La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Ascension + BÖlzer + Vassafor + Dysangelium

flyfe15

25/02/2015

La Clé de Voûte (Saint-Etienne)

Pour ma première sortie concert depuis de longues années, j'ai décidé de vous pondre un report de derrière les fagots. Cette soirée, placée sous le signe de l'art noir, a eu lieu à Santt-Etienne dans une salle sympathique de part son infrastructure : une façade qui ne paie pas de mine, qui vous amène après quelques marches à une salle à plafond vouté, cimentée avec quelques colonnes, n'étant pas sans rappeler un édifice religieux. Parfait pour l'ambiance, en revanche l'acoustique s'en est un peu ressentie, mais bon on était dans un esprit « welcome to the crypt », et cette imperfection sonore donnait un coté underground bien sympa. Après un passage au stand de Those Opposed Records et à celui des groupes, un délestage de quelques euros, j'ai découvert la scène. Des bougies noires. De l'encens sur un petit autel avec un crane de bouc. Le décor est posé avec tout le folklore qui va avec.

Dysangelium - La Clé de Voûte, Saint-Etienne, 25/02/2015J'ai eu tout juste le temps de prendre 2/3 photos (relativement médiocres, merci à Macgoth63 de m'avoir permis de prendre les siennes) que les lumières s'éteignaient et les allemands de Dysangelium investissaient la scène, dos au public. On m'avait parlé d'un groupe de black à tendance orthodoxe. Si sur scène aucune ambiance liturgique ne s'est dégagée de leur musique, en revanche la prestation scénique se voulu très occulte. Le chanteur, en particulier, torse nu avec une main de gloire au cou, des lanières en cuire autour des poignets et un regard de dément débordait de charisme. Le black metal exécuté s'est voulu relativement classique, si ce n'est un chant qui m'a au départ fait grincer des dents, plus proche du Death Old School (le final de Jesus Cries par Edge Of Sanity) que du B.M. et manquant désespérément de variété. Puis les riffs vicieux, le jeu de scène messianique de l'homme au micro dont on n'apercevait que le regard dément à travers ces cheveux, ses hurlements rageurs... tout ça m'a rendu ce groupe beaucoup plus sympathique tant ils ont su développer une facette sulfureuse. A confirmer dans quelques temps avec un peu plus de pratique.

Vassafor - La Clé de Voûte, Saint-Etienne, 25/02/2015A peine le temps de faire quelques achats (bon ça demande du temps faut tout passer en revu et déchiffrer les logos) et d'échanger avec mes co-voituriers, que le second groupe, Vassafor déboulait sur la scène. Après l'Allemagne, c'est la Nouvelle-Zélande qui fut à l'honneur. Là aussi on m'avait parlé d'un groupe de black très necro dans l'âme, alors quand le groupe est parti dans ce que j'ai pris en premier lieu pour du proto black à la Aura Noir, j'ai fait la gueule. Heureusement le chant haineux qui m'a fait penser une version black de Peter Helmkamp m'a fait rester dans la salle. Grand bien me pris, car ma première impression fut erronée : le Black Metal haineux mais mélodique et axé sur la guitare (avec soli de très bonne facture) de Vassafor, m'a vraiment plus, les passages Thrash ne polluant pas spécialement les riffs d'excellente facture, dont nous pûmes nous délecter. Grand regret, au stand de merch où j'ai foncé une fois le show achevé (acheteur compulsif oui) le support CD était absent. Dommage.

Bölzer - La Clé de Voûte, Saint-Etienne, 25/02/2015C'est avec impatience que j'attendais la prestation du duo suisse de BÖlzer, tant mon compère Macgoth63 m'en avait vanté les qualités. De plus j'étais on ne peut plus curieux de voir ce que pouvait donner un duo de death / black metal. Franchement je ne fus pas déçu, ce show fut dantesque et constitua le point d'orgue de la soirée. Placé en retrait, le batteur frappa comme un âne durant tout le set, non sans laisser la place à quelques subtilités bienvenues. Le chanteur-guitariste-responsable du pédalier à effets fut l'objet de toute mon admiration avec son attitude à la Lemmy. Putain quel charisme, et quel talent : je ne sais comment compte tenu de mon faible niveau de connaissance musicale, mais ce brave garçon sembla jouer la partie de la basse avec une corde, ainsi que la rythmique et les solos en même temps, sur les autres (sans qu'il y ait eu à vu d'oeil des excès de samples ou l'intervention d'un sequencer). Outre cette performance technique, le set du groupe se voulu d'une lourdeur pachydermique, sans verser dans le Sludge pour autant, et d'une fluidité sans pareil. Chaque passage fut extraordinaire, le chant rauque et guttural de KzR était à l'image de l'ensemble de sa prestation : extrêmement charismatique. Seules ses envolés dans le registre « black suicidaire eunuque » m'a, comme d'autre, pas mal décontenancé. Les titres du groupe, bien que particulièrement longs, passèrent comme une lettre à la poste, et c'est avec dépit que l'on vit le groupe quitter la scène après moins d'une heure de show.

Ascension - La Clé de Voûte, Saint-Etienne, 25/02/2015Le temps d'aller acheter les 2 EP du groupe, je revins pour le final triomphant : le groupe de black metal allemandAscension. Détenteur de leur précédent album et agréablement surpris par sa suite, j'avais hâte de voir ce que le maître de cérémonie de ce soir allait nous réserver. L'ensemble des musiciens monta sur scène, le visage complètement grimé en noir avec un bijou sur le front (loin du maquillage panda comme un sémillant collègue l'a fait remarqué sur son blog). Le backdrop noir avec ce qui ressemblait à des esquisses de cadavres de nouveaux nés difformes, associé à la gestuelle solennel du groupe m'ont fait espérer un final grandiose. L'arrivé du sosie d'Antony Hegarty m'a fait voir immédiatement déchanté. Le maquillage raté de ce quarantenaire fatigué qui avait emprunté son chemisier à une diseuse de bonne aventure m'a fait me demander si le groupe voulait taper dans le grotesque à la Atilla ou si le chanteur du groupe était surpris en pleine faute de gout. Le garçon ne sembla pas avoir conscience de ça, une grande lassitude (fatigue ?) se lisait sur son visage peu enthousiaste, et ses parties vocales furent au début spécialement médiocres et plates. Indulgent je me suis dit, tandis que la salle se vidait sporadiquement, « il a choppé froid, pris une cuite/fait un mauvais trip ou sa voix n'est pas encore chaude ». Sa voix, soyons claire, n'était pas chaude au début et au bout de quelques titres a gagné en noirceur et en puissance sans pour autant présenter grand intérêt. Ces monologues/incantations à la gloire de Lucifer manquaient tant de conviction qu'elles en étaient risibles. Et ces pauses à la Ozzy... étaient digne du Madman des années 2010. Ce massacre vocale ne m'empêcha pourtant pas de savourer les prouesses des grateux qui firent tout leur possible à l'aide de parties saccadées et morbides de faire monter la sauce, sans grand succès. Déçu, j'ai contemplé le spectacle jusqu'à la fin, un instrumental qui releva quelque peu le niveau, le tonitruant vocaliste s'en étant aller sans un mot.

Bilan de la soirée, Ascension est sans conteste un groupe à éviter en live, ou le chanteur doit vraiment changer de modèle (pourtant j'adore Anthony And The Johnsons). A contrario BÖlzer est le groupe à suivre de très très prêt, et dont j'attends l'album longue durée avec impatience.

Merci à macgoth63 de m'avoir autorisé à utiliser ses photos.

TES':'UTF-8'}

Aloerw