La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Bölzer : Hero

Bölzer - Hero

Iron Bonehead Productions, 2016

Black / death metal, Suisse

Album CD

Dernier album de Bölzer : une sortie "Hero"hic ? Du black death metal ?

Oui, mais on risque de déchanter si on s'attend à retrouver des influences de Behemoth dans l'œuvre de ce duo zurichois. Leur son est un pur équilibre entre une foule de dualités provoquant une transmission d'énergie aussi destructrice que revigorante. Une lourdeur aérienne, une noirceur colorée, la sérénité de la mort et l'appel de la vie dans une même voix , tel étaient les EP A Roman acupuncture (2012),  Aura (2013) et Soma (2014). Le ressenti n'en est que plus vrai quand du fond de la fosse, un public déchaîné leur fait face.

Bref, ce duo mérite-t-il encore les critiques clairement mitigées dues à leur dernière sortie ?

Hero, publié en novembre 2016 chez Iron Bonehead Productions est un album conceptuel retraçant la vie d'un héros de sa naissance à sa mort. Les six actes de l'histoire sont reliées par trois interludes placé au début, milieu et fin. Autant dans la complexité de leurs compositions que dans les thématiques des paroles, le duo est resté fidèle à lui-même. Rien n'est laissé au hasard, mais leur sens de l'expérimentation nous laisse tout de même avec des surprises et pour cause... Pourraient-elles expliquer pourquoi la rondelle avait divisé les fans à sa sortie ?

D'abord, une fois passée l'intro, le gros break de batterie précédant The Archer indique la fin du son habituellement crade, issu du black death old school. Tout, du son des instruments aux éléments rythmique et mélodiques, est léché. Pourtant, malgré cette production plus conforme aux sonorités du Métal actuel, The Archer et Hero restent des morceaux prometteurs et efficaces. Okoi Jones dit KzR, chanteur et guitariste, étend sa technique jusqu'à un chant clair simple et profond, ce qui donne d'autant plus de majesté à leur composition, Hero en étant une bonne illustration.

Pendant les deux morceaux suivants, Phosphore et I Am Three, le duo rajoute une petite touche de post métal atmosphérique qui nous amène au plus proche de leur ancienne recette. La lourdeur de la guitare et de la batterie agrémentée de riffs aériens et de la voix parvenant des hauteurs, donnent une impression de chute des sens et d'élévation de l'esprit; une bonne exploitation de leur jeu de dualités !

Le premier riff de Spiritual Athleticism dégomme tellement qu'ils pourraient alerter un fan de brutal death. On aurait pu avoir atteint le sommet, mais... Face à cette sauvagerie particulière, le chant ne fait pas le poids. Connaissant le charisme, la puissance vocale habituelle de KzR, c'est déjà décevant.

Chlorophilia sent l'envie de bâcler plus que la conclusion intense. Le refrain en voix claire, présumé intimiste est forcé et maladroit.

L'outro renforce horriblement l'impression de bâclage, se contenter de reprendre une fois, de manière inchangée, la partie la moins héroïque de l'album... De la part d'un groupe qui a fait preuve d'autant de créativité, ça passe mal ! D'un point de vue artistique, l'initiative de cet aspect conceptuel se vaut, mais d'un point de vue purement musical, il n'est pas certain qu'elle soit clairement transmise. Alors forcément, les changement audibles, genre la production, les techniques de chant pas toujours bien exécutées, l'aspect plus épique des compositions, cette outro... des prétextes pour faire gueuler à la corruption et au bâclage les fans de " death mental " poussiéreux.

Enfin, rien n'empêche que Hero reste un album riche et efficace, empreint d'ambiances sombres et lumineuses, peut-être même plus facile à suivre que les EP précédents. Phosphore et I Am Three sont quand même deux perles qui ne manquent pas "d'Aura" ! De plus, vu le côté expérimental de Bölzer, ses futurs héros auront forcément un tout autre visage. Déjà C.H.A.O.S, album split sorti en 2017 propose selon eux, une autre ambiance.

On peut donc affirmer qu'avec Hero, on a simplement affaire à une évolution de style; un bon début qui, espérons, nous laissera sur une meilleure fin.

Gaétrode