA, THE SATIVA LEAGUE, SPHERICAL VOID, KIMMERVA. Un coucou aussi à l'asso « Lez Arts Aki » qui s'efforce justement de faire vivre le métal en Picardie en organisant pas mal de dates et en y faisant venir de bons groupes

11.Etes-vous prêt pour la scène, comme vous l'annonciez sur votre myspace ? Des dates sot-elles dors et déjà prévues pour être annoncées dans nos pages?

Ely : Oui nous sommes quasiment prêts ! On n'a plus que quelques détails à régler dans le set et c'est parti, en espérant qu'on fera honneur à notre album quand on le jouera. Notre première date prévue c'est le 12 mars au Grand Wazoo à Amiens avec Colossus et Netfastcore, ensuite on joue chez nous à Compiègne le 19 mars, et on en annoncera bientôt d'autres sur notre myspace.

12.Un truc que j'aurais oublié de te demander ?

Med : Peut-être nos projets pour le futur ? On travaille déjà sur notre deuxième album qui devrait être prêt pour fin 2011, peut-être pour noël comme le premier. Il restera dans la lignée de Ride The Sickness mais encore plus brutal !
Merci d'avoir pris le temps de nous interviewer en tout cas et longue vie au brutal death et à la horde noire !

Autocratôr