La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Cristalys : Suréminence

CRISTALYS - Suréminence

Pagan Pride, 2008

Black metal symphonique, France

Album CD

Après deux démos qui montaient progressivement en puissance, ces Toulonnais, adeptes de nos plus belles traditions, nous reviennent enfin avec un album complet. Il me semble que tous les défauts relevés sur les démos ont été soigneusement corrigés : une pochette qui appelle à l'élévation de l'âme, un gros son propre et puissant, et des textes en français, grandiloquents et bien ficelés, déclinés en trois parties, qui glorifient tout entier les combats passés menés par nos glorieux souverains. C'est très épique et prenant, surtout si vous êtes férus d'Histoire comme c'est mon cas !
Pour décrire musicalement ces 10 assauts guerriers, ce sont des gloires passées du black métal symphoniques qui me viennent en tête : les Grenoblois de Forbidden Site, évidemment, surtout pour le concept romantico-patriotique de leur excellent premier album. Mais aussi, et surtout, les Auvergnats de Anorexia Nervosa, pour le côté symphonique et furieux de leur musique. Car les ambiances posées par le synthétiseur, allié à des riffs mélodiques qui peuvent être très rapides, rappellent immanquablement le meilleur de A.N. Mais attention, le talent de Cristalys ne repose pas uniquement sur cette matrice : les riffs me semblent en réalité beaucoup plus fouillés, car de nombreuses ambiances se déroulent tout au long de ces titres : le synthé n'est pas trop pompeux (défaut qui revient souvent dans les groupes symphoniques), des ponts calmes aèrent les morceaux, et on rencontre même un passage bien punk au milieu du troisième, « Gallus Malleus », ou l'intro un plan bien heavy niché au détour du cinquième titre. Le chant est très polyvalent, avec un cri black qui rappelle un peu celui des Anglais de Hecate Enthroned (période Jon), mais aussi des chœurs, déclamations, etc. Bref, une œuvre entière, baroque, très énergique, et engagée. Un souffle épique. Un hymne à la France éternelle.

Autocratôr - 07.5/10