NOCTURN : Nocturn

NOCTURN - Nocturn

Autoprod', 2014

Black / Thrash atmosphérique, France

CD

Longtemps cantonnée au bon vieux Heavy (DREAM CHILD...) ou au bon vieux Thrash (ASSAULTER), la scène annécienne s'offre un renouveau bienvenu alors que de jeunes groupes émergent des eaux du lac depuis quelques années. J'en veux pour preuve l'ascension météorique de BLACK RAIN (pas forcément un exemple on est d'accord) et les premières productions discographiques de BROKEN MIRRORS ou de ceux qui nous intéressent aujourd'hui : NOCTURN.

Commençons d'ailleurs cette chronique par un petit bémol : l'Encyclopaedia Metallum m'a sorti 7 NOCTURN différents sans que les Savoyards (ok, ok, Haut-Savoyards) ne soient référencés. Voilà quoi ne devrait pas les aider à percer...

Et il serait dommage qu'ils ne parviennent pas à se forger un nom puisqu'ils ont déjà réussi à élaborer un style qui leur est propre : technique, dense, agressif. Les NOCTURN savent maîtriser leurs instruments sans souci, ça branle même sévèrement du manche. L'intro' pose l'ambiance en une quinzaine de secondes montre en main et laisse place à un maelstrom de notes qui s'abat sur l'auditeur à mesure que s'enchaînent riffs et breaks.

Ce qui frappe dans leur musique est la cohésion des instruments : guitare et clavier se complètent sans se piétiner mutuellement et ne laissent aucune place à la démonstration gratuite. Chaque salve délivrée frappe avec un maximum d'efficacité grâce à la cohérence de l'ensemble. La musique de NOCTURN ne s'offre pas dès la première écoute, ce qui est plutôt un gage de qualité.

Si je puis céder à la tentation du name-dropping, ce mini-album m'a fait penser au Truth inside the shades de PERSEPHONE mais en nettement moins porté sur le clair/obscur. La référence à CHILDREN OF BODOM s'impose aussi même si NOCTURN creuse son propre sillon sans aller empiéter dans le champ du voisin.

Les amateurs de musique tout à la fois complexe, agressive et obscure trouveront leur bonheur avec ces 3 titres intenses et tout en violence savamment maîtrisée.

Sargon - 8/10