La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Rhapsody : THE FROZEN TEARS OF ANGELS

RHAPSODY - THE FROZEN TEARS OF ANGELS

Nuclear Blast, 2010

Film-score Metal, Italie/France

CD

Rhapsody OF FIRE étant à peu près le seul groupe à avoir développé un style novateur dans le Heavy Metal depuis moult années, le retour en force des transalpins après un aussi long silence résonne avec les accents salvateurs d'une charge de cavaliers du Rohan dans les plaines désolées du Mordor. Cerise sur le lembas, ces derniers sont toujours accompagnés par deux Savoyards, soit Patrice Guers (Basse) et Dominique Leurquin (guitare).
Ce Frozen Tears of Angels s'inscrit évidemment dans la lignée de ses prédécesseurs et narre un nouvel épisode de la compagnie menée par Dargor en quête du livre d'Erian, écrit avec le sang des anges.
C'est encore une fois la voix de Christopher Lee qui ouvre à l'auditeur le passage vers les Terres Glacées avant de laisser place à une de ces orchestrations grandiloquentes qui constituent la marque de fabrique de Rhapsody OF FIRE. Celui-ci est alors emporté dans un solo effréné marqué du sceau du sieur Turilli. Il aura ensuite tout le loisir d'arpenter des contrées jusque là inexplorées, passant des paysages les plus sereins ( Lost in cold dreams ) à des terres plus tourmentées ( Crystal moonlight ), voire franchement hostiles ( Reign of terror ).
Ce dernier titre constitue d'ailleurs une des pièces maîtresses de l'album. Rarement Luca et Alex auront fait preuve d'une telle maîtrise dans l'art du clair obscur pour dépeindre leurs Terres Enchantées, passant du murmure au rugissement, de la mélodie la plus délicate au déchaînement de brutalité. Il n'en est d'ailleurs que plus décevant que Rhapsody OF FIRE n'ait pas donné suite au projet Rhapsody IN BLACK (mais certains propos de Luca Turilli laissent entendre que celui-ci n'est pas définitivement abandonné).
Le groupe s'adonne aussi à l'exercice de la musique médiévale avec Danza di fuoco e ghiaccio (qu'il n'a que rarement pratiqué jusque là, notamment sur son titre Lo Specchio D'Argento ) ; médiéval surtout dans l'esprit d'ailleurs puisqu'il n'hésite pas à y introduire des instruments bien contemporains.
Le principal point faible de cet album réside dans le fait que Rhapsody OF FIRE creuse une fois encore le même sillon sans chercher à se renouveler outre mesure. Certes, la tonalité est plus froide qu'à l'accoutumée, s'accordant ainsi à la teneur des textes ; mais certaines tournures de phrases (musicales), charrient des relents de déjà-entendu.
Pas facile donc de lui attribuer une note. Faut il sanctionner une absence de prise de risque artistique qui pourrait finir par se révéler préjudiciable, ou saluer le retour d'une formation exceptionnelle qui signe là un album frôlant l'excellence ?
Quelle que soit la réponse, la qualité de ce Frozen Tears of Angels suffit à justifier la place de Rhapsody OF FIRE au sommet de l'Olympe du Metal.

Sargon - 9/10