DRUDKH : Forgotten Legends

DRUDKH - Forgotten Legends

Supernal Music, 2003

Atmosphéric Black Metal, Ukraine

Album cd

DRUDKH est un de ces groupes de l'est qui gravera à jamais ses marques dans le parcours du Black Metal. Les membres de DRUDKH sont déjà connus pour avoir mis leurs talents dans HATE FOREST ou ASTROFAES. DRUDKH est une entité qui se dévoue entièrement à la nature et à ses cendres et mystères. Dès les premiers sons, les Ukrainiens nous plongent dans une nature défleurie qui tente vainement de se déchainer, les riffs sont aériens et leur rythme effréné ne met aucune embuche au coté atmosphérique du groupe; il n'y a pas de haine dans l'instrumentalisation, elle se voue plutôt a des mélodies saturés. On y voit une tempête cent fois étalée dans des forêts ravagées par l'être humain, et la tristesse de cette dévastation. C'est une nature sauvage qui est la parfaite allégorie de cette œuvre, brute, volatile, sauvage et évasive que l'on tente de vivre. Les vocaux ne sont pas beaucoup présents, ce qui est parfait pour l'ambiance primitive de "Forgotten Legends", en effet cela donne une musique homogène. Les titres sont assez linéaires et sont longs, mais cette linéarité ne produit en rien un ennui, car elle se brise avec des riffs monumentalement puissants, parfois mélancoliques, parfois nostalgiques et donne une réelle intensité aux pistes présentées. L'album finit par les sons de la nature elle-même, pluies abondantes et orage à outrance avec une certaine tranquillité de mort qui pèse sur mère nature. DRUDKH créée une œuvre transcendante, envoutante et prenante et celle-ci, je pense, rentrera dans la légende.

Lord of Corpse - 10/10

Voici un groupe à découvrir si ce n'est déjà fait, pour tous ceux qui aiment SHINING, ABYSSIC HATE et consorts même si DRUDKH possède déjà un son qui lui est propre. Ce groupe ukrainien, qui signifie « Forêt » en sanscrit, n'est pas sorti comme ça, d'une boîte de Pandore, mais est bien un projet de Roman Saenko (Hate Forest) & Yuriy Sinitsky (Lucifugum) et pour ne rien vous cacher, je préfère nettement ce side-projet à leurs groupes respectifs. Ne cherchez donc pas un clone MARDUK, vous seriez évidemment déçus. DRUDKH cherche avant tout à créer à travers son Black Metal une ambiance dont à la longue on en vient à oublier qu'elle est à base de guitares, le drone dans toute sa splendeur diront certains. Parce qu'encore une fois, c'est un groupe qui nous propose des riffs lancinants et émotionnels, quasi hypnotiques, avec pour finalité de marquer les esprits sans pour autant être complexes et c'est là que réside la différence avec les nombreux groupes qui s'essaient à cette voie sans pour autant être transcendants. Cette apparente simplicité est d'une richesse, d'une intensité rare, si bien qu'on en vient à oublier le temps et l'espace à l'écoute des trois premières compos (la quatrième et dernière est une outro), avec pour finalité un côté mystique si recherché dans notre monde ayant perdu le sens du sacré. Influencé par les paysages ruraux de l'ex-union soviétique, mais aussi par la mythologie slave, ce groupe vous fera revivre des émotions liées à un passé certes pas si loin que ça mais assez pour en éprouver un sentiment nostalgique bien palpable. Même si certaines longueurs auraient pu être évitées (2 titres vont au-delà des 10 minutes), « Forgotten Legends » est une petite perle du Raw Black Metal qui ravira les fans du genre mais qui demandera à l'auditeur lambda un effort d'attention pour en espérer capter l'essence et peut-être entrer définitivement dans cet album.

Thyl l'espiègle - 8,5/10