La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Sombre Presage : Errance

Sombre Presage - Errance

Occultum Productions, 2008

Drone ambiant, France

Vinyle/tape

A ce qu'il paraît, le drone est un sous-genre du doom. En effet, on y retrouverait les mêmes atmosphères dépressives, et les (rares) amateurs de drone sont souvent des amateurs de doom. C'est peut-être souvent le cas, mais pas toujours. Votre serviteur, par exemple, n'est pas un fan de doom : à quelques groupes près, tout y est poisseux, lourdingue, tellement étouffant que cet aspect-là prend le pas sur le plaisir musical et produit une pièce sonore peu digeste. Pourtant, j'apprécie tout particulièrement Sombre Présage qui est la principale formation de drone français. Il faut dire que Voxum, l'homme derrière les instruments, officie dans un style atypique. Sombre Présage, c'est moins de la musique que des atmosphères, longuement travaillées, dans lesquelles l'auditeur doit s'immerger avec patience.
Sorti en 2007, \"Errance\" nous donne ce à quoi SP nous a habitué depuis plusieurs années : quarante-cinq minutes de contemplation sombre, accompagnées par trois rythmes différents.

On m'excusera de procéder au titre par titre. D'habitude, cette manière de faire est le propre des chroniqueurs débutants, mais avec SP il n'y a pas d'autre moyen : chaque titre renferme une atmosphère qui lui est propre. Parler de tout en même temps serait passer à côté d'une partie du disque.
Le premier titre, 'Errance', n'est pas sans faire penser à 'Gebrechlichkeit' de Burzum. Dans ce morceau, on entendait au début une sorte de bruits de chaînes, comme des métaux frottés dans un grand château. Ici, tout au long de l'Errance, des percussions donnent l'impression d'un métal tapé avec rythme, de manière hypnotique, avec tout autour d'infinies nuances. On peine à reconnaître une cymbale de batterie, admirablement mixée et dissimulée quelque part dans le morceau. Voxum estimait que ce LP-là renfermait plus de nuances et de techniques que les réalisations précédentes. SP ne change pas, il a toujours été tout en nuances (enfin, presque...) mais il faut reconnaître que Voxum est dans le vrai. Le bourdon (sorte d'instrument latent qui créée les atmosphères dans le drone) avance, inexorablement, avec toujours ces coups de percussion métallique lents, si simples mais si efficaces...
Après l'Errance vient l''Abattement', deuxième titre de la galette. Cette fois, le bourdon est plus puissant, proche du bruitisme. L'abattement est fort, il ressemble à un flux indiscernable que l'on voit par en-dessous faute de pouvoir le surmonter. Des rythmes de percussion se font également entendre, mais on les distingue peu. Voxum réussit ici un exploit : celui de faire un morceau riche en nuances et aussi hypnotique que le reste en jouant essentiellement sur le bourdon, chose qui se révèle facilement ennuyeuse en peu de temps mais pas ici. SP n'est pas SP pour rien.
Sept minutes durant, le moteur de l'abattement joue sa musique sempiternelle, puis il se tait. Alors vient l''Abandon', troisième et dernier titre, long de vingt-trois minutes. L'Abandon est ce qui succède à l'Abattement. On lâche prise, on se détache, on laisse les émotions violentes disparaître. Et en effet, l'aspect étouffant du deuxième titre laisse place à un rythme hypnotique, voisin de celui du premier titre quoique plus neutre. Autour de lui s'articulent des notes de clavier, sublimées, richochante, telles des liens qui se défont... Long comme une procession, l'Abandon est la dernière partie du cycle, celle où le détachement permet de retrouver des émotions joyeuses et laisse voir la lumière au bout du tunnel.

Du bon Sombre Présage, comme toujours, avec ici davantages de nuances. Malgré les différences évidentes entre le deuxième morceau et les autres, \"Errance\" reste uni, beaucoup plus qu'\"Intégrisme\" (album sorti la même année) qui ressemble davantage à une compilation. On notera que ce LP, avant de sortir en vinyle, est paru sur CD avec... un boîtier en bois, sculpté à la main par des moines français ! Prix : 80€ l'unité, réservé aux fans. Dans le genre collector, Voxum pousse les choses très loin. On n'a pas besoin d'être collectionneur pour apprécier SP, musique subtile qui donne corps au vide, mais ceux qui ont l'âme des collectionneurs seront ravis.

Geodaxia - 8/10