La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

DIR DESPAIRS : Mask and Bones Fell

DIR DESPAIRS - Mask and Bones Fell

Chabane's Records, 2009

Black metal industriel, France

CD

Dir Despairs est un projet expérimental, oscillant entre le black et l'indus technoïde. Bien que peu connu, il existe depuis 4 ans et a derrière lui plusieurs albums studio. Agon, l'unique musicien derrière le projet, est en effet plus connu pour son projet dark ambient Momentum Mortis (dont les productions, à mon humble avis, sont beaucoup mieux foutues). Autant les sorties de Momentum Mortis ont été longuement peaufinées, autant celles de Dir Despairs ont été rapides, peu espacées et parfois bâclées, d'où un groupe bâtard assez méconnu. DD a pourtant sorti des choses intéressantes, comme l'album 'Mask and Bones Fell' dont il est question dans cette chronique.

Le précédent album de DD, 'Tyverius', jouait sur une B.A.R. surpuissante et des notes de synthé style batcave, dans un style semblable à Arschdolls. 'Mask and Bones Fell' marque une évolution plus metal : les guitares reviennent en force, avec des riffs lourds qui partent dans tous les sens. La programmation de la B.A.R. est complexe, mise en avant juste ce qu'il faut. Sans atteindre la virtuosité d'un Blacklodge, elle soutient adéquatement la gratte avec une froideur rapide qui prend l'auditeur à la gorge.
'Mask and Bones' est un album-concept tournant autour des sociétés secrètes, et la musique y correspond plutôt bien. Un traitement informatisé a asséché la voix black, des notes de synthé apparaissent sans crier gare... On ne sait jamais très bien dans quel sens la musique va partir. Dans une société secrète, on ne sait pas qui fait quoi, on découvre en jouant sa vie à chaque pas ; telle est l'impression dégagée par ce disque, dont l'atmosphère est suffocante, bourrine mais donne parfois envie de danser, chose assez rare dans le BM indus.
Pourtant, aucune chanson ne sort vraiment du lot, toutes ont un peu trop tendance à tourner autour d'un même principe, ce qui les rend assez vite répétitives. En fait, l'album entier est une sorte de variation autour de la même recette. Mais n'est-ce pas le propre de l'expérimental ?

Par chance, cet album est gratuit : vous pourrez vous faire votre propre opinion, et si ça vous plaît, le label Chabane's Record le vend pour une poignée de pièces. Ce n'est pas un Blacklodge, ni un Ad Hominem, ça n'a ni la maîtrise absolue de l'un ni la rage froide de l'autre, mais ça fera passer un bon moment à tous les amateurs du genre, d'autant que le sentiment de répétitivité a tendance à disparaître au bout de plusieurs écoutes - signe que 'Mask and Bones' présente un certain intérêt.

Geodaxia - 7/10