NIGHTMARE : The Aftermath

NIGHTMARE - The Aftermath

AFM Records, 2014

Heavy Metal, France

CD

Fort d'une discographie conséquente forgée au cours d'une carrière longue de plus de 30 ans, NIGHTMARE s'est désormais imposé comme une des "locomotives" de la scène française et s'exporte largement au-delà de nos frontières. Leur nouvel album, The Aftermath , devrait leur permettre d'asseoir encore un peu plus leur stature internationale.

Fondé en 1979, le groupe n'a jamais renié son identité Heavy Metal qui reste encore aujourd'hui la base de son style, mais il ne s'enferme pas pour autant des un carcan stylistique passéiste et stérile. Au contraire même, les Grenoblois nourrissent leurs riffs d'influences Thrash (serait-ce l'incidence de la jeunesse de leurs guitaristes ?) qui leur permettent d'affirmer leur identité sur une scène surpeuplée et souvent d'un conformisme affligeant. Passée la traditionnelle intro, l'orage électrique commence à délivrer sa puissance : la production est solide et sert bien les compositions même si la basse d'Yves Campion aurait gagné à être mise plus en avant (elle l'est largement sur l'intro d' Evoking Demons ceci dit).

Les chansons elles-mêmes sont taillées dans des lignes de guitare incisives et f**trement efficaces qui donnent un sentiment d'urgence permanent. Dense et nerveux cet album convient parfaitement à la voix de Joe Amore et à ses textes à la tonalité globalement très sombre. Même le plus lyrique I am Immortal (et son refrain qui semble avoir été écrit pour être repris en choeur pendant les concerts) est mené sur un rythme soutenu.

Moins Thrash que Genetic Disorder , cette nouvelle oeuvre de NIGHTMARE résonne comme l'annonce d'une apocalypse imminente, donne l'impression de se tenir au bord d'un gouffre dont on sait qu'il faudra tôt ou tard y tomber. Une réussite donc.

Sargon - 8.5/10